페이지 이미지
PDF
ePub

p. 180.

AN. 1077, the, à cause de la mere saur de Canut le grand. Il Pontan, lib.v. commença à regner vers l'an 1048. & peu de tems

aprés, le siege de Roschild aïant vaqué, on y mit Guillaume Anglois de naissance, qui avoit été secretaire & chapelain du même Canut, & qui avoit la capacité & la vertu necessaire pour l'épiscopat. Le païs de Schonen, qui jusques - là avoit été du diocese de Roschild, commença du tems de ce prelat à avoir des évêchez, & on en établit deux en deux villes fort proches, Lun. don & Dalbi. Mais Henri évêque de Dalbi étant mort à force de boire, Egin évêque de Lundon réünir en lui toute l'autorité, & la mort honteuse du prelat causa

la supression du siege. Pontan.p.193. Sous ce regne furent aussi érigez deux évêchez

dans le Nord - Jutland, savoir Vibourg & Burglave
depuis transferé à Albor. Suenon affermit beaucoup
la religion dans son roïaume, par sa liberalité à or-
ner & à bâtir les églises, & fon affection pour les ec-
clesiastiques savans & vertueux : mais il deshonora
ses vertus par son incontinence. On compte jusques
à onze fils & une fille qu'il eut de diverses concubi-
nes, & pas un enfant legitime. Car aïant voulu enfin
se marier, il épousa Guthe fa parente, fille du roi de
Suede. Les deux évêques Egin & Guillaume l'en re.
prirent avec fermeté, & firent tous leurs efforts pour
i'obliger à rompre ce mariage : mais voïant qu'ils
n'y gagnoient rien, ils porterent leurs plaintes à l'ar-
chevêque de Brême, qui pressa le roi de se separer
de la princesse. Le roi irrité menaça l'archevêque de
lui faire la guerre, en sorte que le prelat ne se crosant
pas en sureté à Hambourg se retira à Brême. Enfin
l'évêque Guillaume fit comprendre au roi l'injustice

de son ressentiment, & lui persuada d'obéïr aux loix À de l'église. Il renvoïa donc Guthe, qui étant retournée chez son pere, prit l'habit de veuve & passa le reste de sa vie dans la continence, s'occupant à faire des ornemens pour les églises,

L'autorité de l'évêque Guillaume sur le roi, parut Saxo, lib. XI. principalement en cette occasion. Dans un festin que p.189. le roi donna aux grands, il découvrit que quelquesuns d'entre eux avoient mal parlé de lui en secret, & en fur tellement irrité, qu'il les fic tuer le lendemain matin jour de la Circoncision , dans l'église cathedrale dédiée à la Trinité. L'évêque Guillaume ne témoigna à personne la douleur qu'il sentoir de ce sacrilege, & se prepara à officier pontificalement. Mais quand on l'avertit que le roi venoit à l'église, il n’alla point le recevoir ; & quand il voulut entrer, il l'arrêta avec sa crosse, dont il lui appuïa la pointe contre l'estomac, le traitant de boureau, qui venoit de répandre du sang humain. Enfin il le declara excommunié.

Les gardes du roi environnerent le prelar l'épée à la main, le voulant tuer, mais le roi les en empêcha; & reconnoissant sa faute retourna à son palais, où il óra ses ornemens roïaux & prit un habit de penitent. Cependant l'évêque fit commencer la mesle, & comme il alloit chanter Gloria in excelsis, on lui dit que le roi étoit à la porte en posture de suppliant. Il fit cesser le chant, & s'étant avancé, il demanda au roi pourquoi il s'étoit mis en cet état. Le roi prosterné confeffa son crime & en demanda pardon, promettant de reparer le scandale qu'il avoit donné; & l'évêque leva aussi - tột l'excommunication, releva le

AN. 1072. roi en l’enibrassant, esluïa ses larmes, & lui ordonna

d'aller reprendre son habit roïal. Aprés lui avoir imposé sa penitence, il fit avancer le clergé pour le recevoir en chantant & l'amena jusques à l'autel, où il continua la mesle. Le peuple témoigna sa joïe par de grands applaudissemens.

Le troisiéme jour aprés le roi vint encore à l'église en habit roial, & pendant la messe il monta à la tribune, & aïant fait faire silence par un heraut, il confessa publiquement la grandeur de sa faute & du scandale qu'il avoit donné. Il loüa l'indulgence de l'évêque; & declara que pour reparation du crime commis par son ordre, il donnoit à l'église moitié de la province de Steffen. Depuis ce tems, le roi honora & aima l'évêque de plus en plus , & ils vécurent toûjours dans une parfaite union.

Aprés la mort d’Adalbert archevêque de Brême, ren: saint Annon archevêque de Cologne, reprit en Allecre en faveur.

magne la principale autorité. Car le roi Henri étant venu à Utrect celebrer la Pâque, qui étoit le huitié. me d'Avril en 1072. y reçûr de grandes plaintes des injustices qui se commettoient par tout son roïaume, de l'oppression des innocens & des foibles, & du pillage des églises & des monasteres. Touché de ces desordres, ou fatigué des clameurs du peuple , il pria l'archevêque de Cologne de prendre Tous lui le soin de l'état. "Tous les seigneurs joignirent leurs instances à celle du roi : mais l'archevêque resista longtems, Il se souvenoit des mauvais traitemens qu'il avoit reçû; & d'ailleurs étant tout occupé de Dieu , il avoit peine à s'embarasser d'affaires temporelles : il ceda toutefois au bien public, & au desîr unanime

L.

on ren:

Lambert.

[ocr errors]

1213.12.11

du roi & des seigneurs. On s'aperçut bien-tôt de ce Ār. 109 changement : la violence fut reprimée, la justice reprit le dessus , & le saint archevêque parut n'être pas moins digne de la roïauté que du sacerdoce.

Le pape Alexandre avoit renvoïé au concile d'An- Concile d'Ana gleterre la connoissance du differend entre les deux gleterre. archevêques de Cantorberi & d'Yorc ; ce qui fut ainsi

sup.n. 35.

Lanfr. epift. 3. executé. A Pâques de cette année 1072. le roi Guil- 6 to...conc.p. laume tint sa cour à Vinchestre où se trouverent quinze évêques, plusieurs abbez & plusieurs seigneurs avec Hubert lecteur de l'église Romaine & legat du pape. Ils s'assemblerent en concile dans la chapelle du roi, qui étoit present, & qui les conjura par la foi qu'ils lui avoient jurée, d'écouter cette affaire avec une grande application , & de la juger sans favoriser les parties. Ils promirent l'un & l'autre. On apporta l'histoire ecclesiastique de Bede, & on en lût des passages par lesquels il parût, que depuis saint Augustin premier évêque de Cantorberi jusques à la Sup. 1.xxxv.v. fin de la vie de Bede, qui est un espace d'environ cent 40 quarante ans, les archevêques de Cantorberi avoient eu la primatie sur toute la grand'Bretagne & l'Irlande : qu'ils avoient souvent celebré des ordinations d'évêques & des conciles dans la ville même d'Yorc & dans les lieux voisins où il leur avoit plû; qu'ils avoient appellé les archevêques d’Yorc à ces conciles, & quand il avoit été besoin, les avoient obligez à rendre compte de leurs actions. Quant aux évēques de Dunelme & de Licefelde, que l'archevêque d’Yorc pretendoit n'être point soumis à celui de Cantorberi, il fut prouvé que pendant ces cent quarante ans, ils avoient été sacrez & appellez aux conciles par les ar Tome XIII.

Gg

40.1.XLII. . 11.

AN, 1072.

roi en l'enibraflant, efluïa ses larmes, & lu
d'aller reprendre son habit roïal. Aprés lui
posé sa penitence, il fit avancer le clergé p
cevoir en chantant & l'amena jusques à l'ai
continua la mesle. Le peuple témoigna saj
grands applaudissemens.

Le troisiéme jour aprés le roi vint en
glise en habit roïal, & pendant la messe il
tribune, & aïant fait faire silence par u
confessa publiquement la grandeur de S
scandale qu'il avoit donné. Il loüa l'ind:
vêque ; & declara que pour reparation
mis par son ordre, il donnoit à l'ég!
province de Steffen. Depuis ce tem
& aima l'évêque de plus en plus , &
jours dans une parfaite union.

Aprés la mort d’Adalberta
saint Annon archevêque de o
magne la principale autorité
venu à Utrect celebrer 1-
me d'Avril en 1072. "
injustices qui se com
de l'oppression des
lage des églises
desordres , ou
l'archevêque

*; C: 3 co
de l'état.

(361
ces à cr
tems.
avoj

[ocr errors]

S. Annon ren cre en faveur.

Lambert.

A

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Tens alchemix med tant Gregoire,

Larrhos ficelle d'Yorilo

kve pont erre 10

are reconnut que celle", parce que Lanfranc p'eroit pou

"cire foúmulé à lance

Cette lecere ne favorieten

والشمال من

« 이전계속 »