페이지 이미지
PDF
ePub

pretexte que ce soit, d'augmentation, correction, changement de titre, me me de traduction étrangere ou autrement, que nous entendons être saisis en quelque lieu qu'ils soient trouvez, sans le consentement exprès & par écrit dudit exposant ou de ceux qui auront droit de lui, à peine de confiscation des exemplaires contrefaits, de dix mille livres d'amende contre chacun des contrevenans, dont un tiers à nous, un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris, l'autre tiers audit exposant, & de tous dépens , dommages, & interêts; à la charge que ces Presentes seront enregistrées tout au long sur le Registre de la Communauté des Libraires & Imprimeurs de Paris, & ce dans trois mois de la datte d'icelles; que l'impression desdits Livres cy-dessus specifiez, sera faite dans notre Royaume & non ailleurs, en bon papier, & en beaux caracteres, conformément aux Reglemens de la Librairie, & qu'avant que de les exposer en vente, les manuscrits ou imprimez, qui auront servi de copie à l'impresa sion desdtis Livres, seront remis dans le même état où les aprobations y auront été données, ès mains de notre très-cher &. feal Chevalier Garde des Sceaux de France, le sieur de Voyer de Paulmy, Marquis d'Argenson; & qu'il en sera ensuite remis deux exemplaires de chacun dans notre Bibliotheque publique, un dans celle de nôtre Château du Louvre, & un dans celle de nôtredit très-cher & feal Chevalier Garde des Sceaux de France, le sieur de Voyer de Paulmy, Marquis d'Argenson, le tout à peine de nullité des Presentes. Du contenu desquelles, vous mandons & enjoignons de faire jouir ledit exposant ou ses ayans cause, pleinement & paisiblement, sans souffrir qu'il leur soit fait aucun trouble ou empêchement. Voulons que la copie desdites Presentes , qui sera imprimée tout au long , au commencement ou à la fin desdits Livres foit tenuë pour duëment signifiée, & qu'aux copies collationnées par l'un de nos amez & feaux Conseillers & Secretaires, foi soit ajoûtée comme à l’Original. Commandons au premier nôtre Huissier ou Sergent de faire pour l'execution d'icelles tous actes requis & necessaires fans demander autre permission, non-obstant Clameur de Haro, Charte Normande , & Lettres à ce contraires : Cartel est notre plaisir. Donne'à Paris le dix-huitiéme jour du mois de May, l'an de grace mil sept cens dix-neuf, & de nôtre Regne le quatriéme. Signé, Par le Roy en fon Conseil, DE SAINT HILAIRE.

[ocr errors]

J'ay fait part à Monsieur Mariette de la moitié da present Privilege, pour ce qui regarde les Ouvrages de Monfieur l'Abbé Fleury seulement. Et de l'autre moitié der dits Ouvrages comme aussi de la totalité du present Privilege, pour ce qui regarde les Ouvrages du R.P.D.Calmet, à Emery mon fils, Saugrain , & Marcin, mes gendres, pour en jouir en mon lieu & place, suivant l'accord fait entre nous. A Paris le 20. May 1719. Signéi, P, EMERY.

Registré le present Privilege, ensemble les cessions cy-dessus sur le Registre IV.dela Communauté des Libraires Imprimeurs de Paris, page 489. No.525. conformément aux Reglemens, notamment à l'Arrét du Conseil du 13 Août 1703. A Paris le 16. Juin 17.9. Signé, DE LAULNE. Syodic.

HISTOIRE

HISTOIRE
ECCLESIASTIQUE

LIVRE SOIXANTI E me.

B

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

E NDANT que le pape Leon IX. étoit w prisonnier des Normans , il reçut une Lettredu pape of lettre de Pierre nouveau patriarche d'An- an patriarche

d'Antioche. tioche, qui lui donnoit part de sa pro

- Petri ep. ad motion , & lui envoïoit sa profession Domin. *?* de foi , demandant sa communion. Le patriarche corela mon, toi avoit envoïé cette lettre par un pelerin de Jerusalem à 2. p.133. Argyre duc d'Italie, pour la faire tenir au pape. Le pa- Leo.epift.se pe fit réponse , louant le patriarche de reconnoître la primauté de l'église Romaine, & l'exhortant à soûtenir la dignité du siége d'Antioche, qui est le troisiéme

Tome XIII.

A

11.

· Lettre à Michel

Cerularius.

Ap. Baron. An. 105 4. .

An. 1033. au
Tour du monde : ce qu'il dit à cause du patriarche de C. P.

qui s'étant attribué le second rang, rejettoit le patriar-
che d'Antioche au quatriéme. Le pape approuve la
promotion de Pierre, pourvû qu'elle soit canonique:
& déclare catholique sa profession de foi : puis il
met la sienne selon l'ancienne coutume : mais il n'y
compte que fept conciles generaux, apparemment
parce que le huitiéme n'avoit décidé aucun point de

doctrine. her Vers le même tems Humbert cardinal évêque de **sainte Rufine étant à Trani dans la Poüille vit une

lettre écrite par Michel Cerularius patriarche de C. P. & par Leon évêque d’Acride métropolitain de Bulgarie adressée à Jean évêque de Trani. Cette lettre commençoit ainsi: La charité nous a engagez à vous écrire, & par vous à tous les évêques & les prêtres des Francs , aux moines, aux peuples & au pape même; & à vous parler des azymes & du sabat, que vous observez communiquant avec les Juifs. Ensuite Michel & Leon pretendent montrer , que J. C. aprés avoir celebré l'ancienne pâque avec les azymes, inftitua la nouvelle avec du pain levé, qu'ils soutiennent être le feul vrai pain. En second lieu ils reprochent aux Latins d'observer le sabat en carême, parce qu'ils jeûnoient le samedi : au lieu que les Grecs ne jeûnoient ni le samedi ni le dimanche. Le troisiéme reproche est de manger des animaux suffoquez & par consequent du fang. Le quatriéme de ne point chanter Alleluia en carême. Michel & Leon finissent cette lettre en exhortant l'évêque de Trani à desabuser les autres sur ces points, comme il l'étoit déja luimême; & promettant, s'il le fait de lui envoïer

un écrit contenant des veritez plus importantes. Ar. Tori

Le cardinal Humbert aïant lû cette lettre écrite en grec, la traduisit en latin & la porta au pape , qui y répondit par une lettre trés longue. Ellecommence par un grand lieu commun sur la paix, & une vehemente Led

Leo.epist.se declamation contre ceux qui l'ont violée : puis le papes'adressant au patriarche de C. P.& à l'évêque d'Acride, leur parle ainsi : On dit que par une entreprise

Fossil nouvelle & une audace incroïable vous avez condamné ouvertement l'église Latine, sans l'avoir entenduë: principalement parce qu'elle celebre l'eucharistie avec des azymes. L'église Romaine commencera donc aprés environ mille vingt ans depuis la passion de notre Seigneur à apprendre comment elle doit en faire la memoire: comme s'il ne lui servoit de rien d'avoir été inftruite par saint Pierre même. On comptoit que J. C. étoit mort à trente trois ans, ainsi les 1020. ans mars quent l'an 1853. de l'incarnation.

La lettre continuë en relevant les heresies & les erreurs des Grecs., & particulierement des évêques de C. P. & soutenant que personne n'a droit de juger le siége de Rome. L'auteur de la lettre ajoûte, que l'empereur Constantin ne trouvant pas raisonnable que celui à qui Dieu a donné l'empire du ciel fût sujet à l'empire de la terre : accorda à saint Sylvestre & à ses successeurs non seulement la puissance & la dignité imperiale : mais les ornemens & les officiers convenables, Et ensuite : Mais de peur que vous ne soupçonniez encore la domination terrestre du saint liége de s'appuïer sur des fables : nous rapporterons quelque chose du privilege de Constantin , pour établir la verité & confondre le mensonge. Il met ensuite la meilleure

6 10,

ܘܬܠܐܕܗ

C. 13;

1530.

6.23.

AN. 1953. partie de cette fameuse donation, qui est aujourd'huy

reconnuë pour fausse par tous les savans, mais qui To. I. conc.p. n'étoit pas alors revoquée en doute.

. Il reproche aux Grecs l'usage d'ordonner des eunuques même pour l'épiscopat, ce qui a donné occasion, ajoûte-t-il, à ce que l'on dit publiquement qu'une femmea été placée sur le siége de C.P. mais ce crime feroit fi abominable que nous ne le pouvons croire. Cereproche montre bien que l'on n'avoit pas encore inventé la fable de la papesse Jeanne:caron la place entre Leon IV. & Benoist I'll, environ deux cens ans avant Leon IX. Il reproche au patriarche Michel son ingratitude contre l'église Romaine sa mere, qui a ordonné en quelques conciles que l'évêque de C.P.seroit honoré comme évêque de la ville imperiale: sans préjudice toute

fois des patriarches d'Alexandrie & d'Antioche. Ce6,29. pendant, continue-t-il, on dit que vous avez fermé

chez vous toutes les églises des Latins:& que vous avez ôté les monasteres aux moines & aux abbez, jusques à ce qu'ils vivent selon vos maximes. Combien l'église Romaine est-elle plus moderée ? puisqu'au dedans & au dehors de Rome il y a plusieurs monafteres & plusieurs églises des Grecs, sans qu'on les empêche de suivre les traditions de leurs peres. Au contraire on les y exhorte : parce que nous savons que la difference des coutumes selon les lieux & les tems ne nuit point au falur , pourvû que l'on soit unis par la foi & la charité. Il dit enfin, qu'aïant vû leur écrit contre les azymes adressé aux évêques de Pouille, il envoïe quelques passages des peres pour refuter leurs calomnies : en attendant qu'il y réponde plus amplement.. . · L'empereur Constantin Monomaque voulant s’ata

« 이전계속 »