페이지 이미지
PDF

D- O- M

In laudem gîori«e gratis sua».

Hic requiescit à laboribus fuis

DOMNUS CAROLUS-FRANCISCUSTUSTINUS Presbyter & Monachus BenediUinus Congre g. sançli Mauri ,

Quem

Lacrymis magis quam encomiis
Profequi facile:
Quem

Laudibus aquè ac aclibus
Affequi difficile:
Quem

Tamen post gloriofam confummationem

Celebrare tutum est.:"
Post triumphalem in portu stationem

Magnificare fecurum.

HIC

Jíundum a teneris cum de mundo non ejffèt, cautus transfuga de fer eus ,
Tenerum innocentU fiorem 3
Thefaurnm } utì cui unice timebat ipfomet exitu de JEgypto
Félix in tuto collocavit.
In profejjtone fanclâ , fpinas inter mortificationis3eundem excolens}
lUibatum felicior confervavit.
Innumeris eum yirtutum augmentis dante incrementum Deo 3 enutriens^
Felicijfunus exornavit t cumulavit.

HIC

Prit laboris astiduitate y in omniferè honefiarum fcientiarum génère

Verfatistimus:

Prt, ingenitâ mentisfagacitàte3prosundijJimas dificultatum latebras rimari

Solertijfimus:

Prx accepu defuper fapientit menfurâ > cdiis loco prtejje
DigniJJJmus:

Prs eximiâ t quam Deus dat parvulis intelligentià f confilio prodejje

PotentiJJïmus:
Latere magis quam lucere 3 ardere quam fplendere studuit;
Jmo lux 'n inde magis & arfa.
H i ç

Mitijfimi omnium magistri auditor Jìlentiofus s & acluçfus imitator >' Kumiles & tutos vallium , in quibus pinguedo est 3 colles femper incejjit

Discipulus mitis Sc humilis corde, Sancliffimi omnium Patriarche fecutus exempta fpiritum affècutus 3 Ext r a monastica disciplina cancellos numquam excejju t Cícnobita prodenj Sc fidelis.

% Sapiendam XXV

SapientUm miquorum, dtBa Patrum, tarmind Scrìpiurarum folerter exquirens, A sanorum sormâ verborum ne latum unguem recejsu 3 TStieologus doctior quam notior.

HIC

Sinceri. 3 defecata 3 qua ad omnia utilis est 3 Pieiatis cultor affiduus 3 Sic modica non fpernere 3 quast qui ad fortia manum non mififfit: Sic graves etiam inter iabores orare 3 quafi qui id unum ageret: Sic multis intendere , ut non minor ad fingula fieret.

HIC

Ordinatiffimt, charitatis igne; Quem de excelÇo miserai Deus in offibus ejus 3 Affatim erud'aus y In fancluarium 3 nonnifi vocatus à Deo 3 tamquam Aaron intravie: Ad aras nunquam , nifi diligenterpurgatus , accejjït: Aris nunquam 3 nifi vehementer accensus 3 ajlitit: Ab aris numquam 3 nifi multo lacrymarum imbre perfufus 3 discejfit.

Quin

Et extra aras 3 hostiam fanclam 3 Deo placentem, corpus fuum exhibens,
Debitum tterno Numini juge sacrificium obtulit,

Sacerdos non ad horam ministrans ,
Sacrificus non alienam tantum carnem immolans.
Quid plura?

Sponfi & sponft 3 Christi scilicet & Ecclesia , \elator flagrantijfimus:
Hune zotus exprejfit 3 hanc totus deperiit:
Nec nifi de communîbus utriusque lucris Utari 3 damnifve dolere fcivit
Homo semper in Domino gaudehs,
Homo semper pro Ecclesiâ gemens.
Non omnì spiricui credere , non circumvenientium fraude seduci:
Non doclrinâ fuâsalUre 3 non alien'ts erroribus falli:
Non cedere mundi amoribus 3 non terroribus flecli:
Non multigenis 3 quos super peccatores pluie Deus 3 Laqueis irretiri:
iVo/i propria curare 3 non aliéna sastidire , non alta sapere potuit
Vir oculatijjimus 3 vir constantijfimus 3 vir prudentijfimus ,
Vir ipse sibi vilisiìmus.
TANDEM
Arduo j abjlruso 3 magn&que molis operi dum defudat ultra vires
Scriptor animosus ,
Immaturos fœtus dimittere non tam fuadetur quam cogitur,
Ipse Caelo jam maturus:
Et per xi. dierum molefiiffimam agritudinem 3
Membrorum hinc compage refolutâ 3
Excoclis inde (quas heu ! nec religiofiora corda vitant) 3 mimais fordibus,
Pane interea pastus, qui confirmât cor hominis, & oleo uncius, quoi

exhilarat faciem;
Tome IL à

\

Faustutn Jîbi j eonjunclisfimo ac fidispmo tàboram socìò insaustispmum-y

Diem supremum obiit, IngreJJisque est in abundantiâ sepulchrum} quajî iflfertur acervus tritict

In tempore suo.

ANNO REPAR. SALUT. M. DCCL1V. CALEND. JUL.

iETAT. VERÒ Svje LIV.

HOC

Qualecumque memoris ac grati animi monumentum alternas spectandi, & desideratiflimi Amici memoriae consecrabar Fr. Michael Hautement , Prosessus ejusdem , cujus ille., Congregacionis & Ordinis Monachus.

[graphic]
[graphic]

TABLE

DES SOMMAIRES

CONTENUS DANS CE Iï. VOLUME.

SUITE DE LA SECONDE* PARTIE,

l'on continue de donner les élémens de la Diplomatique, page. i.

SECTION III.

Lettres latines, leur origine 3 leurs formes 3 leurs transmutations;

alphabets généraux : division de nos écritures par clajfès 3 genres 3

espèces : révolutions quelles ont essuyées en divers pais 3 en disérens

siècles : quels effets & quelles variétés ont produit les liaisons & con-

. jonctions des lettres 3 les abréviations des mots ? Usage des figles 3 des

notes de Tyron & autres signes : recherches furies nombres ou chifres 3

fur la ponctuation 3 les accens 3 & certaines figures 3 qui entrent dans
Vécriture 3 qui lui servent d'ornement 3 & qui concourent à déterminer
le Jìècle j auquel elle apartient :principaux avantages 3 qu'on peut tirer
des matières traitées dans la présente section, pag. j.

CHAPITRE PREMIER.

Origine immédiate des lettres latines; additions anciennes & nouvelles

à l'alphabet primitif 3 réelles ou fupofées : lettres transportées de Grèce

en Italie :système de M. le Président Bouhier 3fur leur nombre & fur

V ancien état de r alphabet : lettres de l'empereur Claude : partage des

savons fur celles du Roi Chilperic I: nouveaux éclairciffemens fur la

figure 3 Vusage 3 t origine 3 & la valeur de ces caractères, pag. 8.

Article Premier.

Lettres latines aportées de Grèce en Italie : leur nombre che\ les Grecs &

les Latins : additions anciennes faites à leur alphabet primitif, p. 9.

I. /"\ Rigine des lettres latines : elles ont passé de Grèce en Italie.

V-^ II- Ressemblance ou même identité dès lettres latines les plus
antiques av«c les grèques du même âge. 111. Système de M. le Président
Bouhier sur l'origîne des alphabets grec & latin. Ce dernier, selon
lui, plus ancien que le Cadméen, dont il étoit diférent, & le même-
que l'attique, fut aporté en Italie par les Pélasges. IV. Continuation-
du même sujet. Nombre des lettres pélafgiques , attiques , latines,
Cadméennes, ioniques. V. Ancien système rectifié : nulle conoissance.
des lettres chez les Grecs 8c chez les Latins avant Cadmus : les uns 8t
les autres ont reçu son alphabet. VI. Comment l'ancien alphabet des
Grecs & des Latins a-t-ií pû passer pour n'être que de seize lertres ,
ou de dix-huit au plus ì VII. L'alphabet cadmeen , grec & latin
étoit composé de vingt-deux élémens. VIII. Règles pour discerner les
lettres primitives des secondaires : celles qui furent ajoutées à l'alpha-
bet cadméen, en tirent leur origine. IX. Changemens survenus à
quelques lettres de l'ancien alphabet. X. Etat del'alphabet Latin, depuis
près de deux mille ans..

.article IL

Lettres postérieurement ajoutées , ou qu'on prétend Vavoir été à celles des
Latins: vaines tentatives 3 pour en introduire quelques-unes dar.s
leur alphabet : lettres de Vempereur Claude, pag. j 6.

I. Inventeurs on plutôt restaurateurs & reformateurs des lettres G 8c

K-II. C'est fans fondement que les lertres P. Q., ont été acusées de

nouveauté. III. Prétendue invention de l'R : à quel tems & à quel

auteur attribuée ? IV. Usage de l'X. fixé mal-à-propos au siècle d'Au-

guste : il doit remonter bien plus haut. V^ L'Y & le.Z précédèrent de

plusieurs siècles celui d'Auguste. VI. L'F n'est point une lettte de nou-

velle invention : origine du digamma : patallèle de celui des Eoliens

& des Latins : leur usage. Vil. Digamma de Claude , sa figure, les

monumens où il se trouve, son emploi, sa durée, ses suites. VIII. Deux

autres, lettres inventées par Claude,

A a T r c r B II I.

Lettres inventées par le Roi Chilperic I. leur nombre } leur figure 3 leur

usage , leur origine : les savans les m(f. & les imprimés peu d'acord

fur ces points :parallèle des mjf. & des imprimés : nouveaux éclàir-

cijfemens fur la forme & la valeur de. ces caractères, pag. jo.

I. Partage des savans fur les lettres de Chilperic i. les mss. & les

imprimés de Grégoire de.Tours & d^Aimoin de Fleuri ne paraissent
pas conformes : fentimens de Pafquièr & de Voísius. IL Opinion de
Wormius combatue par D. Ruihart. Nouvelles preuves contre lui:
son système quoique reformé , ne sauroit être admis. M. Système de
M. Eckhart, défectueux dans presque toutes ses parries- IV. Senti-
mens de MM. Fauchet, Duclos & Schoepflin fur les lettres de ChiL-

f>éric. Furent-elles inventées pour la reformatron des écritures &.des
ivres Tudefques î V. Opinion de ceux qui trouvent les lettres de Chil-
péric dans l'ancien gothique : tous les fentimens proposés jusqu'ici

« 이전계속 »