페이지 이미지
PDF
ePub

BELISE. Moi , qui du Mariage abhorrois jusqu'au nom, Ec qui me suis aquis par là cant de renom.

FRONTIN.
Moi , le Sénéchal Groux, Caustique Philosophe ,
Qui raille l'épouseur , l'insulte ; l'apostrophe.

BELISE
J'appelle un mariage un Dedale , un écueil.

FRONTIN.
Ma prison des defirs, des vivans le cercučil.

BELISE tendrement.
Un abime. Et voilà qu'un penchant infenfible..

FRONTIN. Vers l'abine une pente ...

BELISE.

Qüi , douce...
FRONTIN.

Imperceptible.is

BELISE.
Me mene au bord.

FRONTIN.
Le pied megliffe, & my voilà.

BELISE.
M'y voilà. Mais du moins le monde conviendra
Que je vous ai choisi par goût pour la sagelle.

FRONTIN.
Nôtre mariage eft de la plus fage espece.

BELISE.
Mais tout mon embarras , Monsieur le Sénéchal,
C'est qu'en me mariant, il faut (voilà le mal)
Il me faudra payer ce Dedit. Comment faire ?
Ce Billet de Dedir que j'ai fait à Valere.
Cerre, folle de four inventa ce Dedit.
Nuus fimes deux Billets à ce neveu maudit.
Tout retombe sur moi , seule je me marie.
Il faudra payer seule, & de la raillerie
Je vais en rougissant efluyer tous les traits.

FRONTIN. Pendant que nos amours sont encore secrets, Composez , recirez vos Billets de Valere.

COMED I E.

BELIS E. C'eft mon intention. Je vais de mon Noraire Prendre pour ce neveu quelque somme d'argent. Sans doute il me rendra moo Billet à l'instant. Muis fi må fæur decouvre ... ah ! le coeur me

palpite. Par raison & par honte avec soin je l'évite, Depuis que je vous vois, je n'ose plus la voir,

elle fort, FRONTIN. Nous toucherons l'argent qu'elle ́va recevoir.

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

M pictur; changez d'habits, ou cachez-vous

bien vice , Araminte eft rentrée.

FRONTIN.

Il faut que je l'évite. Mais non ; örons cela : je vais l'attendre icy. Le temps preffe, tiens, prens cette perruque-cy: En:nouant celle-là, jaurai l'air plus comique, Folàtre, negligé, c'est le Chevalier Clique. Pour charmer une folle il faut extravaguer.

SCENE

VIII.

ARAMINTE, FRONTIN.

[ocr errors]

ARAMINTE prenant toutes ces paffions l'une après l'astre.

i Ecours en étourdie. On vient de m'intriguer.. Je tremble... J'ai pourtant cenç choses à vous

dire, Et plaisantes. Je vais d'abord vous faire rire. Mais non : le serieux eft icy plus preflé. Ma soeur me voyant - là fierement a passé. J'en ai fremi ... C'est dont nous parlerons en.

luite: Commençons par vous faire admirer ma con

duite. Douceur & complaisance ont caché mes cha

grins ; Cependant en secret j'esperois, mais je crains.. Au reste je ressens une joye infinie, Vous m'allez delivrer de cette cirannie De ma soeur ...& de plus je hais ce neveu-là. Je vais vous arranger par ordre tout cela. Mais parlez le premier, quel parti dois-je prendrer Parlez tour à loisir , car j'aime à vous entendre. En reprenant

haleine on vous écoutera : Parlez de vôtre amour , & l'on y répondra. Parlez.....

FRONTIN.

Si je me tais, c'eft parce que la foule Des mêmes passions dont le courbillon roule En vous , ainsi qu'en moi, m'empêche de parler; Car en vivacité j'ose vous égaler. Tristelle, joye, amour, haine, crainte, efpe

rance.

COMEDIE.. Mais mon amour sur tout m'a reduit au filence; Je n'ai jû dire un ino!, parce que vous parliez.

AR A MINT E. Vous êtes tout elprit, quoique vous vous caifiez; Cur votre air , vos façons, vos regards, tout s'ex.

plique: Tout en vous parle au coeur, mon cher Chevalier Clique.

FRONTIN. Tout en vous écant beau, tout en moi vous ai

mant , Tout en moi, tout en vous par un rapport char

mant , Tout en vous , tout en moi demande mariage.

AR AMINTE. Il est vrai. Mais je crains ce Dedit qui m'engage , Et je crains encore plus certe fevere four, Qui croit que c'elt un crime, helas Id'avoir un

cour, Et qui fic faire au mien ce vou d'indifference Que je voudrois avoir rompu dès mon enfance, C'est-à-dire, dès l'âge où mon discernement Eût pû vous distinguer, vous choisir pour Ainant. Qüi, mon cher Chevalier , oui, je vous le repete, Je vous aime trop tard , sans celle je regrecce Trente ans que j'ai pail:z sans vous avoir connu.

FRONTIN. Je n'en ai que vingt-cing , mais je serois venu En ce monde vingt ans plutôt pour vous con

noitre. C'd, le temps étant cher pour nous, commeil

doit l'être : Voyons , vite, regions, qu'avez-vous refolu?

ARAMINTE.
J'ai vû, revQ, reglé, déterminé, conclu :
Düllai-je être en horreur à cette four sauvage,
Qui pour elle & pour moi hait tant le mariage ;
Vous serez mon époux dès demain, dès ce soir.

FRONTIN.
Mais à l'essentiel il faut d'abord pourvoir

Avant qu'à vôtre soeur nous declarions l'affaire Il faudroit retirer les Billets de Valere. Composez avec lui, vôtre argent est-il prêt ?

ARAMINTE. Oui, j'ai tout retiré; car c'eft mon interêt Qu'avanc que ma soeur sçache , helas! mon ma

riage ; C: Dedit soit rompu : je suis prudente & sage.

FRONTIN. Hátez-vous. Je vais voir mes illustres parens, Pour leur communiquer le parti que je prens.

[ocr errors][merged small][merged small]

ARAMINTE seule.
Nvoyons au plus vite un Laquais à Valere.
Mais

que vois ma le

Notaire :
Sur l'argent que j'ai pris elle va s'irriter,
Il vient T'avertir.

E

[ocr errors][merged small]

ARAMINTE, BELISE.

BELISE.

Oui, ma fcur a va monset Le Notaire. Elle va deviner le mittere.

ARAMINTE.
Je l'avois agitée: ah! je crains la colere.

« 이전계속 »