페이지 이미지
PDF
ePub

tis, quid officio ca- par l'amour de la vérité, ritatis impendat. & ce qu'on suit par le deNec fic quisque de- voir de la charité; car on bet effe otiofus , ut ne doit point tellement in eodem otio utili- s'adonner au repos de la tatem non cogitet contemplation que l'on proximi ; nec foc ne pense à l'utilité du proactuosus s ut con- chain ; ni se livrer à l'actemplationem non tion, de telle sorte qu'on requirat Dei.Inotio oublie la contemplation. non iners vacatio Dans le repos on ne doit delectare debet ; fed pas aimer l'oisiveté; mais ant inquisitio, aut il faut s'occuper à la reinventio veritatis , cherche & à l'acquisition ut in ea quifque pra de la vérité, dans la vûe ficiat, 8C quod in d'y faire de nouveaux venerit teneat , & progrès, de s'en assurer alteri non invideat. de plus en plus la poslefIn actione verò non fion , & de ne pas l'enAmandus eft honor vier aux autres. Dans in hac vita five l'action on ne doit pas aipotentia , quoniam mer l'honneur & l'autoomnia vana sub sobe, rité, qui n'ont rien de fed opus ipsum quod solide dans ce monde ; per eundem honorem mais seulement le bien, vel potentiam fit , fi qui se fait par cette autoreite atque utiliter rité , s'il se fair utilement fit , id est ut valeat & dans l'ordre ; c'est-àad eam falutem fub- dire, en vûe de procurer ditorum quæ fecun- à ceux qui nous sont soudum Deum eft. mis, le salut qui est selon

Dieu.

Leçon iij. M Ous pouvons légi- j Taque à ftudio TV timement nous ap. I cognofcenda veria pliquer à la recherche de tatis , nemo prohila vérité, en quoi consiste betur , quod ad lamle repos louable de la vie dabile pertinet otiū. contemplative;mais pour Locus verò superior, les dignités qui nous élé- etfi ita teneatur atvent au-dessus des autres, que adminiftretur quand même on s'y gou- ut decet , indecenter verneroit comme il faut, tamen appetitur. il ne nous est jamais per- Quamobrem otium mis de les ambitionner. fanétum , quærit C'est pourquoi l'amour caritas veritatis , de la vérité doit nous fai- negotiñ juftum fufre rechercher le saint loi- cipit neceffitas csfir de la contemplation; ritatis quam farcimais il n'y a que les de- nam fi nullus impovoirs indispensables de nat , percipiende atla charité ; qui puissent que intuende vacannous obliger d'accepter dum eft ; fi autem * l'emploi le plus légitime. imponitur, suscipienSi personne ne nous im- da eft propter caripose ce fardeau , il faut tatis necessitatem , nous donner tout entier fed nec fic omnimoà la recherche & à la mé- do veritatis delectadiration de la vérité ; & fi tio deferenda eft , ne on nous l'impose , il faut subtrahatur illa fuas'y soumettre par l'obli- vitas opprimat gation que nous prescrit ifta necesitas. la charité, mais alors mê

me il ne faut pas abandonner entiérement le plaisir qu'on goûte à la recherche de la vérité ; de peur qu'étant privés de ses douceurs nous ne succombions sous le poids de l'emploi le plus nécessaire.

XIV. FEVRIER.

DE L'OCT A V E. L'ofice , comme ci-devant , pag. 192. hors ce qui fuit. Laj. Leçon est de l'Ecriture occurrente.

De Epiftola fancti De l’Epître de saint Athanasii Episcopi Athanase Evêque à Draad Dracontium. conce.

LEÇON ij. %. to O Portet nos jux. Il faut régler notre vie

ta sanctorum & nous proposer le fcopum , vitam nos même but que les Saints, tram moderari,illos- dont nous devons fidéleque imitari. Nec ment suivre les exemples. ignorandum,fi ab il. Et il ne faut pas ignorer lis fecedamus, ab eo- que, si nous nous en écarrum nos communio- tons , il n'y a plus d'union ne fore alienos. Bea- entr'eux & nous. Saint tus Paulus accepto Paul aiant accepté le mie dispensandi munere, nistére de la parole, n'a non ultra adhafit plus eu d'égard à la chair carni sanguini. ni au sang. Car quoiqu'il Nam tametsi dixif- eut dit, en parlant de luifet, Non fum dignus même , Je ne suis pas divocari Apoftolus, gne d'être appellé Apôcùm noßet tamen tre; néanmoins connoil

nes Paulus accepte, nistére a pegard à la

sant l'excellence du don guod acceperat nec qu'il avoit reçû , & la ignarus datoris efpuissance de celui qui le set , hæc fcripsit:V& lui avoit accordé, il dit enim mihi est si non dans ses Epîtres: Malheur evangelizavero. Ut à mòi, si je manque d'an- autem ve illi fuisset noncer l'Evangile.' Et fi non evangelizafcomme l'omision d'un fet , fic 'docenti ac tel devoir auroit été un prædicanti gaudium malheur pour lui,de me- ac corona difcipuli me aufli les disciples qu'il fuere. Hinc illa a formés par les instruc- fan&to virocura fuit, tions & les prédications, usque ad Illyricum font devenus sa joie & la predicandi , nec du. couronne. C'est ce qui en- bit avit vel Romam gagea ce faint Apôtre à proficisci , vel ufque porter la foi jusques dans ad Hifpanias propeI'Illyrie ; & delà, à passer rare , ut quò magis à Rome, & même à pé- laboraffet; amplionétrer jusqu'aux Elpa- rem mercedem congnes, afin de recevoir sequeretur. Gloriaune récompense propor- batur ergo fe bonum tionnée à la grandeur & certamen certaße , à l'étenduë de les travaux. fperabatque magnā C'estpourquoi il se glo- je coronam acceptu. sifioit d'avoir vaillam- rum. Egofanète , 8 ment combartu , & ef- meipfum · omnium péroit en recevoir une fančtorum imitatogrande couronne. Je sou- res effe peroptarim. haitte fincérement que vous & moi , nous nous rendions en tout de parfaits imitateurs des Saints,

Leçon iij. NYOn tu tantùm TI Ous n'êtes pas le

V Monasterio V seul qui avez été præfuifti , vel folus établi Supérieur d'unMoà Monachis delectus nastére par le choix que es. Similiter com- vos fréres ont fait de vous. plurimi non repu- Hy en a de même plusieurs gnarunt ; fed Elisei qui n'ont point eu de réexemplo dueti , nec pugnance pour cetre ignorantes quid ege- charge ; inais à l'exemple rit Elias, gnari d'Elisée, & faisant réhequoque reruna ab xion sur la conduite d'E

Apostolis geftarum, lie, & sur celle des Apôr hanc suscepere cu- tres, ils n'ont pas refusé ram , nec ministe-, cet emploi , & n'en ont rium aspernati sunt, pas méprisé les fonctions, vel propterea seipsis fans être déchus pour cela deteriores facti sunt; de la perfection de leur fed potiùs cùm la-, état ; mais bien plus , arboris mercedem ex- tendant avec une ferme pečtent , ipsi in me- confiance la récompense lius proficiunt, dum de leurs travaux , ils se alios ad profectum sont avancés de plus en hortantur. Quot illi plus dans la perfection, quantosque ab ido- en y portant les autres. lorum cultu revoca- Combien de personnes, runt ! Quot à da- même parıni les grands, moniaca consuetudin ont-ils fait renoncer aut ne monitis (uis avere culte des idoles ! Comterunt ! Quot Do- bien en ont-ils retiré du mino adduxêre fer- commerce avec les dé

« 이전계속 »