페이지 이미지
PDF
ePub

XVI. FEVRIER. DE L’OCTA V E. L'Office, comme ci-devant , p. 192. hörs ce guifuit. La j.Leçon est de l'Ecriture occurrente. Sermo fancti Am- Sermon de S. Ambroile brofii Episcopi.

Evêque. Leçon ij. Serm. 8. sur le Pf. 118.n.5.6 7.

Vi portio Deus n Elui qui a Dieu pour U eft , totins pof- u partage, est maître feffor eft natura. Pro de toute la nature. Au lieu agris igitur, ipfe fibi de terres, il lui suffit de Satis eft,habens bonŭ porter des fruits de fainfruéti, qui nunquã ceré,quisoient incorruptipollit perire : pro do- bles: au lieu de maisons, mibus fatis est sibi , c'est-assés pour lui d'êut fit habitatio Do- tbe la demeure du Seimini , & templum gneur & le temple de Dei, quo nihil poteft Dieu, ce qui est d'un prix elle pretiofius. Quid infini. Car qu'y a-t'il de enim pretiofius Deo? plus précieux que Dieu ?

Aut quid deest ei vi- Duque manque-t'il à cero qui poteft dicere: lui qui peut dire: Qu'il Non contingat mihi ne m'arrive jamais de me gloriari,nisi in cruce glorifier , sinon dans la Domini noftri Jesu croix de Jesus-Christ noChristi , per quem tre Seigneur , par qui le mihi mundus crucis monde est crucifié pour fixus eft,& ego mun- moi, comme je suis crudo? Non poteft in hoc cifié pour le monde: En cffet le prince de ce mon- princeps mundi kude ne peut s'attribuer au- jus fibi confortium cun droit sur un tel hom- vindicare , in quo me, en qui il ne trouve nihil fuum invenit, rien qui lui appartienne. Unde Petrus ostenC'est pourquoi S. Pierre dens, tot am in Deo voulant faire connoître portionem fibi effe, que tout son partage étoit non in fæculo , ait : én Dieu, & non dans le Argentum aurum liécle présent, dit : Je n'ai non habeo ; sed quod. ni or ni argent; mais ce habeo , hoc tibi do, que j'ai je vous le donne, In nomine fefuChriAu nom de Jesus-Christ fti Nazareni surge de Nazareth levez-vous ES ambula : hæc eft & marchez : voilà mon portio mea, hæc ejt bien, voilà mes richesses: jors wea : portia Jesus-Christ est mon para mea Christus est. In tage. Levez-vous donc& nomine igitur Chrie marchez au nom de ce fti Jefu furge & amdivin Sauveur ; c'est com- bula; hoc eft, in pore me s'il eur dit , Avec un tione mea divesjum, tel partage je suis riche, in portione mea po- . avec un tel partage je suis tens sum: meritòta. puissant : les fruits que les præfumo fructus j'attens avec une juste iftius portionis ut faconfiance d'un tel parta- lus E vita donetur ; ge,consistent dans la vertu quia hoceft iftius paque j'ai de rétablir la san- trimonium portionis té & de rendre la vie , quam elegimibi.Diparceque cette vertu eft xit hoc olaudo, es attachée à ce partage que furrexitqui erat

S. SEVERIN claudus ab utero j'ai choiG. Ainsi parloit-il matris fuæ. Q uomo- à un homme qui étoit do ergo Petrus pote boiteux de naissance ; & rat portionis fuæ qui aussi-tôt se tint ferme damna sentire qui sur ses piés. Comment natur& damna repa donc saint Pierre auroitrabat?

il manqué de quelque

chose dans son partage , Ini qui réparoit fi facilement dans les autres .ce qui manquoit à la nature ?

LEÇON iij. u Agnum con- n 'est avoir une véria M1 temnere di- Utable grandeur d'avitias; sed quàmrame, que de mépriser les rum hoc ipfum eft! richesses ; mais helas , Vtique & Moyfes qu'elle est rare ! Moïse potuit regis effe pouvoit être héritier d'un fucceffor , nutritus roi, puisque la fille de ce à regis filia, Potuit prince l'avoit élevé. Il ergo effe non folùm pouvoit donc être non

guifi Pharao , jed seulement comme Pha· etiam Pharao ; & raon, mais être lui-mê. · Pharao potuit eße fa- me Pharaon ; & ce roi

Cut Moyfes ; uter. · d'Egypte de son côté pouque enim homo : sed voit être comine un anomnis potentia ho- tre Moise, puisque l'un minis in affe£tu eft. & l'autre étoit homme : Moyses noluit rex mais toute la puissance de ese cùm poffet : fed l'homme consiste dans opprobrium Christi l'affection de son cœur. thefauris Ægypti Moïse rejetta la roiauté

quoiqu'il pût y-préren- arbitratus eft præfedre ; mais il préféra l'i- rendum : fed fugiengnominie de Jesus-Christ do potentiam, poten. fouffrant , à tous les tré- tior factus eft ; facfors de l'Egypte, & de- tus eft enim in deum vint plus puissant par l'é- regis Pharao. Rex loignement qu'il eut pour erat Pharao , sed la puissance roiale, puis Deus non erat. Moyqu'il fut établi le Dieu les factus est illi de Pharaon. Il est vrai Deus, quem rex meque Pharaon étoit rơi'y tueret & timeret : mais il n'étoit pas Dieu; fed hæc erat potentia & Moïse devint à son sanctitatis. In talić égard un Dieu redouta- congregatione , deoble;inais toute cette gran- rum Deus ftat , atde puillance étoit une fui- que discernit. Et tu te de la saintété dont it li deus vis peccatoétoit rempli. Ce sont là ribus effe , terrori ces dieux au milieu des- regibus, reverentia quels Dieu se trouve , & aliis ; ut tanquam qu'il juge lui-même. Si Deo tibi videantur donc vous voulez être un effe fubje£ti , quia Dieu pour les pécheurs, operaris in Dei nodevenir la terreur des rois, mine ; contemne que &vous rendre respectable seculi funt, & Domiaux autres hommes , en- nice Paffionis opprosorte que tous vous soient brium contende omsoumis comine à Dieu mê- nibus præferre dime , en vous voiant exer- vitiis. Opprobrium cer son autorité ; mépri- dico , quod illis via sez tout ce qui a rapport deatur opprobrium ,

adais fcan- au siécle , & ne cessez ja dalum, gentibus ftulo mais de préférer à toutes titia, nobis autem fes vaines richesses l'opatque Dei virtus probre de la Paffion du fapientia.

Seigneur : je dis l'oppro

bre, parcequ'elle est un opprobre pour le monde , un scandale pour les Juifs, & une folie pour les Gentils , pendant que nous la révérons comme étant la vertu & la sagesse de Dieu.

XVII. Feyrier.
DE L'OCTA V E.
L'Office, comme ci-devant , pag. 192. hors ce
qui fuit. Laj. Leçon est de l'Ecriture occurrente.
Sermo fančtifoannis Sermon de saint Jean

Chryfoftomi. Chrysostôme.
Leçon ij. Hom. 70. fur S. Matthieu.

Onachi Ano T. Es solitaires égalant W gelis aquales L les Anges par la pu: longè à rebus hujus reté de leur vie , font in fæculi absunt. Omni. finiment éloignés de se no enim alio quodam conformer aux usages du modo rebus omnibus fiécle. Ils sont entiéreutuntur , quam nos ment différens de nous utimur,omniaque il dans l'usage qu'ils font de lis à noftris aliena Coutes choles, dans leurs funt, cibus , inda- vêremens, dans leur menta , domus,cal nourriture , dans leurs : cei , locutio. Si quis logemens ; mais princi.

« 이전계속 »