페이지 이미지
PDF

avoient représenté le Joiieur & la Bigote; la Parodie de cette petite Piéce Pantomime fut jouée au Théatre ltalien en Aoust i 72p. La Muíique étoit de M. Mouret ; le sieur Theveneau s'y distingua dans le Rolle de Mico.

Quichotte. C. jouée par la Troupe de Moliere après le retour du sieur Baron , qui avoit quitté eette Troupe pour se mettre dans celle de campagne de la Raisin. Moliere , contre son ordinaire , joiia assez mal le principal Rolle, & on a remarqué que les Doms Quichotte & les Sancho , n'ont jamais réussi au Théatre.

,— Pasquin d ' Avalas. Comedie de Montfleury ; elle est une des trois petites Piéces de PAmbigu Comique.

Ramire & Zaide. Tragedie attribuée à M. de Boissy; mais justifiée être de M. de la Chazette; elle n'eut qu'une représentation le 24. Janvier 1728. Le Pere Porée a traité le même sujet dans une belle Tragedie Latine qu'il fit représenter il y a quelques années , par les Ecoliers de Retho

. rique du College de Louis le Grand.

Dom S Anche d'' Amgon. Comedie heroïque de M.

Pierre Corneille en 1 6 ço Cette Piéce est tirée ; . de deux Comedies Espagnoles. Elle eut d'abord , un grand éclat ; mais le refus que fit M. le Prince de lui accorder son suffrage, dissipa les applaudissemens, & anéantit si-bien les jugemens que la Cour & la Ville avoient prononcé en fa faveur, qu'au bout de quelque temps elle se trouva releguée dans les Provinces.

Dor inde. Tragedie de M. d'Au vr ay en 1631.

Dorise. Comedie de Hardy.

Doristée & Cleagenor. Comedie de M. Rotrou efl

1 *<>3S

Dercthéeou la Martyre de l'Amour. Tragedie de M.

Rampale.

La dsuble inconstance. Comedie en trois Actes de M. Marivaux, représentée au Théatre Italien au mois d'Avril 1723. Cette Piéce qui est bien jouée , fait un effet charmant au Théatre, & se soutient également à la lecture. Le double Veuvage. Petite Comedie de M. Dufresny. Elle se rejoue souvent ; le sieur de laTorilliere y chantoit un pot-poury en forme de Parodie des Opera.

De toutes les Piéces de M. Dufresny, on peut dire qu'il n'y a eu que son Esprit de contradiction , son faux Darnis , & celle-cy , qui ayent eu un plein succès.

Le Duc d'OJJone. Tragi-Comedie de M. Mairet en

La Dupe amoureuse. Comedie du sieur Rosimont , représentée en 1672. Le sieur Rosimond Co,, medien du Marais, dont le nom étoit Jean„ Baptiste du Mesnil, a donné qnatre Pieces à son S, Théatre; sçavoir , le Festin de Pierre , le Valet étourdi, í Avocat sans étude , & h. Dupe amourettse. Ce Comedien après avoir quitté le Théa„ tre , s'appliqua à un genre d'étude bien diffe„ rent & plus méritoire , ayant composé sur la fia de ses jours un Recueil de Vies des Saints.

E.

Les Eaux de Bourbon Petite Comedie du sieur d'Ancour , jouée en Octobre 1 696.

L'Eclipse. Comedie en un Acte , jouée fans succès en Juin 1724.. au Théatre François. Voyés les effets de F Eclipse.

L'Ecole des Amans. Comedie en trois Actes de Vers.' C'est la premiere Piéce de M Jolly, laquelle fut représentée au Théatre François en 1718. Un conte des Fées intitulé, le Palais de la Vengeance, servit de plan pour une petite Piéce jouée au Théatre de l'Opera Comique, sous le titre de Y Ecole des Amans, laquelle a donné lieu à cette Comedie , qui contient un Comique noble, une Versification aisée & des expressions pures; cependant PAuteur a encore jugé devoir y faire quelques corrections.

M. Joly a donné au Public les Vers de l'Oj» pera de Meleagre, & quatre Comedies j sçavoir, „ cette Ecole des Amans, la Vengeance de l'Amotír , P Amante Capricieuse & la femme jalouse.

jjEcole des Bourgeois. Comedie de M. î'Abbé d'Alainval en trois Actes de Prose, jouée en Septembre 1728. Elle ne fut point goûtée.

U Ecole des Cocus ou la Précaution inutile. Come

• die du sieur Dorimond , représentée en 1661.

des femmes. Comedie de Moliere , représentée » pour la premiere sois fur le Théatre du Palais Royal le 26. Décembre \66i. Une bonne partie

• de cette Comedie qui est en cinq Actes de Vers ,

• est tirée d'une Piéce Espagnole de Dom Lopez , . de Vega. Bien des gens fronderent d'abord cette

Comedie i mais les Rieurs furent pour elle, & elle eut un succès des plus complets.

La Critique de cette Piéce aussi de Moliere en sept Actes en Prose , fut jouée le premier Juin '1663. Comme elle étoitdu temps, & ingenieusement travaillée , elle fit plaisir au Public. L'Au'teur la fit pour se vanger & le Public du chagrin '• délicat de certaines gens qui avoient frondé son Ecole des femmes. II y a encore une autre Critir

[ocr errors]

DES TheatkÍ Ji IO7

que Ht TEcole des femmes. Voyés Zelinde. ,— des Filles. Comedie en cinq Actes de Vers de M. Montfîeury , représentée à l'Hôtel de Bour<'gogne en 1 660.

Galante eu l'Art d'aimer. C du sieur Dominique en trois Actes de Vers, jouée en septembre 17 1 o. dans la Salle de l'Opera de Lyon à Belcour. Elle est imprimée.

*—des 3e 'io'hx ou le Cocu volontaire. Comedie en trois Actes de Versde M. Montfleury , représentée en 1671. à l'Hôtel de Bourgogne.

des Maris ou la Précaution inutile. Comedie de Moliere. Cette Piéce confirma le Public dans l'opinion qu'il a voit déja conçu de cet excellent Auteur. Elle est en trois Actes de Vers, & est la premiere Piéce que Moliere ait fait imprimer Sa qualité de Chef de la Troupe de MONSIEUR 3 fut un devoir pour lui de la dédier à ce Prince. C'est aussi la premiere de ses Piéces qui ait été jouée fur le Théatre du Palais Royal le vingtquatre Juin 1661. ses précedentes Piéces ayant été jouées au petit Bourbon , lequel ayant été abatu en Octobre 1660. pour y bâtir le grand & magnifique Portail du Louvre , la Salle du Palais Royal lui fut accordée par le Roy. C'est dans cette rnême Salle où le grand Cardinal de Richelieu avoit donné autrefois des Spectacles dignes de fa magnificence. JjEcoh des Peres. Comedie trouvée dans les papiers du sieur Baron après fa mort.

„ Comme à la derniere Piéce de chaque Au„ teur , nous avons marqué le terr ps de fa mort Sc quelques traits de fa vie, le sieur Baron, le Ros„ cius de notre siécle , ayant joint aux grands ta lens de la-représentation, ceux de lacomposi

[ocr errors]

„ tîon , mérite à ces deux égards les mêmes ob9, servations fur lui & fa famille. Le pe'r-e de ce grand Comedien étoit lui même Comedien de la Troupe Royale de l'Hôtel de Bourgogne , natif de la Ville d'lssoudun en Berry; son », genre de mort est remarquable : en faisant le Rolle de Dom Diegue dans le Cid, son épee lui „ tomba des mains, comme la Piéce l'exige, & la „ repoussant du pied avec indignation, il en ren„ contra malheureusement la pointe, dont il eut le petit doigt picqué. Cette blessure fut d'abord », traitée de bagatelle ; mais la gangrenne qui y parut, obligeant de lui couper la jambe, il ne le voulut jamais souffrir, Non non, dit-il, un Roy „ de Théatre fe feroit huer avec une jambe de „ bois, & il aima mieux attendre doucement la „ mort.

„ La mere du sieur Baron étoit aussi Comedienne , & si belle femme , que lorsqu'elle se „ présentoit pour paroître à la Toilette de la Reiv ne, Sa Majesté dtsoit aux Dames qui étoient présentes : Mesdames, voici la Baron, & aussi„ tôs elles prenoient la fuite.

Leur fils notre célébre Acteur, se nommoit Michel Baron ou Boyron. Il entra d'abord dans une Troupe de petits Comediens qui joiioient - „ à la Foire Saint-Germain, & qui attiroient tout Paris. On les apelloit les petit* Comediens Dau„ phins, parce qu'ils avoient représenté à la Cour „ pendant l'enfance de Mgr. le Dauphin Ayeul du „ Roy. La Troupe de Moliere ayant eu permission de s'établir à Paris, le jeune Baron y entra, d'où il sortit quelque temps après , & s'en alla cou„ rir la Province; puis revint à Paris auprès de „ de Moliere son cher Maître, & fit briller ses

« 이전계속 »