페이지 이미지
PDF

grand Cardinal, & fut imprimée en 164%'.

M. le Brun a aussi fait une Tragedie d'Europô destinée pour être mise en Musique ; ce qu'aucun Musicien n'a encore entrepris de faire. L Eurvp'. C. par un Anonyme, imprimée en 16S 3; Tous les Etats de cette belle partie du Monde font introduits fur la Scene , & les défauts de chaque Natbn y font caracterisés. Cette Piéce fut faite pour répondre aux Libelles qui se distribuoient en Allemagne. '&Europe GaUate. xuii. Opera. Ballet en cinq entrées , les paroles de M. de la Motte & la Musique de M. Campra, représenté en 1 6p7. imprimé . in-fol. La premiere entrée de Venus & de la Discorde sert de Prologue ; c'est le premier Opera de M. Campra, & un des meilleurs qui ait para depuis Lully. Cet Opera fit connoître que „ l'heureux génie de M. Campra n'étoit pas borné í, à la feule Musique d'Eglise , & quelque réputa

tion qu'il eût déja acquise par les beaux Motets „ qu'il avoit fait chanter en l'Eglife de Paris , ce

nouveau genre de Muíique ne lui en fit rien per

dre , & justifia qu'il étoit propre à l'une & à l'au„ tre Musique, toujours variée & nouvelle parle

goût des Musiques étrangeres qu'il a sçu allier

aux manieres Françoises.

„ Les Opera de la composition de M. Campra qui ont suivi celui-cy presque d'année en année, ,,íont, 2, le Carnaval de Venise, 3. Hefione, 4. „ Arethuse, les Fragmens de Lully, 6. Tancrede, ,, 7. les M lises , 8. Thelemaque ou les Fragment des Modernes, 9. Alcine, 10. Hyptdamie, „ 11. les Fêtes Venitiennes, 12. les Amours dl '„ Mars & de Venus, 13. Idomenée, iq.Telephe, 15. Camille , 16.lt Ballet des âges.

F.

íes Facheux. Comedie de Moliere en trois Actes de Vers, avec trois intermedes de differentes sortes de fâcheux liez à la Pie'ce. Elle fut représentée à la Cour au m ois d'Aoust i 661. & à Paris le quatre Novembre suivant. Elle fut composée , apprise & représentée en quinze jours pour une réjouissance dont personne n'ignore le sujet, & qui a fait un tel éclat qu'il n'est pas nécessaire d'en parler. D'abord que la toile fut levée, un Acteur parut fur le Théatre en habit de Ville , & s'adressant au Roy avec le visage d'un homme surpris, fit des excuses en désordre sur ce qu'il se trouvoit là seul, & manquoit de temps & d'Acteurs pour donner à S. M. le divertissement qu'elle sembloit attendre. En même temps au milieu de vingt jets d'eau naturelle y s'ouvrit une coquille & l'agréable Nayade qui parut dedans s'avançant au bord du Théatre, récita les Vers que M. Pelisson avoit composé , ce qui servit de Prologue. On prétend que le Roy donna à Moliere l'idée de la Scene du Chasseur importun,& qu'il avoit en vûë M. de S... outre lesdifferens caracteres de fâcheux , Moliere dit agréablement en son Epître Dédicatoire au Roy, qu'il ajoute.une Scene à sa Comedie , étant une espece de fâcheux assez insupportable qu'un Auteur qui dédie un Livre.

Les Façons du terns. Comedie representée en 168$. au mois de Novembre , auquel elle eut plusieurs représentations. L'Auteur qui ne voulut pas se nommer, étoit un homme du monde, qui ensçavoit les manieres, & de qui même des personnes de naissance vouloient bien en recevoir des préceptes.

La Famille À la mode. Voyés les Enfam de Parité

JLa Famille extravagante. Petite Comédie de M. le Grand en 170p.

La Famine ou les Gabaonites. Tragedie de Jean de la Taille de Bondaroy en 160 r. Ce sujet est tiré de l'Ecriture Sainte, & du septième Livre de Joseph. /

Le Fantôme amoureux. Tragi Comedie de M. Quinaut en 165-9.

Farces. On n'entreprendra pas de rapporter dans ce Catalogue les Farces anciennes dont le nombre est preíque infini; car selon du Verdier, au temps passé chacun se mêloit d'en faire, & encore de son temps les Enfans fans souci en joiioient & récitoient. Or , dit il, la Farce n'étoit que d'un Acte , & la plus courte étoit estimée la meilleure. Ces Farces étoient de petites faceties que les Enfans fans souci, les Charlatans, puis les Comediens donnoient fur l'Echaffaut en place publique, & ensuite en l'Hôtel de Bourgogne. Elles étoient remplies de pointes & de jeux grossiers , les Anciens estimoient beaucoup la Farce de Pathelin, Voyés Y Avocat Pathelin , les farces de Tabarin, de Turlupin, de Gauthier-Garguille, du GrosGuillaume & de Guillot Gorju , sont les plus connues. Voyés à la lettre du nom de chacun de ces Farceurs.

Le Faucon. Trois Comedies font sous ce titre. La premiere en un Acte de Prose de Mademoisells Barbier, représentée au 1 héatre François en 171 S. La seconde aussi en un Acte de M. Fuselier,joiiée au Théatre Italien au mois d'Aoust 171p. La troisième intitulée les Oyes de Bocace , de M. deLifle. EUe est en trois Actes avec un Prologue & des divertissemens , & fut représentée

àu Théatre Italien au mois de Février 1725*: %e Favori. Tragi-Comedie de Madame de Villedieu en 1665*. La fausfe apparence. Comedie de M. Scaron en 1663.

La fausse Belle-mere. Comedie en trois Actes du sieur Dominique , joiiée en Province en 1712. Elle est imprimée.

la fausfe Clelie. ou íInconnue. Comedie de M. N

Une avanture singuliere donna l'occasion & le sujet de cette Comedie. Un Président du Parlement de Grenoble étant devenu amoureux de la Moliere, s'adreíîa à une femme nommée la Le- . doux> dont le métier étoit de procurer du plaisir à ses connoissances. Cette bonne Dame crut que pour l'épargne, elle pourroit substituer & mettre en la place de la Moliere une nommée la Tourette , qui resiembloit si parfaitement à la femme de Moliere , qu'il étoit malaisé de ne si pas méprendre. En effet, elle en soutint si bien le personnage , que le Président y fut trompe. Mais malgré la défense que cette fausse Moliere lui fit de lui parler sur le Théatre, un jour ayant parlé à la véritable dans fa Loge , toute la sourbe fut découverte. La Ledoux & la Tourelle furent condamnees au souet; ce qui fut executé devant l'Hôtel de Guenegaud où logeoit Moliere. Voyés dans la Comedie de l'Inconnu l'allusion qui est faite à cette Histoire dans les Vers que la Bohemïene dit à la Comtesse qui étoit représentée par la Moliere.

La faujfe Comtefe.'Peúte Comedie de M. d'Alain

val en 1726. La fausse Coquette* Comedie en trois Actes de M. de B. représentés au Théatre Italien en Décembre 16p4.

La Fausse Magie. Comedie en trois Actes de M. de Montcrif, représentée au Théatre Italien au mois de May 1719.

La Fausse Prude, Trois Comedies font fous ce titre; La premiere de M. Palaprat. La seconde aussi intitulée la Coquette, en cinq Actes du sieur Baron en 1680. La troisième étoit destinée pour le Théatre Italien. C'est cette derniere Piece qui pour des raisons, qu'on n'a pas publié , fut cause de la clôture du Théatre Italien. Le Lieutenant de Poljce par ordre du Roy , leur ayant fait défenses de donner à l'avenir aucunes représentations , mit le Sceau fur les portes du Théatre & des Loges au mois de May 16p7.

La Fausse Suivante ou le Fourbe f uni. Comedie de M. Marivaux. Elle est en trois Actes avec des divertissemens , imprimée & très-bien reçue du Public fur le Théatre Italien au mois de Juillet '1724. ,

La Fausse Turquie. Comedie de M. Montfîeury.

La Fausse veuve. Petite Comedie en Vers de M.

. Nericaut Destouches. Elle n'eut point de succès.

Les Fausses Veritez.. Comedie de M. de Douville en 1 643. Cette Piéce est tirée du Calderon Poëte Espagnol.

Le Faux Alexandre. Tragi-Comedie de M. Scaron ,

qui l'a laissée imparfaite. Le Faux Damis ou U Mariage fait & rompu. Comedie en trois Actes de Vers de M. Dufrefny , représentée au Théatre François en Février 1721. Cette Piéce eut de la réussite, & est la derniere de ses Piéces jouées de son vivant.

Charles Riviere Dufrefny étoit Va!et-de

Chambre

« 이전계속 »