페이지 이미지
PDF

veaqté au mois de Mai 16 o 3. & fut donnée sous lenonvxUrsieur Chammelé, quoi qu'elle soit véritablement de M. de la Fontaine. Les Jeux Olimpiques ou le Prince Malade. Comedie heroïque en trois Actes de Vers. M. de la Grange passe pour en être l'Auteur. C'est le sujet d'Antiochus & de Stratonice, que l'Auteur a mis sous d'autres noms pour y pouvoir introduire les Jeux Olimpiques qui forment le principal divertissement de la piéce qui fut relevée par de belles décorations.

VIllufion Comique. C. de M. Pierre Corneille en

- 1656. après l'effortqu'il avoitfait dans fa Médée, il retourna à son premier génie pour la Comedie libre & irreguljere j il avoue lui-même que cette piece est une galanterie extravagante qui ne vaut pas la peine d'être considerée; cependant la nouveauté en rendit le succès favorable.

L'Illufion Grotesque ou le Feint Necromancien. C. de M. Néel representée en 1678.

L'Illustre Avanturier ou le Prince Travesti. C. de M. Marivaux, elle fut donnée au mois de Fevrier 1724. en trois Actes, depuis étendus en cinq & enfin reduits à trois , dans lequel état elle est imprimée. Cette piéce fut jouée au Théatre Italien fans avoir été annoncée: maniere nouvelle pour frauder les droits de la critique, dont l'invention ayant paru très sensée, à été suivie en d'autres piéces.

VIllustre Bajfa ou Ibrahim. T. de M. Scudery en 1643. in 4°. „ George Scudery natif du Havre ,, de Grace, Gouverneur du Château de N. D. ,, de la Garde en Provence, un des quarante de „ l'Academie Françoise, & frere de PHlustre » Mademoiselle Scudery , à été un des plus fe„ conds écrivains de son tems. Outre ses piéee* í, dramatiques , il a composé quantité de Poésie» faisant le nombre de plus douze mille Vers. C'est „ cette fecondité qui a fait dire à M. Despreaux,

Bienheureux Scudery dont la fertile plume
Peut tous les mois sans peine enfanter un Volume,
Tes écrits, il est vrai ,sans art & languiffans,
Semblent être formés en dépit du bon sens;
Mais ils trouvent pourtant, quoi qu'on en puijft
dire y

Vn Marchand pour les vendre & des Sots peur
les lire.

n M.Scuderi mourut le i4.May i6"6'7.&sasœur à vécu quatre vingt quinze ans , n'étant morte •, qu'au mois de Juin 1701. Cette Demoiselle f, a composé plusieurs vol. de Romans , des cont, versations de morale qu'elle presenta au Roy, 5> qui la gratifia d'une pension de deux mille liv. s, Les seize pieces dramatiques de M. Scudery, font suivant l'ordre qu'il les a composées. Ligti damon. le Trompeur puni, l'Amour caché par „ /' Amour, le Vassal genereux. Orante. le Fils » supposé l e Prince Deguisé, la Mort de Cesar. ,, Didon. í Amant liberal, s Amour Tiranique. Eudoxe. Andromire. F Illustre Bassa. Axiane. Arminius. On lui attribue encore les Tragedies iyde la Mort de Mitridate. Annibal & LucidM ,, ou le Heraut. & la Comedie des Comediens.

kV Illustre Corsaire. C. de M. Mairet 1640.

Les Illustres Ennemis. C. de M. Thomas Corneille. C'est une intrigue Espagnole , qui corame preíque toutes ses pareilles a la Scene à Madrid.

L Impatience. Ballet de M. Benscrade divisé est

deux parties, & dansé par le Roy en 1.661. ï'Impatient. C. de M. de Boisiy en cinq Actes & un Prologue en Vers, représentée au Théatre François en Janvier 1724. Il y a une Comedie Italienne de l'Impatient, qui fut représentée en 17*7

1* Impertinent malgré lui. C. en cinq Actes de Vers du même M. de Boifly, elle fut représentée le 14. May 1729. l'Auteur la retira pour y faire des corrections, & ainsi rajustée elle reparut le 30. íuivant.

VImportant de Cour. C. de M. l'Abbé de Bruys, représentée en 1603. au Theatre François où elle eut un succès favorable.

Les Importuns. C de M. Malézieu jouée au Château de Sceaux, pendant le Carnaval de l'année 1707. la Comedie de la Tarent oie est du même Auteur.

9, Nicolas Malezieu Seigneur de Chatenay près 5, Sceaux , étoit Chancelher de la Principauté de 9> Dombes , Secretaire Général des Suiíses & Grisons de France, Secretaire des comman9, demens de S.A.S. Monseigneur le Duc du Mai9, ne, un des quarante de r Academie Françoise & honoraire de celle des Sciences , il mourut „ le 4. May 1727. âgé de soixante seize ans & », six mois.

L'Imposteur. Voyez le Tartufe.

Impromptus. „ Il y a plusieurs Comedies qui portent ce titre , soit qu'elles ayent été composées ,, avec précipitation ou à loisir, quoiqu'il en soit ces Impromptus sont.

L'Impromptu de la Folie. C. du sieur le Grand $ jouée en Novembre 1725'- C'est une esoece d'Ambigu comique composé d'un Prologue & de deux Comedies, l'une intitulée les Nouveaux

Debarquez., l'autre la Françoise italienne ; dans celle-ci la Demoiselle le Grand joua sous l'habit d'Arlequin , & copia avec beaucoup d'art les graces de l'agréable Thomassin. Le sieur Armand y joua le rolle de Pantalon , & imita si parfaitement le ton & les gestes de ce Comedien Italien qu'il étoit difficile de faire la difference de Poriginal & de la copie. Cette piéce étoit entremêlée de trois divertissemens , dont le {premier étoit la revûë du Regiment de la Calote faite par la Folie , les airs étoient du sieur Quinaut Comedien, & le Ballet du sieur Dangeville.

VImpromptu de Garnison. C. en Prose , représentée en Novembre i fjp 3. Cette petite piece fut envoyée de Namur aux Comediens François , mais comme elle n'étoit pas en état de paroître auThéatre , le sieur Dancourla retoucha & la rendit telle qu'elle est imprimée en son Théatre.

De l'Hôtel de Condé Petite C. de M. Montsteury 1664. C'était une réponse à la critique que Moliere avoit fait des Comediens de l'Hôtel de Bourgogne dans són I mpromptu de Versailles, Beauchateau & de Villiers y joiioient des rolles fous leurs noms propres.

■—■ De Lrory. C. Ballet jouée en Août 17 1y. devant Monseigneur au Château de Livry. La Comédie n'est pas imprimée mais feulement le sujet": Acteurs du Divertissement ou Ballet étoient les sieurs Guerin. Poisson pere. Sallé. La Voye. Ponteuil. Du Bocage. Fompré & Poisson fils. Les Actrices étoient les Demoiselles Dancour. Des Brosses. Godefroy. Fompré. Sallé. & Mimi-Dancour : La Musique étoit de M. Gillier.

<— De Sffrenue. Com., Ballet du sieur d'Ancourt,

tomposée d'un Prologue, d'un Acte de Prose & d'un divertissement qui furent jolies au Village de Suresne dans une Fête donnée par S. A. E. M. le Duc de Baviere. U impromptu de Verfailles. C. de Moliere, représentée devant le Roy le 14. Oct. 1 663. & à Paris le 4. Novem. suivant; les Acteurs & Actrices de cet Impromptu sous leurs propres noms, étoient Moliere , Brecour, la Grange, du Croify , la Thorilliere , Bejart & les Demoiselles du Parc , Moliere , Bejart,de Brie, du Croify & Hervé. Cette piéce n'est qu'une conversation satyrique en Prose , dans laquelle Moliere se donne carriere contre les Comediens de l'Hôtel de Bourgogne & contre la Comedie du Peintre que M. Boursaut avoit fait contre lui, il y contrefaisoit si bien les Comediens de l'Hôtel deBourgogne qu'il étoit aisé de les reconnoître dans son jeu, il n'y eut

3ue Floridor qu'il épargna. En effet ces Comeiens n*avoient aucuns principes de leur art, tout leur jeu consistant dans une prononciation ampoulée & amphatique. On n'y reconnoissoit ni sentimens , ni passions ; cependant les Beauchâteau & les Mondory étoient applaudis parce qu'ils faisoient pompeusement ronfler un vers; car il faut convenir qu'avant Moliere le jeu des Comediens en generai étoit pitoyable. Depuis fa mort nous avons vû ses principes s'affoiblir peu à peu , & ses successeurs se livrer de nouveau à cette fureur & à ces éclats dramatiques qu'il avoit corrigé, & dans ces derniers tems le retour du vray , du naturel & du pathetique est dû à M. Baron & à Mademoiselle le Couvreut. L'IwpuiJJance. Tragi-Comédie de M. Verronneau , imprimée €01637.

« 이전계속 »