페이지 이미지
PDF

guisemens de l'Amour : la premiere de í'Amour déguisé sous l'apparence de la haine , la seconde sous le titre d'amitié , la troisième fous celui de l'estime : cet Opera fut représenté en ì 713. & est le premier de la composition de M. Louis Fuzellier „ Auteur vivant qui en a depuis donné quatre au„ tres , sçavoir Arion. le Ballet dis âges, les tes Greques & Romaines & la Reine des Peris.

Les Comedies qu'il a donné au Theâtre Fran„ çois font, Momus Fabuliste & les Amusement

de ( Automne. Ses pieces jouées au Theatre Ita

lien font au nombre de Seize , Sçavóir : l'^4mour maître de Langue. la Mode. Adelu/tne. la Meridienne. la Rupture du Carnaval, le Faucon.

Omphale. & Persce. Parodies. le Vieux Monde. ,, lis Nopcesde Gamache. le Cerdea'u des Theatres.

la Parodie Tragedie. les Saturnales. Arnadis le

Cadet. Momus exilé. & la Bague Magiaue : il „ a de plus donné seul ou en Societé plusieurs

piéces à l'Opera Comique. Les Amours d; Mars & de Venus. Lxxjx Opera Ballet composé de trois Entrées avec un Prologue qui seul a été imprimé en musique , il est formé par Hebé Déesse de la jeunesse qui est rassurée par la Victoire qui lui annonce le retour de la Paix & des plaisirs ; les vers font de M. Danchet & la musique de M. Campra : il fut représenté en 1712. ,'

Les Amoítrs de Momus. xxxv. Opera Ballet de troîs entrées réprésenté en 1 6ps. & imprimé en partition in-40. Les vers font de M. Duché & la musique de M. Desmarets. Les Amours de Prothée. xcviij Opera en trois Actes & un Prologue entre l'Ajnour constant & l'Amour yjla^e , les vers font de IVL de la fond & la mur sique de M) Gervais Maître de la muíique de M. le Regent, cet Opera représenté au mois de May 1720. fut goûté & a été repris au mois de Sep• tembrc 1728.

Les Amours de Venus & d'Adonis. T. de M. de Vizé elle eut un grand succès fur le Theatre du Marais en 1 670. quoiqu'alors les machines ne fussent accompagnées ni de danse ni de voix ; à la reprise qui en fut faite en 1 685. on y mit des intermedes dont la musique étoit de M. Charpentier.

Les Amours d'Ovide. Pastorale historique de M. Gilbert en 166 j.

Les Amours des Dieux, cvin. O pera Ballet représenté aumois de Septembre 1727. les vers sont de M. Fuzellier & la musique de M. Mouret. Le Prologue represente les jeux funèbres celebrés par les Sarmates de Tomes en l'honneur d'Ovide en reconnoissance de l'art d'aimer que ce fameux Poëte avoit apporté fur les bords glacés du Danube : la premiere entrée représente les amours de Neptune & de la Nimphe Amimone , la seconde celles de Jupiter & de Galiste , la troisième celles d'Apollon 9? deCoronis, la quatrième celles de Bachus & d'Ariane ; Mademoiselle S allé parut avec éclat dans cet Opera.

Les Amours des Déefles. cxij Opera dont les paroles font de M. Fuzellier & la musique du sieur Quinaut Comédien de la Troupe du Roy; il fut représenté le o. Aouit 1 72p. & cessa de l'être le 29 suivant; le Prologue est entre l'Amour & l'indifferencela première entrée représente les Amours de Venus & d'Adonis , la deuxième celles de Diane & d'Endimion , la troisième ciìles de Melpomene & de Linus Inventeur de l'Elegie.

M. de Boissy fit une Parodie de cet Opera pour

le Théâtre Italien sous le titre de Meljomcne van-*,

j,ée qui n'eut qu'une representation. Les Amours du Soleil. T. en machines jouée en 1671 ^ Let Amours de Tr*foltn. C. du sieur Dorimond er^

1662.

Les Amours de Vincennes. Voyés Iffé Opera.

jim,phitrion ou P Hercule surieux. T. de M. l'Heritier Nouvelon cette piéce eut un grand succès.

úimpbitrion. T C. de Moliere en trois Actes de vers libres & un Prologue de Mercure & de la nuit; cette piece fut représentée pour la premiere fois fur le Theatre du Palais Royal le 1 5 Janvier 1 6ÓS\ On sçait que l'Amphitrion est une des plus belles Comedies de Plaute ; M. de Rotrou a auísi traité ce sujet dans fa Comedie des Sosies. M. Moliere a pris beaucoup de choses de Plaute , mais il leur a donné un autre tour & d'autres finesses qui surpassent de beaucoup les railleries de l'Amphitrion latin; Lucien a fourni le sujet sur lequel le Prologue de Moliere roule , mais il ne lui a pas fourni les pensées brillantes dont il l'a enrichi , cette piéce-eut un applaudissement gênerai.

Les A muse m en s de P Automne. C. en trois Actes avec un Prologue & des intermedes par M. Fufellier , jouée au Théatre François en Octobre 1725.

. elle ne fut pas goûtée.

L'Amy de tout le monde. Voyés Philantrope. iAnaxandre. T C. de M. du Ryer ; c'est fa derniere Piece Pierre du Ryer parisien étoit Historiographe du Roy & un des quarante de l'Academie „ Françoise, c'est un des Poetes Dramatiques du siécle passé qui a le plus travaillé & fur les ter3, res duquel nos Auteurs ont le plus fouragé , „ mais il luiauroiî été avantageux d'être venu au ,, Theatre dans un autre tems que Corneille pour n'en être pas effacé : outre le nom que lui rirent „ ses piéces de Théatre, il acquit aussi quelque réputation par un grand nombre de traductions dont les plus considérables sont celles des ceuvres de Ciceron , de Seneque, de Tite-Live , d'Herodote, de Polibe , de Strada , des Méta„ morphoses d'Ovide & d'une partie de PHistoire 9, du Président de Thou, mais comme il étoit aux gages des Libraires auxquels il s'étoit obbligé de sournir de quoi faire aller leurs presses . fans interruption , il n'avoit pas tout le loisir qui lui auroit été nécessaire pour donner à ses ouvrages la derniere perfections mourut le 6 Nov. „ 1656. âgé de 53. ans &fut inhumé dans le tombeau de ses ancêtres en l'Eglife de S. Gervais à Paris : ses Pieces de Théatre sont, 1. le Maí, riage d ' Amour. 2 Argents & Polïarque en deux parties. 3. Lifandre, 4,. Alcimedon Cleome,, don. 6. les vendanges dit Suresnt, 7. Lucrece. 8, ,, Clarigene. p. Alcionce. 10. Saul. II.' Ester. ,, 12, Berenice. 13. Scevole. 14, Tbemiftocles.

I f. Nitocris. 16. Amarillis. 17. Dinamis. ,, 1 8. Anaxandre. On lui attribue encore les Tra,, gédies d1' Aretaphile. Alexandre. Tarqwin. Cleo,, phon. & Clitophon non imprimées. On lui' donne aussi une Comedie des Captifs. L* Andrienne. C. en cinq actes de vers qui a paru sous le nom du sieur Baron pere en 1704. elle eut un grand succès , c'est la premiere traduction des pieces de Terence qui ait paru fur le Théatre françois , car l'Eunuque que Bais traduisit sous !e regne de Charles IX. , ne fut point représenté parce qu'il n'y avoit pas encore de Comediens établis à Paris , le sieur Baron se plaint dans la pré

face de l'injustice qu'on lui faisoit, d'attribuer íâf

Siece à un autre & se console par Pexemple de 'erence même qu'on accusa de prêter son nom aux ouvrages des autres: une remarque à faire fur cette Piéee est que la Demoiselle d'Ancourt la mere qui représentoit l'Andrienne > imagina une sorte de Robe abbattue qui eonvénoit à ce rolle dont la mode s'établit & continue encore aujourd'hui , ces robbes retiennent le nom d'Andriennes.

jindromaque T. de M. Racine en 1558. le Comédien Montfleuri fit de si grands efforts pour re- presenter les fureurs d'Oreste dans cette píéce , qu'il tomba malade & en mourut: la Mariamne de Tristan avoit pareillement causé la mort àMondory, ce qui fait dire à Montfleury dans le Parnasse resormé , que désormais il n'y aura plus de Poëte qui ne veuille avoir l'honneur de crever un Co

. médien en fa vie;; il parut une critique d'Andromaque intitulée U folle Querdle , Comédie que . M. Racine attribuoit à Moliere , ce qui mit la mésintelligence entre eux. Cependant le veritable auteur de cette critique étoit M. de Subligny ; les autres Censeurs que la jalousie & le mérite de cette excellente Piéce attirerent à son Auteur , l'obligerent à se perfectionner de plus en plus , , ce qui fait dire à M. Despreaux

Et peut-être ta f lame aux Censeurs de Pyrrhus,
JDoit les-plus nobles traits dont tu peignis Burrhus.

Cette Tragédie d'Andromaque à été mise en vers Italiens non rimés par plusieurs Academiciens d'Italie & fut jouée fur le Théatre des Ita-, liensà Paris en 17af.

« 이전계속 »