페이지 이미지
PDF
[graphic][subsumed][subsumed]
[ocr errors]

P R £ P J C E.

IL me semble qu'il faut être tout-à-fait insensible à ce qui regarde la pureté des mœurs & le bon ordre de la societé, pour voir sans douleur le mauvais usage que la plupart des Poëtes font de la poësie. A considerer presque tous leurs ouvrages, on croiroit que cet art si excellent, n'auroit êtë donné aux hom-; mes , que pour fomenter leurs paflìons , pour servir' au luxe 6e à la débauche y ou tout au plus pour les a m u-fer, & les entretenir de vie

♦ aiiji

Cons & de bagatelles.

- Lorsque j'ay fait reflexion fur un désordre si visible & fi criant*. |ay cm qu'il ne pouvoit être venu , que de ce que les Poetes chrétiens avok.it trop facilement adopfc les fausses idées , que les payens s'êtoient formées de la poésie. Par exemple les payens se sont imaginer que les Poètes ne devoient traiter que des sujets feints. & inventez à plaisir i & les Chretiens au lieu de se servir de leurs lumieres , pour redresser une pensée si visiblement oposée au bon sens & à la verité, s'en font fait une loi, comme si les payens> avoient été pour eux desmaî*fies dune autorité infaillible.

Les Payens ont crû que la poésie demandoit de la fureur & de l'enthousiafme , qu'un Poëte ne pou voie rien dire de grand &c de merveilleux, fans être furieux , & inípiré, pour ainsi dire, de la Divinité; & les Chrétiens ont donné dans cc sentiment, fans considerer que la Poésie est un art y & que tous les arts demandent de la reflexion 8c de la fageíïè , afin d'en suivre heureusement les preceptes , comme le dit Horace dans ce vers :: Scribmdi reólê, sapere est & principium' (j$s sons.

Pour guérir, s'il étoit possible , & ceux qui composent erv vers, & ceux'qui écrivent fur

A iiij''

f art poetique, de ces préju-^ gez èc d'autres semblables , ou au moins pour rectifier ce qu'il y a de faux dans les idées des payens , j'ay crû qu'il faloit rechercher 1 origine de la poesie , ne doutant point que je n'y^rouvaíse cç qui a voit donné occasion aux payens d'en concevoir ces pensées. Et c'est ce qui, je crois , m a réussi. 11 me semble que j'ay découvert dans cette source, ce qui a fait que les payens ont regardé la poesie comme le langage de la fiction, & les P os-; tes comme des enthousiastes; enfin ce qui les a porté à enfanter le lysteme fabuleux » c'est-à-dire la plus monstrueu

« 이전계속 »