페이지 이미지
PDF

treprise , dont on m'avoit fait l'honneur de me charger, je n'ay pu cependant me dispenser devoir par tout, mon dessein m'a conduit, des marques de vos grandes $ heroiques vertus. Rome conserve encore le grand Etendart de Mahomet, que la posterité regardera toujours comme votre conquete, $ comme un temoignage eternel de votre zele pour la defense de la Religion Chretienne. Les Turcs se sôu viendront lontems du secours que vous donnates à l'Allemagne dans cette celebre journée, qui delivra la Capitale de l'Empire, reprima l'insolence $ la presomption des Infideles, $ apprit aux Allemands que ces fiers ennemis m'etoient point invincibles, quand on savoit mettre T)teu de son coté, autant par une pieté sôlide, que par une veritable valeur. On regrettoit encore à Alep, quand

nd E P I T R # d

and j'y passai , l'absence da # # # Capitale de la Syrie, que vous reteniez prisonnier de guerre, aprés l'avoir abbatu vous-même à vos piez dans l'effort de la melée. Le Bacha de Silistrie avoit eu le meme sort, f5 dans la meme action quatre autres Bachas ne purent eviter de tomber de la meme maniere entre vos mains, qu'en laissant leur vie sur le champ de bataille. j'ay passé par la foret des Bou4ovines , l'on vous a vu avec dix ou douze mille hommes soutenir par votre prudence , & votreintrepidité, Feffort de plus de cent mille combattans que le Seraskier des Turcs, {S le Kan des Tartares joint au Sultan Galga , avoient ramassez pour inonder la Pologne. Les Tartares qut commencent à joindre l'art de la guerre à leur ferocité naturelle, n'en savent que ce que . * 4 'U044J'

· vous leur avez appris à leurs | depens, dans plusieurs avanta| ges tres-sgualez, que vous avez · remportez sur eux, tantot prér de Kaminiec, f5 shr les autrer frontieres de la Pologne, tantot dans le Budziac , vous les avez eté chercher pour les obliger à livrer dans leur propre pais un combat, dont vous avez toujours eu toute lagloire. ?'apprems encore que vous venez de defaire un nombre infini de Valaques & d'autres peuples barbares , qui s'etoient affèmblez, pour accabler par leur multitude , une Armée toujours victorieuse tant qu'ellevous a eu pour General. Les Cosaques ont senti les effets de la terrible S juste vengeance que vous avez prisè de leur revolte, & ceux qui restent savent bien qu'ils doivent deur conservation à leur soumission prompte, & àvotregenero-- • • t- ", :" . · sité. sité. La Moscovie que j'ay parcourue, a eté remplie de la terreur de votre nom, tant qu'elle vous a eu pour ennemi. Enfin aprés m'etre informé avec plaisir de tous ces prodiges de valeur,j'ayvu en Pologne des marques eclatantes de votre pieté dans les Eglises, $ les Monasteres que vous avez batis & fondez, je n'ay vu personne de merite dans ce grand Royaume, qui ne vous regardat comme son bienfacteur, les innocens affligez vous appellent leur protecteur, les personnes zelées pour la gloire & le sèrvice de TDieu , vous proposent pour exemple à tous ceux qu'ils veulent porter à une , vie reglée, $ à une conduite veritablement Chretienne. On ne vous y nomme point autrement, que le Pere de la patrie, f5 vous avez le glorieux avantage d'avoir merité ce grand nom par - * 5 vos

· vos services, lontems avant que de l'avoir porté, je n'avois point encore eu l'honneur d'approcher de Votre Excellence, & j'etois deja plein d'estime, $ d'une espece de veneration pour tant de grandes qualitez que la voix publique reconnoissoit en votre personne, lorsque l'affliction je me trouvai, m'obligea de cher

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

moignez à toute notre Compagnie , qui semble vous appartenir tres-particulierement , non Jêulement parcequ'elle est toute

- (70//•

« 이전계속 »