페이지 이미지
PDF
ePub
[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

<' IMPRIMERIE DE H. 1 OUI M EU ET CIE,

RUE SAINT-BENOIT, 7.

[ocr errors]

DE PARIS

TOME TRENTE-CINQUIÈME.

PARIS.

AU BUREAU DE LA REVUE DE PARIS,

QUAI MA LAQUAIS, 17.

1841.

[ocr errors][merged small]

XI.'

LA CHAPELIE GOTHIQUE.

On se rappelle cette petite chapelle gothique que me montra mon guide du haut de l'Épipoli, et que je ne voulus pas aller voir, retenu par la chaleur sénégalienne qu'il faisait en ce moment. Cette chapelle appartenait à la famille San-Floridio. Batic par un ancêtre du marquis actuel, elle servait surtout de lieu de sépulture à la famille. Il y avait une vieille tradition sur cette chapelle, qui ne contenait pas seulement, disait-on, des caveaux mortuaires : on parlait de souterrains inconnus, dans lesquels un comte de San-Floridio se serait réfugié à l'époque des guerres avec les Aragonais d'Espagne, guerres pendant lesquelles son patriotisme l'aurait fait condamner à mort. La tradition ajoutait qu'il était resté dans cette retraite pendant dix ans, et y avait été régulièrement nourri par de vieux serviteurs, qui, au risque de leur propre vie, lui portaient toutes les deux nuits, dans ce souterrain, de quoi boire et de quoi manger. Vingt fois le comte de San-Floridio aurait pu se sauver et gagner Malte ou la France; mais il ne voulut jamais consentir à quitter la Sicile, espérant toujours que l'heure de la liberté sonnerait pour elle, et pensant qu'il devait être là au premier signal.

(1) Voyez les livraisons des 8,15, î9 août, 5, U, 19 septembre, 3,10,17 et 2I octobre.

« 이전계속 »