페이지 이미지
PDF

rochers d'où les eaux du plateau supérieur tombent en cascade dans le ruisseau d'Espélunguère.

280. Crois à l'Escale d'Aiguetorte sur un grand rocher vertical, à gauche de la cascade.

De ce point, la frontière se dirige vers le sud-est par le point supérieur d'un escarpement comme un mur de rochers presque verticaux, et aboutit à un angle formé par ces rochers et ceux de la chaîne del Hon venant de l'est, lesquels sont également d'une pente très-rapide et dont le bord supérieur sert aussi de limite internationale jusqu'au Mail de l'Espélunguère (No. 281).

281. Croix à la partie supérieure de l'angle des escarpements mentionné ci-dessus et à 480 mètres de l'Escalé.

Cette distance et celles qui suivent jusqu'à Somport sont à peu de chose près exactes, quoiqu'elles n'aient pas été mesurées sur le terrain; elles représentent la distance d'un point à un autre en, ligne droite et en projection horizontale.

282. A l'extrémité nord du Mail del Hon, croix sur une roche calcaire à 430 mètres du No. 281.

283. Croix sur un petit mamelon, nommé Clot de Mail ou Col dèt Mail, à 240 mètres de la précédente.

284. Au Mail d'Espélunguère, croix sur une roche blanche affleurant le sol et à 200 mètres de celles du Clot de Mail.

285. A 530 mètres au pied d'une arête du mamelon duCoutchèt dèt Garray ou de la Femme-Morte, croix sur une roche regardant le nord, un peu au-dessus d'un sentier.

286. Croix à 340 mètres sur la face méridionale d'un rocher, au Mail de Maspêtres.

287. A 480 mètres plus en avant, croix sur une pierre plate à fleur de terre au bord du Fourat de las Tirérès, qui est un gouffre ou puits naturel sur la pente septentrionale d'un grand mamelon appelé Mail de las Tirérès.

288. Sur l'arête saillante du Mail de las Tirérès, croix; faisant face au nord et à 200 mètres de la dernière.

289. Croix au-dessus d'un sentier, sur un rocher au niveau du sol, à l'endroit où le terrain forme comme un promontoire qui domine un brusque changement de peute, à 160 mètres et au sud-est de la croix précédente.

290. Au sud et à 330 metres, borne sur le mamelon nommé Turon del Tach ou Puntal del Tacho.

291. A 420 mètres, borne à un promontoire situé sur la rive droite du ruisseau d'Escourèts et au-dessus de la Cabane ou Couejla de Caraou.

292. Au Turonnet d'Escourèts, mamelon rocheux très-remarquable, borne à 240 mètres de la précédente.

[1862-63. un.] M

293. Au delà de la Coume de la Bouchouse, borne au mamelon de Tronsec, à 580 mètres du Turonnet.

294. Borne Bur un petit promontoire au delà du ruisseau et de la fontaine de Sansané, à l'extrémité du bois de Lacuèt et à 270 métrés de Tronsec.

295. Croîs à 580 mètres, sur la grande muraille verticale de rochers connue sous le nom de Caillavérisse.

Le pied de cette muraille sert de frontière sur un espace de 540 mètres, jusqu'à la Chourront ou pas d'Aspé, sorte de cascade encaissée, par où le gave d'Aspé entre d'Espagne en France.

296 Croix à la Chourront d'Aspé, sur l'escarpement vertical de la rive droite du gave.

A partir de la Chourront, la ligne internationale suit, sur le flanc de la montagne d'Aspé, une banrle de rochers d'un blanc bleuâtre, appelée par les Espagnols El Calciaur et aboutit à un immense rocher vertical à l'est et à 1,400 mètres du pas d'Aspé.

297. Au pied de ce rocher, et sur la ligne de partage des eaui, croix faisant face au nord.

De ce point, la frontière se dirige au nord jusqu'au sommet de la Coume de Légna, au sommet dit de Candantchou, où l'on retrouve la ligne de partage des eaux.

298. Croix sur un mamelon rocheux, à 1,080 mètrps de la précédente, en deçà de la Coume de la Légna.

299. A 400 mètres, borne au sommet de la Coume de la Légna ou de Candantchou.

De ce point, la ligne internationale se confond complètement avec la ligne de faîte de la chaîne principale, jusqu'au delà du port de Vénasque, où se trouve le repère No. 332. Malgré cela, il a paru convenable de placer des signaux de démarcation sur ladite ligne de faîte aux divers points désignés ci-après:

300. Au col de Béssata, croix sur une pierre de grès rouge au niveau du sol.

301. A environ 240 mètres, croix faisant face au midi, sur le bord vertical d'un rocher plat, situé sur un monticule peu élevé.

302. Sur le premier mamelon qui vient après, croix à 220 mètres de la dernière, sur la face d'une roche verticale qui regarde vers l'est.

303. Borne au mamelon suivant, à 300 mètres du repère précédent.

304. A 260 mètres, borne sur le monticule le plus proche.

805. Au col de Somport, le summus portus des anciens, croix sur un rocher vertical de grès rouge, situé sur le côté méridional de 1» route qui va de France en Espagne, en passant par Urdos et Canfranc, qui sont les lieux les plus rapprochés du col auquel ils donnent aussi chacun son nom.

306. A 230 mètres, croix sur la face verticale et sud-est d'un rocher qui domine le col de Somport.

307. Croix sur un petit pic rocheux qui domine le col de la Coume d'Astun.

308. Borne au col Mayou ou de las Névéras.

309. Borne au col des Moines ou de Bious, désigné aussi sous le nom de los Honès.

310. Au Pourtalet d'Anéou ou col de la Fuenté del Gallégo, croix à 1") mètres à l'ouest du chemin qui unit les vallées d'Ossau et de Tena.

311. Croix sur les rochers verticaux du col de Sobe ou d'Arloustf».

312. Au col d'Azun ou de la Peyre Saint-Martin, croix sur une pierre granitique enterrée, dont la face un peu inclinée vers l'ouest est visible du chemin qui met en communication les vallées d'Azun et de Téna.

313. Au port de Cauterets ou de Panticosa, appelé uussi de Is Peyre Saint-Martin, croix sur une pierre de granit un peu inclinée vers le nord, à l'ouest du sentier qui sert de communication entre Cauterets et Panticosa.

314. Croix sur une pierre granitique, au col d'Arratillou.

315. Au col de Plalaube ou de Plana del Alba, croix sur une roche à 10 mètres à l'est du sentier.

310. Au col de Cardale, croix sur un rocher peu incliné vers l'est, et à 40 mètres à l'ouest du passage.

317. Au col de la Bernatoire, croix sur la face verticale des rochent, à l'ouest du passage qui mèue au lac de ce nom.

318. Au port Vieux ou col des Espécièrus, croix sur une pierre plate à demi enterrée.

319. Au port de Oavarnie ou de Torla, passage très-fréquenté, croix sur la face orientale d'une grande pierre debout, appelée Peyre Saint-Martin.

320. Au col que les Français nomment Port-Neuf-de- Pinède ou col de la Canaou d'Estaubé, et les Espagnols Port-do-Pineta ou de Salera, croix sur une roche verticale de calcaire à l'ouest du passage.

321. Au port de la Canaou de Troumouse, ou bien port de la Canal ou de Lalarri, croix sur un rocher à l'est du col.

322. Au col de Barroude ou port de Barrosa, croix sur la face orientale d'un rocher à l'ouest du port.

323. Au port de Bielsa ou d'Aragnouet, croix à la partie supérieure et occidentale de la brèche qui a été ouverte de main d'homme pour améliorer ce passage très-fréquenté.

324. Au col d'Uéchempy ou liechempouy que les Espa appellent port de Salcorz, croix sur des rochers à l'est du col.

[graphic]

325. Au col de Moudang ou port de Tringonièr, croix à l'ouest du passage.

326. Croix à 50 mètres à l'ouest du port d'OurdisBetoù.

327. Au port du Plan ou de Riou Mayou, croix sur une roche à l'ouest et à côté du chemin qui établit une communication facile entre la vallée d'Aure et celle de Gistaïn.

328. Au port de Caouarère ou de la Madéra, croix à 20 mètres et à l'occident du passage.

329. Croix sur la face ouest de la brèche qui forme le passage difficile du col de la Pèz.

330. Croix sur une roche au col de Clarabide.

331. Croix sur la face verticale d'un rocher, au port de la Glère ou de Gorgoutès, à 6 mètres à l'est du sentier.

332. Au col de Vénasque, croix sur le pan vertical du rocher qui a été taillé pour faciliter le passage, et au levant du sentier.

La frontière continue par la crête principale jusqu'au pic de 1» Frèche ou du Pesson, où elle abandonne cette crête pour suivre celle du grand contre-fort qui sépare les eaux de la vallée de Luchon d'avec celles de la vallée d'Aran.

333. Au col dès Caousadès ou de l'Enfer, où la ligne divisoire des Souverainetés descend depuis le pic de la Frèche, borne au nord du sentier qui va à Vénasque par le port de la Picade, lequel, ainsi que le pie de la Prêche, sont situés sur la ligne de crête de la chaîne principale et à la limite de l'Aragon et de la Catalogne, de même que des provinces de Huesca et de Lérida.

334. Borne à l'entrée du Sarrat de Carabidos au point que les Espagnols appellent Cobo de la Picada, au nord du Sentier qui conduit de Bagnières-de-Luchon à Vénasque par le port de 1» Picade, et à 200 mètres de la précédente.

A partir du col dès Caousadès, toutes les distances mentionnées ont été mesurées à la chaîne, en suivant les contours de la ligne divisoire des deux pays.

335. Borne sur le dernier mamelon du Sarrat que les Espagnols appellent Cabo de la Montjoye (Mouujoyo) à 1,950 mètres de la précédente, après le pic de l'Escalette, point de la crête du contrefort où la ligne de faîte quitte brusquement sa direction de l'oueat à l'est pour prendre celle du sud au nord.

336. Au pas de la Montjoye ou des Aranais, borne à 137 mètres de l'antérieure et au point de rencontre des chemins qui conduisent de liagnères-de-Luchon et de Vénasque à las Bordas.

337. Borne sur le pic de la Montjoye, à 280 mètres du pas du même nom.

338. Sur le pic du Clot de Eoye (Rouyo), ou simplement de Eoye, borne à 552 mètres de la précédente.

339. Borne au cap de la Toua ou pic de Bibeshautes, à 380 mètres du pic de Boye.

Ici commence la montagne de Pouylané qui, aux termes de l'Article V du Traité dont le présent procès-verbal est une annexe, doit rester en Espagne. La frontière internationale quitte donc les crêtes les plus élevées du contre-fort pour en suivre de moins hautes qui se succèdent en formant un demi-cercle convexe du côté de l'ouest et compris entre le cap de la Toua et le pic de Pouylané, situés l'un et l'autre sur la ligne de faîte.

340. Borne à 814 mètres du cap de la Toua, sur un petit mamelon à gauche du sentier qui va du Pouylané dans la Boumingau.

341. Sur un monticule hérissé de petits rochers, borne à 410 mètres de l'antérieure.

342. Sur le premier piton qui vient après, borne à 392 mètres de la dernière.

343. Au pic ou Tue de Pouylané, borne à 418 mètres de la précédente.

Ici la ligne divisoire des deux Souverainetés reprend la crête de partage des eaux qui coulent à l'ouest dans la vallée de Luchon, à l'est dans celle d'Aran.

344. Croix sur un roc à 496 mètres du pic de Pouylané.

345. Borne au pas de Vilamos ou des côtes de Vilamos, au sud du chemin qui va de Luchon à Arrou, et à 424 mètres de la croix précédente.

346. Borne au premier piton après le pas de Vilamos, et à une distance de 100 mètres. Ce piton est appelé Montagnette d'Arrou.

347. Borne sur un autre piton, à 343 mètres du précédent et au nord du pas des Catalans.

348. A 700 mètres en avant, borne sur un piton au sud du col d'Arrou ou pas de Couiaséras.

349. A 283 mètres du col d'Arrou, borne sur la montagne de Monta gout.

350. Borne au passage d'Arrès, au-dessus d'un marécage, à 605 mètres de la précédente.

351. Au pic d'Arrès ou Turon de la Barra de la Péna, borne à 272 mètres de l'antérieure.

352. Borne à 533 mètres du pic d'Arrès.

A 210 mètres plus loin, la crête forme un saillant de 130 mètres de long, dont les deux versants sont en Espagne et qui s'élève perpendiculairement à la direction générale jusqu'au pic du Trône.

353. Borne à un col situé à 280 mètres de l'origine du saillant.

354. Sur le premier mamelon de la montagne d'Aubas, borne à 128 mètres de la précédente.

355. Borne sur le piton le plus élevé de la montagne d'Aubas,

« 이전계속 »