페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

grace & de

[ocr errors]

dire qu'ils ne lui veulent point de mal, sans se sou-
'venir que par la Loi de Jesus-Christ ce n'est pas
assez de ne vouloir point de mal à notre ennemi
( car cela c'est n'avoir plus de haine,) mais qu'il
faut encore avoir de l'amour & de la dilection, c'est-
à-dire, lui vouloir du bien.

il y en a qui disent pressés de ces raisons, non-seu-
lement je lui pardonne l'offense qu'il m'a faite , & ne
lui veut point de mal, mais encore lui souhaite les
mêmes biens de nature, de fortune, de
gloire qu'à moi-même : mais je ne puis me résou-
dre à le voir, ni à converser avec lui , parce que la
présence émeut mes puissances, & que je crains que
mes playes ne se r'ouvrent, en me rappellant le sou-
venir du tort qu'il m'a fait.

Certe excuse semble avoir quelque couleur ,
quand on considere la fragilité humaine plus foible
qu'un roseau qui se plie à rous vents ; mais quoi-
que cerre défiance semble louable, elle ne l'est
pas néanmoins devant Dieu , qui veut , & que

l'on se réjouisse en lui avec crainte , & que l'on se confie en lui à mesure que l'on se défie de soi-mê-' me ; que l'on s'humilie sans découragement, & que l'on s'appuie totalement sur sa grace, & nullement sur soi-mêne : c'est ce que nous enseigne la sainte parole quand elle nous dit que nous ne 1. Cor. 3. So pouvons rien de nous comme de nous, que toute notre suffisance vient de Dieu, que sans lui nous ne pouvons rien faire, mais aussi qu'avec lui nous pouvons tout , & même traverser les murailles de toute sorte d'obstacles, de sorte que nous ayant donné le vouloir & le commencer , nous devons efperer qu'il nous donnera d'achever par sa bonne volonté; & ainsi s'il nous a donné la grace de

pardonner de bon cæur, de ne vouloir point de mal,

1

& même de désirer toute sorte de biens , nous des vons aussi nous confier qu'il nous donnera la force de résister aux tentations que l'ennemi de notre salut pouroit exciter en la partie inférieure de notre ame, à la vûë de celui à qui nous avons pardonné, pourvû que nous l'ayons fait de bon cæur.

Il y en a même , qui convaincus de ces raisons diront : je veux bien le voir & n'eviterai point de me trouver en la compagnie : mais de lui parler c'est ce que je ne puis faire parce que je craindrois de m'échaper en quelques reproches, & d'en venir

ensuite à quelques injures qui ralumeroient le feu Máll, 27. 64. de la haine au lieu de l'éteindre, & rendroient la

derniere pire que la premiere.
Certes quand celui que

la fiévre a quitté boit encore avec quelque sorte d'empressement, c'est figne qu'il y a encore quelque reste d'émotion & de chaleur dans ses veines. Quelques mines que

fafa sent telles sortes de personnes qui sortent à regret de l'égypte de la haine, & qui regardent en arriere, il y a encore sans doute quelque aigreur secrette cachée dans leurs cæurs.

C'est à eux de prendre leur cæur à deux mains, & d'en ôter par un généreux effort certe fecrette aversion, & de dire à Dieu qu'il aide leur infirmité,

afin qu'ils puissent pratiquer cet enseignement de Matt. 5. 44. l'Evangile, de faire du bien à ceux qui les haïssent Rom. 12. 23. & de surmonter le mal par le bien.

Nous scellerons ce que nous venons de dire par » une belle sentence de notre Bienheureux. Les » Payens aiment ceux qui les aiment, mais les Chré. » tiens doivent exciter leur amitié à l'endroit de ceux » qui ne les aiment pas, & envers ceux ausquels ils » ont beaucoup de repugnance & d'aversion.

TREIŽIEME

[ocr errors]

TŘEIZIEME PARTIE.

CHAPITRE PREMIER.

De la présence de Dieu. L

'EXERCICE de la présence de Dieu lui étoit

en fi singuliere recommandation , qu'il le conseilloit comme un pain quotidien. Je dis pain quotidien ; car comme en la nourriture du corps on mêle le pain avec toute sorte de viandes, aulli n'y a-t-il point d'exercice spirituel qui se mêle plus commodément, & plus utilement dans toutes nos actions, que la présence de Dieu.

Ah ! disoit-il, c'est le cher exercice des bienheureux, ou plûtôt le continuel.exercice de leur béatitude , selon ces paroles de Notre-Seigneur : Leurs Matt. 18. 10 Anges voyent sans interruption la face de mon Pere qui est dans le Ciel. Que si la Reine de Saba estimoit Bienheureux les

3. Reg. 10.81 serviteurs & les courtisans de Salomon, qui étoient toujours en sa présence, & qui écoutoient les paroles de sagesse qui sortoient de la bouche; combien sont plus heureux ceux qui sont continuellement attentifs à la sainte présence de celui que les Anges 1. Pet. 1, 127 defirent de voir , quoiqu'ils le voyent sans cesse ; défir qui les tient en une perpetuelle faim , de voir toujours de plus en plus celui qu'ils contemplent ; car plus ils voyent celui qu'ils délirent, plus ils délirent

Y

de le voit ; n'étant jamais rassaliés dans leur continuel raflafiement.

Vous sçavez, mes Sæurs , que lorsque vous êtes as semblées, soit pour le travail, foit pour les récréations, ou pour quelques autres exercices, il y en a toujours une de préposée, pour faire souvenir de cette aimable & laluitaire presence. Se souviennent , dit-elle par

incervalle, de la sainte présence de Dieu toutes nos fæurs , & de la très sainte Communion d'aujourd'hui, ajoute-t-elle, si c'est un jour de Communion pour toute la communauté; tels que sont les jours de Dimanches & de Fêtes,& les Jeudis.

» La plus grande part, disoit notre Bienheureux, » des manquemens, que commettent en leur de» voir les personnes pieuses, vient de ce qu'elles ne » se tiennent pas assez en la présence de Dieu.

CHAPITRE I I.
De la crainte & de l'espérance.
QUR marcher sûrement en cette vie, il faut
Pma

marcher toujours entre la crainte & l'espérance; Pfal. 35. 7. entre la crainte des jugemens de Dieu , qui font des

abîmes impénétrables ; & entre l'espérance de sa misericorde , qui est sans nombre & sans mesure , & qui surpasse toutes ses cuvres.

» Il faur, disoit le Bienheureux, craindre les di»vins jugemens, mais sans découragement ; & il se s faut encourager à la vûë de fa milericorde , mais wfans présomption. Et ailleurs : Ceux, dit-il, qui wont une excreme & désordonnée crainte d'être »damnés, témoignent avoir plus de besoin d'humi-»lité & de foumission , que de raison. Il se faut :» bien abaisser & anéantir & perdre fon ame, mais

[ocr errors]

il faut que ce soit pour la gagner , garder , & sauce
ver. Toute humilité qui préjudicie à la charité, a
est sans doute une faulle humilité.

Or, celle qui porte au découragement, au désef-
poir, au trouble , eft contraire à la charité qui veut
que nous fallions tous nos efforts , quoiqu'avec Philip. k. ti.
crainte & tremblement, & que jamais nous n'entrions
en défiance de la bonté de Dieu , qui veut que tous
soient sauvés , & viennent à pénitence.

2. Petr. 3i ga

CHAPITRE III.

I

érant un

De l'amour propre & de l'amour de

nous - mêmes.
L y a une grande difference entre ces deux

amours, puisque tout amour propre
amour de nous-mêmes, tout amour de nous-mêmes
n'est point amour propre.

L'amour propre est toujours mauvais; & il n'y a
point de péché, grand ou perit, sans amour propre ;
c'est-à-dire , sans un arrêr volontaire en la créature,
ou en soi contre la volonté du Créateur. C'est cet
amour , dit S. Augustin , qui a bâci la cité malheu-

In Pfal. 6. reuse de Babylone , dont l'enceinte s'étend jusqu'au in Psalm. 64. mépris, & à la haine de Dieu.

L'amour de nous-mêmes n'est pas de cerce natures
car étant commandé, il ne peut être que bon. Nous
fommes donc obligés de nous aimer en Dieu & se-
lon Dieu en nous souhaitant & procurant ; au-
tant que nous pouvons ,

les biens naturels , & ceux
de la grace & ceux de la gloire.
Cer amour de nous-mêmes

us-mêmes peur donc être naturel
ou surnaturel. Naturel , lorsqu'il regarde les biens
naturels : :c'est à raison de cet amour que l'Apôtre

[ocr errors]
« 이전계속 »