페이지 이미지
PDF
ePub

parce qu'on le laisseroit long-tems en Purgatoire,
faute de prier pour lui , sur l'opinion que l'on auroit
qu'il seroit en Paradis.

C H A P I T R E

XI I.

I

pas simple

Il ne se refusoit à personne.
L pratiquoit à la lettre cet avis sacré: Donnez à Luc. 6. 30.

quiconque vous demandera ; & cet autre : Rompez Ifai. 58. 7. votre pain à celui qui en a besoin. Il est vrai

que

fon pain temporel étoit fi court , que c'étoit une merveille comment il en pouvoit tant donner , & louvent il m'est venu en l'esprit que Dieu multipliant 2. Cor. 9. 10, les fruits de la justice, failoit chez lui le miracle de

la multiplication des pains, dont les restes furpal-foient de beaucoup le principal.

Quant au pain Ipirituel, il n'en étoit ment libéral, mais prodigue ; car il ne refusoit jamais la consolation spirituelle à qui que ce fût, soit en particulier , soit en public, tant il avoit peur de ce reproche : Les petits ont demandé du pain, & nui Thren. 4. Pri ne leur en rompoit. Il avoit une ligrande provision de ce pain de vie & d'intelligence , qu'il étoit toujours prêt de le distribuer , relfeinblant à ces nourrices qui abondent en lait , & qui ne desirent rien tant que de le communiquer.

J'ai plusieurs fois admiré combien il étoit prompt à prêcher, étant d'un naturel pesant, d'un esprit peu vif & d'une parole lente & tardive.

Ecant à Paris, on le vint prier de prêcher à une Fere; il l'accorda aufli-tôt : & comme un de ses domestiques l'avertit que quelques jours auparavanç il avoit promis de prêcher le même jour ailleurs : Laissez faire, dit-il , Dieu nous fera la

grace do

[ocr errors]

Kom. 10. 12. multiplier notre pain : Il est riche en misericorde für

ceux qui l'invoquent.

On lui dit qn'on ne pensoit qu'à la santé, qui ea pourroit être interessée. Si Dieu, reprit-il , fortifie notre esprit pour nous donner de quoi dire, pensez

vous qu'il laisse-là le corps , qui est l'organe par lePfal. 54. 23. quel on distribue la doctrine. Jetcons notre pensée

en lui , & il nous fortifiera.

On lui répondit que Dieu ne défendoit pas d'avoir loin de la santé : Non, dit-il, mais il défend la défiance en la bonté ; & pour arrêter' tout-à-fait ce discours : Je vous assure , ajouta-t-il, que fi l'on me demandoit un troisiéme Sermon pour le même jour, j'aurois à le faire moins de peine

d'esprit & de corps

, qu'à le refuser. Ne faut-il pas se fondre

se fondre corps & ame pour ce cher prochain, que Notre-Seigneur a rant aimé qu'il est mort d'amour pour lui.

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

CHAPITRE XIII.
Le Bienheureux convertit un Ecclésiastique
scandaleux , puis se confesse à cet

Ecclésiastique.
OMME il faisoit la visite de son Diocèse , il re-
C

çut de grandes plaintes contre un Ecclésiastique
dont la vie étoit scandaleuse , & dont les déporte-
mens ne répondoient pas à la science dont il étoit
orné.

Cet Ecclésiastique se présente au Bienheureux avec une hardiesse aussi grande que s'il eût été innocent de tout ce dont on l'avoit accusé devant le saint Prélat, & crie hautement à la calomnie.

Le Saint le reçut avec un accueil fort favorable , & plein de la bénignité ordinaire ; mais voyant la

.

hardiesse à se défendre , il rougissoit devant lui. Cette seule contenance , sans autre correction, toucha le cæur de cerimpénitent. Il se résout de prévenir la face de son Juge par la confession; il demande au laint Evêque de l'entendre au tribunal de la Pénitence. L'oreille lui est aulli-tôt ouverte, & encore plus le cæur , & il sort de cette Piscine salutaire, comme Naaman des eaux du Jourdain , & au sortir 4. Reg. 5.14 de-là le visage tout couvert de cette sainte honte Eccli. 4. 250 qui mene à la gloire.

Il lui dit : Hé bien , Monseigneur , que pensezvous du plus grand pécheur de la terre ? Que Dieu a répandu sur vous, ô mon frere, sa grande miséricorde , dit le Bienheureux : vous êtes à mes yeux tour reluisant de grace

Mais , lui dit-il, vous sçavez quel je suis. Vous ères tel

que je dis, reprit le Saint. Je voulois dire ce que j'ai été. C'est de quoi , répond le Bienheureux , il ne me souvient plus ; & pourquoi garderois-je en mà mémoire ce que Dieu a mis en oubli. Me pren- Luc. 7. 390 driez-vous pour ce Pharisien, qui prenoit Magdeleine pour ce qu'elle avoit été, non pour ce qu'elle étoit , quand elle arrosoit de ses larmes les pieds de fon Sauveur.

Et pour vous témoigner ; ajouta-t-il, que je vous vois tout rempli de gracés célestes, dont vous avez reçu dans votre cœur une mesure pleine comble, & répandante de toute part, je vous prie de m'en faire part en me donnant votre bénédiction ; & en disant cela il se jetta à ses pieds, dont l'autre demeura tout confus. Non, dit le Saint, c'est sans feinte, je vous supplie de me rendre le même office

que vous venez de recevoir de moi , & de m'entendre en confeflion. L'autre le refusant , il l'oblige d'acquiescer , de quoi il reçut une édification inexpri

mable. Et pour lui montrer que c'étoit tout de bon qu'il l'avoir en bonne estime, il se confessa encore à lui deux ou trois fois de suite à la vûe du monde, qui ne sçavoir ce qu'il devoit admirer davantage, ou l'humilité prodigieuse du saint Evêque , ou la conversion miraculeuse de cet Ecclésiastique.

CHAPITRE X I V.

Pauvreté contente.
IV

L disoit quelquefois ce mot de Seneque : ô pau-
vreté

que tu es un grand bien, mais peu connu. Je l'aime bien, disoit-il , & qui n'aimeroit celle

que Notre-Seigneur a tant chérie , & qui lui a tenu fi fidele compagnie durant les jo::rs de la chair & de la deineure parmi les hommes ; mais à dire le vrai, je ne la connois pas trop bien, car je ne la vis jamais de bien près, je n'en parle qu'à vûë de pays & én clerc d'armes.

Il vous fiéroit encore plus mal, lui disois-je, de parler des richesses ayant si peu de bien. Il me répondit par ce beau mot du même Seneque : Heureuse la pauvreté quand elle est joyeuse : mais elle n'est pas pauvreté si elle n'est gaie. Telle étoit la pauvreté des Apôtres, se réjoüisfant dans les nécessités & les souffrances pour Jesus-Christ.

Un Écclésiastique , disoit-il, (& S. Paul le die de chaque Chrétien) qui a la nourriture & le vêtement & n'est pas content, ne mérite pas le nom d'Ecclésiastique', ni

que Dieu soit la part de son héritage & de son calice. Mon Evêché, disoit-il, me vaut autant que l'Archevêché de Tolede , car il me vaut le Paradis ou l'Enfer, auft-bien que celui de Tolede à

fon

1. Tim. 6. 8.

fon Archevêque , selon que l'un & l'autre nous nous comportons en nos charges.

C'est un grand revenu que la pieté qui a ce qui suffit. 1. Tim. 6,6. Mon revenu suffit à mes néceslités ; ce qui seroit de plus, seroit trop. Ceux qui ont plus, n'ont ce plus, que pour avoir un plus grand train. Ce n'est donc

pas pour eux, mais pour des valers, qui mangent - Touvent sans rien faire le bien du Crucifix. Qui a

moins, a moins de compte à rendre. Qui a moins de superflu, a moins à donner , & moins de souci à penser à qui il faut donner. Car le Roi de gloire veut être servi & honoré avec jugement. Ceux qui ont de grands revenus , dépensent quelquesois tant , qu'ils n'ont pas plus de reste que moi au bout de Pan , si encore ils ne s'endettent. J'établis la grande richesse à ne devoir rien.

Comme c'est un bon reméde contre l'ambition de considerer ceux qui sont au dessous de nous , non ceux qui sont au-dellus , c'en est un bon contre l'avarice, de regarder ceux qui sont plus pauvres, & non pas ceux qui sont plus riches. D'ordinaire nous ne sommes pauvres que comparativement, non pofitivement. Si nous ne voulons que ce qui est nécesfaire à la nature , nous ne serons jamais pauvres; si nous voulons selon l'opinion, nous ne serons jamais riches. Pour s'enrichir en peu de tems & à petits frais, il ne faut pas entasser des biens , mais diminuer la cupidité , imiter les Sculpteurs qui font leur ouvrage en retranchant, & non les Peintres qui le font en ajourant. Celui-là n'aura jamais assez , à qui ce qui suffit , ne suffit pas.

Sur tout il ne pouvoit souffrir qu'un Ecclesiastique se plaignît de la pauvreté; car , disoit-il, il s'est engagé dans les ordres avec un bénéfice, ou avec un cicre patrimonial, capable de l'entretenir. Cela

Аа

« 이전계속 »