페이지 이미지
PDF
ePub

fé par sa vapeur même, ou bien on peut fabriquer un fourneau de terre, de tole, ou de cuivre, laissant au-dessus une ouverture qui sera ensuite couverte d'une petite poële ronde ou quarrée pleine de feu : la chaleur de la. quelle pénétrant dans la capacité du fourneau, échauffera doucement les choses qu'on y mettra, & le Vernis s'y séchera facilement; mais pour cela, le fourneau doit être peu élevé, savoir d'environ deux palmes , comme on le représente fig. 3: où on voit u semblable fourneau de fer done je me suis fervi. I. E. D. V. eft fem.) blable à une boëte, la bouche est en A. elle se ferme avec la petite porte B. & au-dessus est l'ouver ture où s'ajuste la poële C. pleind de feu. La fig. s représente un fourneau qui se peur fermer aved une petite porte , & on met le feu dedans comme je l'ai dit. J'aver tis cependant que si la chaleur ef

trop grande, elle fera lever le Vernis qui restera inégal; enfin comme il est de matière huileuse, fi on l'expose comme celui de la Chine à l'air froid, il se séchera mais avec plus de temps.

Lorique la première couche

autre avec le même Vernis, & on continuera de la même manière i autant de fois qu'on le jugera à

propos; suivant cette opération, on aura un ouvrage très-brillant mais la surface ne sera pas toujours bien égale : lorsqu'on la voudra parfaitement unic, il faudra, après que le Vernis aura reposé quelques jours & sera bien endurci, la polir de la manière que je dirai tout-à-l'heure, qui est également bonne pour les

Vernis employés sur les métaux -: & pour ceux qui ne sont point

oléagineux, qui par ce moyen deviennent tous brillans comme un miroir.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

iiij

Je sais que quelqu'un a objecté que ce Vernis rend une mauvaise odeur, à cause de l'huile qu'on y employe ; mais il est aisé de lever cette difficulté, car on trouve la même odeur dans le Vernis de la Chine, mais au bout de quelque temps elle s'en va totalement; & plus il y a de temps que l'ouvrage est fait , plus il acquiert de perfection, devenant inaltérable: si cependant on veur ajouter à la composition un peu de benjoin, cela donnera au Vernis une odeur agréable.

On se servira de cette méthode pour couvrir toutes sortes de sujets, prenant cependant garde à bien sécher la première couche avant de donner la seconde , & la seconde avant de donner la troisième; règle générale qui sert pour tous les Vernis oléagineux, parce que ces sortes de Vernis deviennent toujours meilleurs avec le temps, de même que

le Chiaram de la Chine, que j'ai éprouvé par expérience, & su par relation, ne se bien endurcir qu'au bout de quelques mois, selon la saison dans laquelle on l'employe ; & les Chinois ont coutume de ne point laisser sortir les ouvrages faits avec ledit Chiaram, finon après un temps considérable.

CHAPITRE XVI. Réflexions sur le Vernis que nous venons de rapporter , & sur le Chiaram de la Chine.

A Près avoir fait plusieurs exA périences avec la composition précédente , & 'm'en être servi à plusieurs usages, je crûs pouvoir conclure que l'Italie n'avoit point sujet de porter envie à la Chine, pour les ouvrages qu'on 1 y fait avec le Chiaram, trouvant

dans le Vernis que nous venons de rapporter, toutes les propriétés du Chiaram , qui sont les suivantes.

1o. La composition est oléagi· neuse , & composée de deux choses pareilles, bitumineuses & propres à sécher.

20. Elle est propre à sécher, quoiqu'il faille un peu de temps.

30. On ne l'employe pas chaude, mais froide.

4o. On en couvre toutes sortes de sujets, soit bois, soit métal.

go. Plus on en donne de cou. ches, plus de Vernis acquiert un noir foncé.

69. Il prend un brillant comme le cristal.

3o. A la main on y reconnoît le moëlleux du Chiaram. 1. 80. On peut travailler sur ce

Vernis à l'huile avec un mordant, & y faire ce que l'on veut avec l'or & les couleurs, quoique pour

« 이전계속 »