페이지 이미지
PDF
ePub

l'or, &ensuite celle qui est d'un beau noir. Lorsqu'elle n'est point encore sèche, ilen sort une odeur dangereuse , qui fait enfer tout le corps à ceux qui n'y sont pas accoutumés, & leur donne la couleur d'un homme mort; mais le remède à cette maladie est trèsfacile : les petites boêtes enduites de ce Vernis ne sont pas longtems à sécher, à moins que ce ne soit dans un lieu humide. Pour la beauté & la perfection de ce travail, il est aisé d'en juger par les boêtes, & les autres ouvrages qui en ont été apportés en Europe du Japon, & même de la Chine.

Après que le livre du Père Martini eut paru ; le Père Athanase Kirker, natif de Fuldes, Ecrivain très célèbre par la quantité d'ouvrages qu'il a composés, imprima en 1667, un livre intitul la Chine illustrée , & dans le premier Chapitre de la cinquième Partie , page 120, il rapporte les paroles du Père Martini, & ajoûte qu'il étoit arrivé à Rome un Hermite de l'Ordre de Saint Augustin, appellé le Père Eustache Jamart, qui composoit un Vernis, lequel, s'il n'étoit pas le même que celui de la Chine, du moins il étoit très-beau & lui ref

fembloit foit. Le Père Kirker : l'ayant appris du Père Jamart son

ami, voulut bien , avant que de le rendre public, lui en attribuer la découverte , & à la suite du même passage cité ci-delius, il en donne la recette que voici.

Il faut prendre de la gomme lacqué, bien purifiée, la mettre dans un vaisseau de verre, & verser dessus de très-bon esprit de vin , jusqu'à ce qu'il surnage de 4 doigts ; & après avoir bouché exactement le vase, il le faut mettre digérer au soleil, ou à un feu tempéré, pendant trois ou quatre jours , le remuant de temps en temps: lorsque la gomme est dif.

soute, on la coule par un linge, & on la remet digérer de nouveau pendant un jour, après lequel le Vernis est fait, on se sert du plus clair qui surnage, en l'étendant légèrement avec un pinceau sur le bois , qui doit avoir éré peint auparavant de la couleur que l'on Touhaite , & il faut avoir attention de laisser sécher la première couche avant de donper la seconde & la troisième, Een

CHAPITRE II.

l'on rapporte différentes prépa

rations faites dans beaucoup de parties de l'Europe , pour imiter le Vernis de la Chine.

TL y a une infinité de différen1 tes compositions de Vernis qui Tont imprimées dans plusieurs livres, sous le nom de Vernis de

E' la Chine, quoique ce ne soit que

divers mélanges de gomme, en - différentes dozes, pour appro

cher de la perfection plus que celui qu'a publié le Père Kirker. Avant de rapporter celles de ces préparations, qui passent pour les meilleures, li est à propos de donner une connoissance des gommes, entre lesquelles chacun pourra choisir celles qu'il croira les meilleures pour faire le Vernis à sa fantaisie.

Ayant fait chez les Auteurs de l'Histoire Naturelle une recherche exacte sur cette matière, j'ai trouvé que celle qui y tenoit

la première place, étoit la gomį me lacque, qui est la base du Ver

nis du Père Jamart ; mais pour avoir une connoissance plus particulière de la nature, il faut remarquer, avec le Docteur Léonard Fioravanti, chap. 24 du' second livre des Secrets qu'il a publiés, qu'entre lesgommes, il

y en a de chaudes , de froides,

d'humides , & de féches. La * gomme de Pin, communément appellée résine (1), est déliccative : celle de sapin , appellée (2) térébenthine ou huile de fapin participe du chaud,& est consolidante celle de prunier, & les autres de cette espèce, font humides & froides. Parmi certe variété, les Auteurs cherchent ce que doit être la gomme (3) lacque, ainsi nommée peut-être à cause que de même que la (42

(1) Résine ou poix-résine est une térébenthine , ou trementine crue, & consolidée par la chaleur du soleil, ou du feu , pour en faciliter le transport, ou pour lui donner quelque qualité dif. férente.

(2) La tremintine ou térébenthine sort particulièrement des sapins; nous la connoissons fous le nom de cérébenthine commune.

(3). Lacque-gomme, dont il est beau.ccup parlé dans la suite.

(4) Lacque est une pâte qui sert pour

« 이전계속 »