페이지 이미지
PDF
ePub

| la superficie en est pleine , ils ont | coutume d'étendre dessus un | morceau de toile très - fine,

enduite de ce Vernis du côté qu'ils l'appliquent sur le bois, auquel par ce moyen elle reste actachée comme elle le seroit avec d'autre colle. Pour être assuré de cela , j'ai rompu quelques ouvrages du Japon, garnis de cette toile, mais très-mince, & d'autres de papier collé avec le même Vernis sur le bois. Lorsque la toile est appliquée on enferme l'ouvrage dans un coffre ou une armoire, ou la poullière ne puille pénétrer , & on l'y laisse bien sécher , puis on commence à couvrir la toile de plusieurs couches, laissant toujours bien sécher la première avant d'y mettre la seconde, afin que chacune se puisse bien endurcir.

Ayant achevé de mettre le Vernis , ils travaillent par-deflus les arabesques & les feuillages d'or,

& de diverses couleurs détrempées avec le même Vernis , les laissant dans les ouvrages groffiers coinme coffres, armoires & autres semblables, tels qu'ils sont au sortir du pinceau, c'eit-à-dire, point unis ni polis à fait , comme on le voit dans plusieurs cabinets & armoires apportés en Europe, ce qui se remarque sur-tout dans les endroits les moins apparens ; mais ils ont plus de soins pour les endroits qui sont plus exposés à la vûe, & pour les choses qui sont d'an plus grand prix, comme les petits bureaux, les petits coffres, & les autres ouvrages de cette efpèce , donnant au Vernis un poli qui en unit toutes les parties ; ce poli se donne de la manière suivante. Lorsque la première , la seconde & la troisième couche sont bien séches, ils prennent une pierre à aiguiser, avec de la terre cuite en poudre très-subti- ki le, & avec cela frottent bien le

Vernis, jusqu'à ce qu'il soit parfaitement uni, ensuite ils y donnent une nouvelle couche de Vér- nis, la polislent de nouveau, lors

qu'elle est bien seche; & en der: nier lieu en donnent une de Vernis plus liquide, en usant avec la même délicatesse que les Peintres, lorsqu'ils marient leurs couleurs ensemble; ils se servent pour

cela d'un pinceau large comme la - main, compolé de plusieurs petits

joints ensemble, & de la figure d'une vergette: ce pinceau doit être de cheveux d'un enfant de huit à dix ans.

Voilà la relation touchant le Vernis. du Japon, qu'on voit être semblable à celui de la Chine ; pour derniere remarque, il faut (çavoir que dans le Japon, fi l'on n'incise point l’écorce de L'arbre qui produir le Vernis & qu'on le néglige, il est si corrosif, qu'en peu de tems il ronge la moëlle de l'arbre, & le defleche jusqu'à le faire mourir, & le rendre inutile à toute autre chole qu'à brûler.

CHAPITRE IX.

Observations sur les Vernis

précédens. N Ous pouvons faire quel

I ques observations sur les relations précedentes, pour nous faire une espece de chemin à découvrir, s'il eft possible, la maniere de composer en Europe, un Vernis tel, qu'il ait les mêmes propriétés, puisqu'il est absolument imposible de trouver en aucune partie de l'Europe des arbres de la même espèce que ceux qui le produisent, & que le tranf. porr en est fort difficile, puisque, comme on me l'a mandé, les Chi nois en sont fort jaloux, à cause du profit qu'ils retirent en vent dant leurs ouvrages aux Etrangers, ce qui fait que lorsqu'on leur demande à acheter du Ver. nis , ils le falfifient & le mélangent avec quelqu'autre liqueur qui le corrompt & le rend inutile pour le travail où l'on veut quelque perfecttion. Je dirai cepen. dant que l'on m'a mandé qu'ils n'ont plus la même jalousie, & que les Marchands Anglois en transportent une grande quantité pour faire de pareils ouvrages, qui étant dispersés dans l'Europe, passent pour être de la Chine.

Il y a une personne de considétation, & qui a beaucoup de goût pour les Arts libéraux , qui m'exhorte à longer de faire transporter en Europe quelques-uns de ces arbres qui produisent le Vernis Chinois, le persuadant que comme beaucoup de simples &d’arbres. fruitiers ayant été transportés des Indes Orientales. & de l'Améri

« 이전계속 »