페이지 이미지
PDF
ePub

que, avoient fort bien réusli, de même on auroit pû trouver en Europe quelque climat pareil à celui de la Chine, où ces arbres auroient pû se conserver, & produire le même Vernis : mais l'entreprise étant très-difficile , & n'ayant encore été tentée par personne, je la crois chimérique & impraticable, & je pense qu'il est plus à propos de chercher quelque composition de Vernis qui ait les mêmes qualités & les mêmes propriétés que celui de la Chine.

Avant cette recherche, il faut faire quelques réflexions sur les propriétés dont nous avons par. lé, & les expliquer plus particulièrement. Le Vernis Chinois , premièrement, est composé d'un bitume , soit gomme, soit résine, ou d'une huile tirée d'une graine. Secondement, ce bitume est purifié & préparé par la chaleur du feu ou du Soleil. Troisièmement,

| il est amoli & liquéfié avec l'huile

fúsdite, jusqu'à ce qu'il obéisse au pinceau. Quatrièmement, cette composition est de nature à se sécher d'elle-même, quoiqu'il faille un peu de temps. Cinquièmement, quand elle est sèche, elle est dure, inaltérable, & impénétrable à l'humidité ou à quelque diffolvant que ce soit. lixiémement, elle reste fortement attachée sur le bois, le métal, ou la pierre; de façon qu'on ne put plus l'en ôter, si ce n'est par le fer ou le feu. En dernier lieu elle est d'un brillant merveilleux.

Il faut conclure de l'examen de ces propriétés, qu'on ne peut point faire quelque chose qui refsemble à ce Vernis, si l'on n'employe des ingrédiens pareils , c'est-à-dire , des choses 'oléagineuses, comme celles avec lefquelles plusieurs ont tâchés de l'imiter dans toutes les parties du monde , sans avoir jamais cependant pû rien faire qui eut les pro priétés du Vernis de la Chine: il sera bon pourtant de rapporter quelques-uns des différens moyens dont on s'est servi, & qui sont venus à ma connoissance. Il faut remarquer en premier lieu, que pour le Vernis huileux, toutes les gommes rapportées cidessus dans le chap. . ne sont pas également bonnes, mais que I'on doit choisir celles qui n'ont rien ou très-peu d'une humidité aqueuse, & qui en même temps abondent en oléaginosité visqueuse: on doit ensuite chercher une huile avec laquelle elles puifsent être dilloutes, & intimément unies , & qui ait en mêmetemps beaucoup de facilité à sécher; c'est pourquoi, parmi toutes les huiles, je crois qu'on n'en peut pas trouver de meilleure, ni en même-temps de plus commune, que l'huile de lin; & je rapporterai l'usage qu'on peut faire

de celle-là seulement pour un excellent Vernis, que je crois le plus approcher de celui de la Chine : cependant avant de le décrire, il me semble qu'il est à propos de savoir plusieurs manières dont on a composé des

communiquées par des amis, ou qui sont rapportées dans différens Auteurs.

CHAPITRE X. Diverses compositions de Vernis

huileux. . I E Père Jean Zahn, tom. 3. de L son Oculus Artificialis, page 166, en enseigne une forte en la manière suivante, qu'il dit être très - rare & très-brillant : prenez gomme élemi, gomme animée , encens blanc, & ambre blanc, de chacun deux dragmes;

& les ayant pulvérisés, faites-les digérer dans un * vase de verre avec du vinaigre distillé, y ajoutant deux dragmes de gomme adragant , & quatre de sucre candi; faites ensuite dessécher le * tout & le réduisez en poudre ; incorporez avec cette poudre une livre d'huile d'afpic ou de térébenthine, & ajoutez-y fix onces de térébenthine de Chypre, faites cuire le tout au bain-marie; & lorsque la térébenthine sera difsoute, mettez-y les poudres & les mêlez bien avec la spatule; faites bouillir pendant trois ou quatre heures, & vous aurez un Vernis très-rare & précieux. · Le même Auteur dans un autre endroit * en rapporte un au tre. Prenez huile d'aspic deux

* Sume olei fpice nardi , vel hujus loco olei rerebenthiné libram unam, &c.

* Una libra di oglio di Spigo overo di tremenina.

* Pag. 67.

« 이전계속 »