페이지 이미지
PDF
ePub

que de Tusculum, Matthieu de sainte Marie au portique & Richard de saint Eustache diacres : puis Gautier cardinal prêtre qui étoit entré au conclave aprés ks autres, & fut auíïì obligé d'en íortir pour maladie. Aj^rés quoi nous avons choiíì d'entre nous des scrutateurs de nos sutfrages,& aujourd'hui samedi veille de la Pentecôte nous avons procédé en l'élection en cette manière. Premièrement nous avons fait examiner les scrutateurs, puis ils ont pris les sufrages en secret & auíïì-tôt les ont publiés ; & nous avons trouvé que nous étions en tout quinze cardinaux demeurans dans le conclave, qui avions donné nos suffrages dans le scrutin ; dix desquels vous avoient élu pour pape: ce que voïant les cinq autres ils se sont rangés à leur avis par voie d'acceílion.En conséquence de quoi François Cajetan cardinal diacre de sainte Marie en Cosmedinpar notre mandement spécial vous a élu en cette forme : J'élis en souverain pontife & pasteur le seigneur Bertrand archevêque de Bordeaux, t3nt en mon nom que de tous ceux qui l'ont élû. Et apres avoir chanté le Te.Deum, nous avons fait publier íolemnellement cette élection au clergé & au peuple, suivant la coutume. L'acte est datte du cinquième de Juin 1305. ■qui étoit le même jour veille de la Pentecôte & souscrit par dix-sept cardinaux.

Les dix qui avoient élû en forme étoient quatre évêques, Léonard d'Albane, Pierre de Sabine, Jean de Porto, Nicolas d'Ostie: deux prêtres, Jean de faine Pierre & saint Marcellin,Robcrt de sainte Potentiene, & quatre diacres, Napoléon de saint Adrien;, Landulfe de saint Ange, Guillaume de saint Nicolas à la prison , François Gajetan de sainte Marie en Cosmedin.Les cinq qui vinrent par accession étoient Thierri ^N c évêque de la cité papale,c'est-à-dire de Palestrine, Gentil prêtre de saint Martin aux monts ; & trois diacres , François de sainte Luce , Jacques de saint Georges au voile d'or & Luc de sainte Marie in Uta. Les deux autres qui souscrivirent furent Jean évêque de Tusculum & Gautier prêtre. Ce décret d'élection fut envoïé par trois députés Gui abbé de Beaulieu au dio- # cefe de Verdun, le sacristain de Narbone & un Italien chanoine de Chaalons.Ils étoient aussi porteurs d'une lettre oiì les cardinaux prioient instament lc pape de venir prendre possession du saint íîége : lui répresentant les périls où étoit exposé l'état temporel de l'ése Romaine & le peu qui restoit aux Chrétiens dans - sainte. Il semble qu'ils prévoioient qu'il dent deça les monts. Bertrand de Got étoit né à Villandrau dans le Co\*' diocèse de Bordeaux. Son pere nommé aussi Bertrand ment de cicou selon d'autres Beraud, étoit chevalier & de la pre- TMnt v« miere noblesse du pais, & avoit un frère nommé aussi „. li°5' Bertrand qui fut évêque d'Agen. Son neveu qui est le Bmhk.. hist. pape dont nous parlons ,fut fait évêque de Commin- ^'&V"t'*' ge en 1195. par Boniface VIII. qui peu avant îsîoël en 1199. le transfera à l'archevêché de Bordeaux, qu'il possedoit depuis prés de íìx ans quand il devint pape. II avoit un frère nommé Beraud,qui fut archevêque de *' 57^ Lion depuis l'an 1190. jusqu'en 1194. ^ ^ut fait cardinal évêque d'Albane; & en 1195. ^ *uc env°ïé légat cn France avec Simon évêque de Palestrine pour négocier la paix entre les deux rois de France & d'Angleterre.

L'archevêque de Bordeaux étoit en Poitou occupé .M*****3' Tome XIX. N

[graphic]

~7~T à la visite dé sa province. quand la nouvelle vint qu'il An. 130;. , . ,,A f. \\ . . , ^ ,

etoit élu pape. II revint a Bordeaux le quinzième de

Juillet & y fut reçu procestìonellement avec une grande joie de toute la ville & de tout le pais & un grand concours de seigneurs & de prélats. Il n'agiíïòit toutefois qu'en archevêque comme auparavant, jusqu'à ce qu'il eût reçu le décret d'élection, qui lui fut présenté % en particulier le vingt-uniéme du même mois, & en public le lendemain jour de sainte Magdelaine dans Téglise cathédrale de Bordeaux : où étant assis dans fa chaire il prit le nom de Clément, & commença dés lors à se porter pour pape. A la fin du mois d'Août il partit de Bordeaux pour s'acheminer à Lion, où «il manda aux cardinaux de se trouver : il passa à Agen , à Toulouse, puis à Montpellier, où il fit quelque séjour. Car Jacques roi d'Arragon vint l'y trouver ôc Rain. n. 8. lui rendit en persone L'homage pour le roiaume de Sardaigne & de Corse, puis l'accompagna jusqu'à Lion. £<un. n.u. De Montpellier le pape vint à Nismes où il étoit le vingt-uniéme d'Octobre & le vingt-trois à Bagnols. 11. Les cardinaux Italiens furent mécontens pour la ment de Se. phfpart de Tordre qu'ils reçurent du pape de se rendre ment v. a Lion í*aïant cru qu'il viendroit se faire couroner à c.iul'SlxU Rorne« Ik virent qu'on lesavoit trompés, & Mathieu Rosso des Urfìns leur doïen dit au cardinal de Prato: Vous êtes venu à vos fins de nous mener au- delà des monts, mais l'église ne reviendra de long-temps en Italie: je conois les Gascons. Le pape avoit aufïì mandé le roi de France , le roi d'Angleterre & tous les grands seigneurs de deça les Alpes pour assister à son couronement, qui sé fit à Lion dans l'église de saint Just le dimanche aprés la saint Martin quatorzième

de Novembre 1305. Ce fut Mathieu Rosso, qui mit ^n. 1305. au pape la courone sur la tête, & elle avoit été aportée Baluz « tfJi exprés à Lion par un camerier du pape. Apres la ce- & 624. $25. xemonie le pape retournant à son logis marchoit à cheval la tiare en tête. Le roi de France à pied le conduisit d'abord par la bride de son cheval , puis les deux Ca„^ Nang. frères du roi Charles de Valois & Louis d'Evreux avec to.xi.spic.p, Jean duc de Bretagne lui rendirent le même honeur. 6l9' Mais commue spectacle avoit attiré une grande foule de peuple, une vieille muraille trop chargée de specta- • teurs tomba dans le moment queje pape passoit auprès. Il fut renversé de son cheval sans être blessé, mais de ceux qui l'environnoient il y en eût jusques à douze tellement brisés qu'ils moururent peu de jours auprès , entr'autres le duc de Bretagne. Charles de Valois fut auífi notablement blessé, rrrais non pas mortellement. A la chute du pape la courone tomba de fa tête , & il s'en détacha une escarboucle estimée six mille florins. Le ]our de saint Clément vingt-troisié- M. Wtftme de Novembre le pape celcbra sa première messe mo"'P'4Si< pontificale , puis donna un disner, aprés lequel il s'émeut une querelle entre ses gens & ceux des cardinaux ; & elle s'échaufa tellement qu'on en vint aux mains & un des frères du pape fut tué.

Un de ses premiers soins fut d'affranchir 1 église LnI; de Bordeaux de la primatie de Bourges : ce. qu'il fit Bordeaux. ° par une bulle adressée àArnauld de Chantelòup élu archevêque à fa place, oùil dit en substance: Nous de- G0.ll. Chr. vons avoir un foin particulier de l'église de Bordeaux, ^homà^3' qui nous a eû premièrement pour fils, puis pour é- dise. to. 2. poux, & maintenant pour pere. Or la primatie pré- t*rt' 4-f-4* tendue par les archevêques de Bourges fur ceux de Bot

• Nij

[graphic]

^N 'deaux a donné occasion depuis long-tcmps à plusieurs c '.. différends enti'eux& à de erands fcandales.On dit que

Sup. liv. r n r r

ixxxiv.».jo. le pape Grégoire avoit tait une conititution lur ce lujet , mais elle n'a point été observée , & les deux archevêques ont continué d'entreprendre fur la jurifdiction l'un de loutre : d'oú se sont ensuivies des émotions populaires, des homicides & des sacrilèges ; Sc nous en avons été nous-même témoins. Voulant donc remédier à tant de maux & procurer la paix & la tran* quilité à ces deux églises : nous vous exemptons & délivrons absolument vous & vos successeurs l'église & la province de Bordeaux du droit de primatie & de toute jurisdiction de l'archevêque de Bourges : lui défendant & à son chapitre , même le íìége vacant, de rien attenter au contraire sous peine de nullité. La bulle est dattée de Lion le vingt-sixiéme de Novembre 130J.

Du temps que Bertrand de Got n'étoit qu'archevêque de Bordeaux il ne laissoit pas de se dire primat d'Aquitaine: ce-que Gilles de Rome archevêque de Bourges ne pouvant souffrir 5 il ordona à Gautier de Bruges évêque de Poitiers de le défendre de fa part à l'archevêque Bertrand, & de l'excomunicr s'il refufoit d'obéir. L'évêque de Poitiers quoique suffragant de Bordeaux exécuta Tordre" de celui qu'il reconoiísoit pour son primat : mais Bertrand étant devenu pape déposa cet évêque & le renvoïa chés les frères Mineurs d'entre lesquels il avoit étef tiré. Peu de temps aprés Gautier tomba malade & se voïant à l'extrémité il apella de la sentence du pape au jugement de Dieu ou au futur concile, &ordona d'enterrer avec lui son acte d'apel écrit dans un parchemin & mis dans fa main.

[graphic]
« 이전계속 »