페이지 이미지
PDF
ePub

nom de la province & des évêques qui dévoient venir Ân~i3o8~ au concile : par exemple dans la province de Tours ceux de Rennes, d'Angers & de Nantes: dans celle de Bourges les évêques de Mende, de Limoges & du Pui: pour Rouen, Baïeux & Coutances : pour Narbone, Toulouse, Maguelone & Beziers -, & ainsi du reste par toute réalise Latine. Pour la ville de Rome c la bulle est adressée à Isnard archevêque titulaire de Thebes & vicaire du pape. La même bulle fut auíïï adressée au roi de France Philipe avec cette clause à la fin. Au reste, parce qu'il importe pour plusieurs rai- p-^i9sons qu'un concis si célèbre soit orné de votre pre- P- '544- Bíence & de celle des autres princes catholiques, nous vous prions & vous conseillons d'y assister en persone. La bulle est adressée de même à Edouard II. roi d'Angleterre , à Charles roi de Sicile c'est-à-dire de Naples, à Charles son petit- fils roi de Hongrie, à Frideric roi de Trinacrie, c'est-à-dire de Sicile, & à tous les autres rois.

La comisiion pour informer contre les Templiers fut aussi envoïée par toutes les provinces & les comissaires étoient différens. Pour la province de Sens le pape commit l'archevêque deNarbone,Ies évê- Tempi.'p'. 'iì y. ques deJ3aïeux, de Mende & de Limoges: Mathieu de Naples archidiacre de Roíien, Jean de Mantoue archidiacre de Trente , Jean deMontlaur archidiacre de Maguelone & Guillaume Agarin prévôt d'Aix. Par une autre lettre adressée à tous les évêques de Fran- S^'c6'1' ce, le pape leur ordona de prendre pour ajointsences informations deux chanoines de leur cathédrale, deux frères Prêcheurs & deux frères Mineurs, qu'ils croiroient les plus capables ( en leurs consciences.) La let

[ocr errors]

An 1508 tre e^ ^u treizicme de. Juillet 1308. Xxviii. Cependant le pape aprit un grand accident arriv« Eglise de à Rome. La nuit de devant la fête de S. Jean à la porte s. Jean de Latine qui est le sixième de Mai.le feu prit à 1 église de

Latraa bru- •! . '. i o

lée. S.Jean de Latran. Ucomcnçapar la íacrilhe, gagna

J. niUni. \c tojt (je \à grande nef, qu'il brûla presque tout enxïin. ». 10! tier, puis l'autel des chanoines & lc choeur. Les bâxi»■ mens d'alentour furent brûlés entre'autres les loge

ra/, u. mens fes chanoines, & il ne resta que-la chapelle nov. Mœurs k samt des saints qui ctoit voûtée. Le ciboire ou chrest.n.}5. tabernacle d'argent qui couvroit le grand autel fut fondu ; & on craignoit fort pour l'autel même où l'on disoit que S. Pierre avoit offert le S. sacrifice. Car cet autel n'éuoit que de bois , comme ii est encore & en forme de cofre enfermant de précieuses reliques. Mais quelques persones pieuses eurent le courage de le retirer de l'incendie , & il fut conservé dans lâchapelle de S. Thomas de la même église sellé des faux de trois cardinaux Jean de Boccamau évêque de Tusculum, Jaques Golonne & François des Uríins diacres. Les Romains regardèrent cet accident comme une punition divine, la ville retentissoit de lamentations & l'on fit des proceílions pour implorer la miséricorde de Dieu: on apaisa les divisions, Igs ennemis se réconcilièrent, & plusieurs persones de l'un & de l'autre sexe donerentdes signes de pénitence : s'éxhortant l'un l'autre à contribuer & travailler aux réparations de cette église la première du monde en dì« gnité.

Lc pape aïant clone apris ces tristes nouvelles songea ausiì-tôt au remede, & envoïa Isnard archevêque titulaire de Thebcs & vicaire de Rome, avec uno

grande grande', somme d'argent pour travailler au "rétablisse- ^N g ment de S. Jean de Latran en sa première magnificence , par le conseil des trois cardinaux qui vienent detre només, & aufqucls il écrivit. La lettre à l'évêque de Tusculum est datée de- Poitiers le onzième d'Août. Il écrivit auflì aux Romains, louant le zele qu'ils témoignoient en cette occasion, tant par les ^ oeuvres de pénitence & les reconciliations, que par le bâtiment où tous mettoient la main fans distinction d'âge , de sexe, ou de condition , les nobles & les riches comme les autres j & pour les y encourager il leur done des indulgences.

Sur la fin du mois d'Août le pape Clément quitta t$. u Poitiers avec fa cour, & passant par Bourdeaux, puis 69'*if' par Agen vint à Toulouse pour la seconde fois, & y entra au mois de Décembre. II y fut reçu par tous les ordres avec tres-grande folemnité, & le jour de Noël il célébra la messe pontificalement dans l'églife cathédrale de S.Etiene : il avoit avec lui à Toulouse neuf cardinaux & y demeura jusqu'à l'Epiphanic. . Isnard Tacconi que le pape Clément envoìaí alors à Rome, étoit natif de Pavic & de Tordre des frères Prêcheurs. Le pape le conut dès Tannée i3©i.lors qu'étant encore archevêque de Bourdeaux, il passoit seul & inconu en Lombardie, oú Isnard Taíïista dans une grande necestìté. Etant devenu pape U le fit son pénitencier: puis cette année 1308. vers 1a Pentecôte il lui -dona le titre d*ajxhcvêquedeThebes, &en 1311. celui de patriarche d'Antioche , avec Tadministration de Tévêché de Pavie fa patrie, afin qu'il eût de quoi subsister.

Cette année 1308. mourut le fameux Jean Scoç stu>
TomeXLX. V

nomé le docteur subtil. Il étoit né à Duns en Escoíre

X*XIX * íur les confins de l'Angleterre, & étant entré dans

Lc docteur l'ordre des frères Mineurs > il étudia à Oxford avec

Jea^Scot- grand succès: ensuite il vint à Paris où il fut présenté

to.i.f'^l'. p°ur bachelier par ordre du gênerai Gonsalve en I3C37.

Vading. an. puis promû au degré de docteur. Il y soutint l'opinion

1304. ». 24. jc ja Conception immaculée de la sainte Vicrge,donc

? il parle ainíl: On dit COmUnément qu'elle a été COn

fí. J.p.ft. r t 1 r r

çue en pcché originel & il en raporte les raisons auscjuelles il s'efforce de répondre : puis il résout ainsi la question : Je dis que Dieu a pû faire que la Vierge ne f' 9*' fût jamais en péché originel : il a pû faire aufli qu'elle n'y fût qu'un instant j & il a pû faire qu'elle y fût quelque temps, & que dans le dernier instant elle fut purifiée j & aprés avoir aporté des raisons de ces trois poíïìbilités, il conclut: Lequel des trois a été fait, Dieu lesait-,& il semble convenable d'attribuer à Marie ce qui est le Dius excellent, s'il ne répugne point à l'autorité de Teglise ou de récriture. C'est ainsi que Scot s'explique fur ce sujet ;& quoiqu'il le fasse si modestement , il passe pour le premier auteur du dogme de la Conception immaculée, qui. a fait depuis de '3krn.tp.vj4. gran<^s progrés. Cette opinion toutefois semble avoir Sup. Uv. paru ^s le milieu du douzième siécle. La lettre de S. Petr. iib?\î. bernard aux chanoines de Lion & les deux de Pierre cp.zi.ix.ep. de Celles à Nicolas moine de S. Alban en Anglev. ^bornas, terre, íûpofent que c'étoit le fondement fur lequel on fcstes.iiv.11. vouloit introduire la fête de la Conception de Notre 2Á1 u Dame icc S1" toutefois n'étoit pas nécessaire, puisque p. 701. 'les Grecs célèbrent encore la Conception de S.

Baptiste : qui étoit aussi marquée autrefois dans la pluípart des martyrologes de l'église Latine.

[ocr errors]

Apres que Scot eût enseigné deux ou trois ans à ^N ^Qg, Paris, il fut cnvoïé à Cologne, où il mourut le huitième de Novembre 1308.* âgé de quarante-trois ans, ítiivant ceux qui lui donent la plus longue vie, & toutefois il a tant écrit, que ses œuvres font douze volumes in-folio , quoique toutes ne soient pas encore imprimées.

Cependant le cardinal Gentil de Montefiorí légat XXX. en Hongrie , indiqua une assemblée generale de tous Charob=fe

1 /1 ° 1 r ■ 1 1 r reconu roi

les prélats & les ieigneurs & de toutes les períonesno- de Hongrie, tables du roïaume , pour l'octave de la saint Martin , Rain- liott c'est-à-dire le dix-huitiéme de Novembre. Elle se * * tint prés de Bude dans une grande plaine au couvent des frères Prêcheurs.Le jeune roi Charobert s'y trouva avec le légat, les deux archevêques Thomas de Strigonie & Vincent de Colocza, & sept évêques, de Vaccia, de Vesprim, de Nitria, de cinq églises, d'Agria, de^agrab & de Javarin. A la tête des seigneurs étoit Henri'ban de Sclavonie avec plusieurs autres en persone & les nonces des absens, environés d'une grande multitude d'autres nobles & de peuple. Alors le légat comença a prêcher, prenant pour texte 1 evangile de la zizanie, & apliquant labone semence Matth.xuu aux rois catholiques que Dieu avoit donés à la Hon- 1* grie particulièrement S. Etiene qui avoit reçu fa courone du pape, comme temoignoient leurs propres histoires qu'il avoit lûés, ,

Ce discours excita le murmure des seigneurs & des m autres nobles , qui déclarèrent que ce n'étoit point leur intention que l'église Romaine ou le légat, pour elle,leur donat un roi. Mais nous voulons bien,ajoûterent-ils qu'elle confirme celui que nous avons apellé &

« 이전계속 »