페이지 이미지
PDF
ePub

ecclésiastique Enfin lepapeordoneà PévêquedcVe- An. nôy» nise & à tout lc clergé séculier ou régulier & en particulier aux religieux Mandians d'en sortir dans dix jours aprés le mois : laissant seulement quelques prêtres pour administrer le baptême aux enfans & la pénitence aux mourans.

Que si les Vénitiens persistent un second mois dans leur désobéissance ,1e pape dépose dés lors le doge de fa dignité & les officiers de leurs charges, les rendant inhabiles à en posséder aucune autre : il confisque leurs biens meubles & immeubles , & expose leurs perfones & celles des autres Vénitiens à être prises par les fidèles. Nous voulons auílf qu'ils sachent, ajoute lc pape, que nous nous proposons d'implorer contre eux le secours de tous les rois, les princes & les autres fidèles, pour dompter leur orgueil & leur insolence. Que s'ils ne satisfont dans trois mois, tous ceux qui feront avec eux quelque alliance ou confédération, encoureront les mêmes peines d'excomunication & d'interdit. C'est en substance ce que porte la bulle publiée à Avignon premièrement le jeudi saint vingtseptiçme de Mars 1309. encore le jour de l'Afccnsion huitième de Mai.

En exécution de cette bulle le pape écrivit aux rois gítVm # +> de Sicile, d'Espagne , de Fiance & d'Angleterre, de R*in.n.7. &

qv

exécuté en quelques lieux ; & comme les Vénitiens ne J* r,lL vlil*

saisir & confisquer les biens & les persones des Vcni- * 'J0' j" f' . r * r 1 - * • r '9'*°*»

tiens qui le trouveroient lur leurs terres, ce qui rut «43.,

laissoient pas de garder toûjours Ferrare , le pape fît'
prêcher la croisade contre èux •> & envoïa en Italie le
cardinal Arnaud de Pelegriie son parent,-pour com-
mander Parmée en qualité de légat, ce qu'il fit avec
Tome XIX. X

771 tant de succès qu'il gagna une sanglante bataille à

An. 1309. „ ,. 1 t> & & •.

Francohn pres du Po, & reprit Ferrare le jour de i>.
Augustin vingt - huitième. d'Août de la même an-

née.

xxxi v. Cependant on armoit en Espagne pour une croiCroisadecn sade plus considérable. Les deux rois Jaques II.d'Ar

J&l^nà ub. raSon & Ferdinand 1V- de Castille profitant de la dixv. c. <>. vision des Mores , joignirent leurs forces pour attaRain. n. z5. qUcr je roïaume ^e Grenade •> & envoïerent au pape des ambassadeurs, le roi d'Arragon Ponce évêque de Lerida,& le roi de Castille, l'évêque deZamora. Le pape Clément dona comiílìon à l'évêque de Valence en Espagne , de faire prêcfier la croisade en Arragon avec l'indulgence de la terre sainte. La bulle est du vingt-quatriéme d'Avril 1309. En même temps il accorda au roi Jaques la levée d'une décime pendant trois ans fur tous les revenus ecclésiastiques de ses états, excepté ceux des ordres militaires ; & permit à tous les ecclésiastiques qui marcheroient à cette entreprise, de vendre ou aliéner pour deux ans les revenus de leurs bénéfices, même à charge d'ames ; fans préjudice toutesfois du service divin. Plusieurs prélats allèrent à cette guerre: avec le roi d'Arragon entreautres Guillaume de Rocabcrti archevêque tie Tarragone & Raimond évêque de Valence chancelier du roi : avec le roi de Castille l'archevêque de Seville & • Gonfalve archevêque de Tolede,que le pape avoit fait son légat dans les terres de robéïssance de ce prince. On prit Ceuta, on assiégea Almerie & Algesire, mais enfin le fruit de cette campagne ne répondit pas à la grandeur de l'enjreprife. xxxv. Aprés que Henri de Luxembourg eût été couroné m. 1503.

9. 10.

roi des Romains à Aix la Chapelle, il voulut auslì se Xn~to7 faire couroner empereur à Rome par le pape ; & pour •LerôiHtnri cet effet il envoïa à Avignon des prélats & des fei- reconu lc gneurs chargés de fa procuration: savoir Otton évêque de Baíle & Siffrid évêque de Coire, Amedée comte n <Je Savoie, Jean daufin comtç d'Albon & de*Vienne, Baluzc *> Gui comte de Flandre , Jean comte de Sarbruc & le ?'i6s' docteur Simon de Marville trésorier de l'églife de Mets & secrétaire du roi Henri. Ils arrivèrent à Avignon vers le premier de Juillet 1305). & présentèrent au pape Clément leur procuration portant pouvoir de lui faire serment de fidélité & lui demander la courone impériale. Ils lui présentèrent aussi le décret d'élection: fur quoi le pape déclara qu'il reconoissoitHenri s,tP- w-32« pour roi des Romains, & promit de le couroner em- BaL P- 17ipereur à S. Pierre de Rome du jour de la Purification prochaine en deux ans, c'est-à-dire le second de Février 1311. disant qu'il ne le pouvoit plutôt, à cause du concile gênerai qu'il devoir tenir. Ensuite les ambassadeurs prêtèrent le ferment au pape au nom de l'cmpereur le samedi vingt-íìxvéme de Juillet. ■

Peu de jours aprés le pape courona le nouveau roi XXXVI. de Naples Robert. Charles II. ou le Boiteux mourut à a^NapícsTM' Cafenove le cinquième de Mai 1305). âgé de soixante R*'m n. 18. & trois ans, aprés en avoir régné vingt-quatre, & laissa quatre fils, dont l'aîné Robert duc de Calabre lui succéda au roïaume de Naples ou de Sicile deça lc Fare>&au titre de roi dejerufalem.il vint à Avignon, où le vingt-sixiéme d'Août il prêta au pape la foi & j.nu. mi. homage pour le roïaume de Sicile , que le pape reçut c- »**• aux mêmes conditions de la concession faite à Char- • Jes son aïeul, & lui remit toutes les sommes qu'il de

An! 1309 vo^ * église Romaine, montant disoit-on à trots Snp. Uv. cens mille onces d'or. Ensuite le pape le courona le txxxv. «.35. jour dc la Nativité de N. Dame huitième de Septembre : il régna prés de trente-quatre ans. XXXVTI. Son neveu Charles ou Charobert s'établissoit ceHoneriependaûtcIans Ie roïaume de Hongrie par les foins du Jo. de Thu- légat le cardinal Gentil, qui pour cet effet assembla à r£%'nc'*9' Bude les prélats & les seigneurs ; & de leur confente'' '*5 ment y fit publier le sixième de Mai la constitution suivante. Si quelqu'un attente contre la persone de Charles roi de Hongrie, en portant la main fur lui avec violence ou de quelqu'autre manière que ce soit: outre les peines portées par les loix, il fera privé à toûv jours de tous les fiefs qu'il tient de l'égHfe& de toutes les grâces spirituelles ou temporelles qu'il en a reçues-: tous ses vassaux seront absous du serment de fidélité, & ses enfans seront exclus à jamais de tout bénéfice ou dignité ecclésiastique. Si la courone que retient LadiflasVaïvode deTransilvanie, ne nous est restituée dans le terme du prochain concile ordonéencelui-ci: elle fera réputée interdite & profane, & on en fabriquera une autre que nous bénirons folemnellement & qui tiendra lieu de la première. Que si la première étant recouvrée ou la seconde fabriquée de nouveau étoit encore soustraite ou perdue, les archevêques de Strigonie & de Colocza , du consentement de leurs suftragans, la déclareront interdite, & une autre fera fabriquée & bénie au nom de l'églife Romaine. C'est que le peuple croioit le droit du roi attaché à cette courone que leur roi S. Etiene avoit reçue du pape. to.xi.concf. Le concile indiqué dans celui-ci se tint à Presbourg 24í3' au mois de Novembre suivant : le même légat Gentil

y présida , & du consentement des prélats y publia ^N
une constitution divisée en neuf articles. Le premier
est pour la seureté des évêques & des autres prélats,
même des légats du S. siège qui étoient quelquefois
poursuivis à main armée, pris,batus, emprisonés ou
même tués. On ordone contre les coupables les mê-
mes peines que contre ceux qui attenteroient fur la
perfonedu roi, excomunication, interdit, privation
de privilèges & de fieïs, dispenses aux vassaux du ser-
ment de fidélité , incapacité à leurs enfans pour les
bénéfices & la cléricature : privation de íepuîture. Et
comme quelques ecclésiastiques se rendoient compli-
ces des laïques dans ces sortes de violences, le con-
cile prononce contr'eux excomunication & privation
de bénéfices.

Défense de recevoir de la main d'un laïque un é- • s*> vêché, une cure, ou quelqu autre bénéfice que ce soit, sous peine à l'intrus de perdre le bénéfice qu'il poísederoit légitimement & d'être déclaré incapable d'en tenir aucun. Défense à toutes perfones de favoriser ces usurpations , fous peine d'excomunication & d'interdit. On renouvelle une constitution faite par le pape Benoist XI. lorsqu'il étoit légat en Hongrie , ïttp.nv. xes c'est-à-dire en 1303. portant encore son nom de Ni- M* colas Bocasin évêque d'Ostie. Nous n'avons point cette constitution, mais nous en avons une semblable !*" *V °nc* faite par le légat Philipe evêqfcede Fermo au concile £«/>. Uv. de Bude de l'an 117?. Conformément donc a ces «"TI1-*-J* constitutions le Léçat Gentil, dans le concile de Pref- „ r m , bourg détend i'tilurpation des biens d eghíe, &ge- 4. <r, neralement tous les pillages: ajoutant àl'excomunication l'interdit fur les terres des usurpateurs & las

« 이전계속 »