페이지 이미지
PDF
ePub

Àn^ttt. Su* ^s ont ^on^ cc Pouv°ir- Or le pape* & l'évêque peuvent le doner à quiconque a reçu l'ordre de prêtrise; & c'est la coutume de l'église Romaine, que chacun peut obtenir d'un pénitencier du pape de s'a■ dresser à quelque prêtre que ce soit pour être absous. Enfin il est expédient que le pape use de ce pouvoir de commettre des confesseurs, à cause de l'ignorancc de plufieurs curés de la multitude du peuple, & de la difficulté particulière de certains pécheurs pour ne se pas" confesser à eux, comme par exemple leurs propres concubines.

Aprésque les propositions avancées par le docteur Jean de Poilly eurent été examinées, il se rendit aux raisons qu'on-lui oposoit j & se retracta en consistoire, disant qu'il croioit le contraire véritable. Sur quoi ic pape rendit la sentence par une décr étale fameuse qui commence par Vas eleéîionis: où aprés avoir exposé le * fait il prononce ainsi : Nous condamnons ces articles asiurant que la doctrine contraire est vraie &cathoh>que. Savoir que ceux qui se sont confessés aux frères. privilégiés ne font pas plus obligés à réitérer la confession des mêmes péchés, que s'ils les avoient déja confessés à leur propre prêtre suivant le concile de Latran. Et ensuite : Nous ordonons audit docteur Jean de révoquer de fa propre bouche publiquement à Paris ces articles dans ses leçons & ses sermons : ce qu'il a promis d'exécuter fidèlement. La bulle est adressée a tous les évêques & datée du vingt-cinquième de Juillet 13 ir.

Lv. En même - temps re pape Jean termina un diffeTí*s3** rcnt* ^'j^voit avec Bertrand de Got vicomte de Loincnt Y- magne en Gascogne pour Je trésor de Clément Vsort prédécesseur, dont Bertrand étoit neveu. Le pape Ant^zi. Clément étant au lit de la mort fit transporter au K , château de Montil pres de Carpentras une partie de íiìuij./o.*. son trésor, & retint l'autre pour'lui. Apres ía mort le f' 36?vicomte de Lomagne^qui étoit seigneur de Montil le s saisit de la partie du trésor qui y étoít, & même de *' celle qui étoit demeurés auprès du pape son oncle & généralement de tous les meubles qu'il avoit laissés en divers lieux, argent comptant, vaisselle d'or ou d'argent , livres, étofes , pierreries, ornemens d'église, titres & papiers; & disposa de tout comme s'il eût été héritier universel du pape Clemerft. Le pape Jean aprés avoir attendu prés de quatre ans depuis fa promotion , publia un monitoire à Avignon le onzième de Mai 1310. par lequel il exhorte le vicomte & tous les autres qui ont détourné quelque chose des biens de son prédécesseur, à les raporter au camerier & aux trésoriers jde Péglise Romaine; &i ordone à tous ceux qui en ont conoissarice de venir à révélation. Mais d'ailleurs le pape Jean aprit que Clément. V. avoft remis de son vivant au vicomte son neveu t- 374troiscens mille florins d'or pour emploïer au secours de la terre sainte > & trois cens quatorze mille aplicable à d'autres œuvres pies. Ce qui avec deux autres sommes dues par le roi de France & par le roi d'Angleterre montoit à plus d'u» million de florins : le lout destiné au sécours de la terre sainte.

Le pape fit prier le vicomte par quelques cardinaux de lui remettre une partie de cet argent pour un passage particulier à la terre sainte, cju'il prétendoic procurer en attendant le passage général : sur quoi le vicomte lui envoïa un gentilhomme qui n'aïant point

ft r iij

^N J5iI porté de réponse précise & íurfisante, le pape crut être obligé de procéder contre le vicomte par les voies de 'la justice, & publia une citation pour Tobligcr à comparaître en persone devant le S. siège. La bulle est du • troisième de Mai 1310. Enfin lç vicomte vint à Avi?• 19 19 • gnon & fatisfitle pape, qui le déchargea des sommes qu'il avoit reçues par bulle da onzième de Juillet 13 tu & lui permit de se retirer chés lui. LVI. Le désir" que le papetémoignoitde secourir la terre

instructions sainte attira auprés de lui un Vénitien nommé Marin pourìa"roi- Sanuto, qui raconte ainsi fa première audiance.L'an íade. 13n. le vingt-quatrième de Septembre, je fus admis

samt.p. 1. (jçvant notre S. pere le pape , & lui présentai deux . livres pour le recouvrement & la conservation de la terre sainte, l'un couvert de rouge & l'autre de jaune. Je lui présentai auííi quatre cartes géographìques,l'une de la mer mediterranée, la seconde de la terre &c de la mer, la*troisiéme de la terre sainte, la quatrième de l'Egypte ; & je lui donai par écrit tout ce que j'avois • résolu de lui dire de bouche. Le S. pere reçut le tout agréablement & fit lire en ma présence mon é'crit, une grande partie du prologue & des rubriques. H me fit ausli plusieurs questions ausquelles je répondis. Enfin il dit : Je veux que ces livres soient examinés. Je lui répondis respectueusement que j'en étois fort content pourvu que les examinateurs fussent fidèles. N'en doutés point, dit-il; puis il ajouta: Allés vous reposer jusqu'à ce que je vous envoie quérir. Je me retirai & le même jour il manda Bocnce d'Ast de Tordre des frères Prêcheurs, vicaire de la province d'Arménie : Jaques de Camcrino de Tordre des frères Mineurs, qui porte une barbe & qui «toit venu en cour de Rome

pour les frères de Perse : Mathias de Chipre & Paulin ^N Vénitien pénitentier du pape, l'un & l'autre du même Crdre des frères Mineurs; & leur dona le livre jaune avec ordre dc'Pcxaminer soigneusement & lui en faire # le raport. , •. * . .

Ces quatre religieux s'assemblèrent chés frère Paulin , examinèrent mon livre soigneusement & fidèlement & firent écrire leur raport. Un mois aprés,un samedi au soir, le pape fit venir premièrement les religieux , puis moi ; & leur demanda plusieurs fois: Etesvous d'accord de vos faits ? ils répondirent tres- respectueusement: S. pere, nous avons écrit tous d'accord ce que nous pensions. Il y eût plusieurs autres discours: les frères & moi répondant aux questions du pape. Enfin il dit : Il est tard : vous laisserés ici votre raport, • je le verrai, puis je vous envoïerai quérir. Ainsi le livre Òc le raport demeurèrent pardevers lui.

Dans le mémoire que Sanuto présenta au pape à sa ' î' *• première audiance, il disoit : Je ne rais envoïé par aucun roi, ni prince, ni république,ni aucunepersor ne particulière : c'est de mon propre mouvement que je viens aux piés de votre sainteté , lui proposçr des moïens faciles d'abatre les ennemis de la foi, d'extirper la secte de Mahomet &de conquérir la terre sainte. J'ai passé cinq fois outre mer, à Chipre, en Arménie , à Alexandrie, à Rodes ■> & avant que d'écrire fur # ce sujet, j'avois été plusieurs fois à Alexandrie & à Acre, & j'ai passé en Romanie la plus grande partie de mes jour?.

Le corps de son ouvrage est divisé eh trois livres, îo> chaque livre en plusieurs parties & chaque partie en chapitres. Dans le premier livre il propose d'assoi»

T~ blir le sultan d'Egypte en ruinant son commerce,

An. nu. „ K &;.r - ... . , . „ w

& pour cet eíiet tirer d ailleurs les épiceries & les

• autres marchandises des Indes, & n'y porter de Ghre tienté ni vivres, ni métaux, ni bois, ni*autres choses

nécessaires^ la navigation. A. cette fin ìl demande que l'on étende & que l'on aggrave les censures ecclésiastiques contre ceux qui portent aux infidèles des marchandises de contrebande. Le second livre explique en particulier les moïens d'exécuter le passage: lc nom^ bre de troupes, les qualités du capitaine, l'armement

des vaisseaux, la route qu'il faut tenir. Il montre les inconvénient d'aller par terre comme à la première croisade; il veut que l'on aille droit en Egypte j & s'étend fur les moïens de s'y fortifier aprés la descente. Le troisième livre est historique & contient les dissérens états de la terre sainte, & particulièrement ce qui

• s'y est passé depuis la première croisade jusqu'à l'an 131$. C'est la partie la plus utile de tout l'ouvragc. L'auteur met erifuiteiine déscription de la terre sainte, où parlant de Nazaret il.dir :<On y montre le lieu où

tm 1 ange Gabriel annonça à la Vierge le dessein de Dieu. II écrivit ceci toutefois trente ans aprés le temps où l'on met la translation miraculeufede la sainte maison à Loréte. Il finit par les moïens de conserver la terre sainte aprés l'avoir conquise\ & entre dans un assés # grand detail d'art militaire. Le titre de l'ouvrage est:

Les secrets des Fidèles de la .croix. Lvii. Plusieurs miíîìonaires de Tordre des frères Mineurs Tartark cnvoïés en orient pour la conversion de? infidèles & Vaáinf. la réunion des fchifmatiques, revinrent alors en cour de Rome & firent au papeleur raport de ces millions: ce qui dona occasion d'écrire cette année à plusieurs

princes

« 이전계속 »