페이지 이미지
PDF
ePub

p. 1682.

cap. 1.

AN. 1322.

:ce, alors âgé de quinze ans, prit le gouvernement du Id. 1322. n. roïaume; & peu aprés le légat assembla un concile de 18. . toute l'étendue de la légation à Valladolid où étoit la 10. XI. conc.

· cour, qui fut terminé le second jour d'Août de la mê. me année. On y publia par ordre du légat & avec l'aprobation du concile vingt-sept canons, dont voici les plus remarquables.

L'église a ordoné que les métropolitains ne manquent pas de tenir tous les ans des conciles provinciaux ; & parce que quelques-uns ont négligé de le faire pendant plusieurs années , d'où sont venus aux églises plusieurs dommages, nous admonétons tous les archevêques d'observer sur ce point le decret du

concile général : c'est-à-dire du concile de Latran en Conc, Lat. c. 1215. & nous ordonons que s'ils ne tienent leurs con

:ciles au moins tous les deux ans, ils soient suspens de Sup. liv. l'entrée de l'église jusqu'à ce qu'ils y aïent fàtisfait. Les

“ évêques tiendront ausli sous même peine leurs syno. des diocésains tous les ans,

Chaque curé aura par écrit en latin & en langue vulgaire les articles de foi, les préceptes du décalogue, les sacremens & les espéces des vices & des vertus; 8 quatre fois l'année il les lira publiquement au peuple,

savoir à Noël, à Pâque, à la Pentecôte & à l'Assom• ption de N. D. & les dimanches de carême. C'est ce ,

que nous apellons le catéchisme ; & l'on peut juger par ce statut quelle étoit l'ignorance des peuples. Les

prélats seront vêtus modestement & porteront tou6. 6.

jours le rocher en public. Aux grandes fêtes ils célébreront la messe dans leurs églises & jamais en secret dans leurs chapelles. Défense à tous ecclésiastiques de quelque rang qu'ils soient, d'assister aux barêmes, fian

çailles

LXXVII.1.49.

6. 2:

1322

[ocr errors]

çailles ou épousailles de leurs enfans même légiti- À
mes : ou leur doner des biens de l'église une dot ou
une donation à cause de noces, sous peine de nullité.
· Le concubinage des clercs & même des prêtres
étoit tres-commun en Espagne, comme témoigne

De planeta

eccl. lib. I.. Alvar Pelage auteur du temps & du païs. Plût à Dieu 6. 27.8.4: dit-il, qu'ils n'euslent jamais promis la continence, principalement en ces provinces où l'on avoit prelque autant d'enfans de clercs que de laïques. Et ce qui cit plus criminel , pendant plusieurs années ils se lévent tous les jours d'auprés leurs concubines pour aller à l'autel consacrer l'hostie terrible : sans s'être confesses auparavant, ou ne l'avoir fait que pour la forme dans la résolution de retourner à leur peché. Le con cile de Valladolid ordone sur ce sujet que les clercs. qui dans deux mois ne quitteront pas leur concubine, seront privés de la troisiéme partie des fruits de tous leurs bénéfices , deux mois aprés d'un autre tiers , & aprés deux autres mois du dernier ciers. Enfin quatre mois aprés ces six ils seront privés du titre même du bénéfice. Quant à ceux qui n'en ont point, ils seront declarés incapables d'en obtenir s'ils sont prêtres ; & s'ils ne le sont pas ils ne pouront être promus aux ordres supérieurs. Ceux dont les concubines ne sont pas Chrétienes sont punis plus grievement. C'est que l'Espagne avoit encore quantité de Juifs & de Mahoiétans. · On n'admétra aux Ordres sacrés que ceux qui sau- c... ront au moins parler latin,& on n'ordonera de clercs qu'autant que chaque église en peut nourir : de peur qu'ils ne soient réduits à mandier à la honte du clergé. Défense de manger de la viande en carême & aux 6.16.

Tome Xix.

C. 21.

AN. 1222, quatre temps, sous peine d'excommunication de plein

droit. Défense de violer l'immunité des églises en mettant aux fers ceux qui s'y réfugient , ou empêchent qu'on leur porte des vivres. Défense de fortifier les églises comme des châteaux ; de laisser les infidéles dans l'église pendant l'office divin, principalement pendant la meffe, & aux fidéles d'assister à leurs noces ou à leurs entéremens. Pour faciliter leur conversion il est ordonné de pourvoir à la subsistance de ceux qui aprés leur batême font réduits à la mendicité, en les recevant aux hôpitaux & leur faisant aprendre des métiers ou des sciences dont ils puissent vivre ; & les

prélats doneront des bénéfices à ceux qui seront cafo:3.

pables d'entrer dans le clergé : mais on leur interdit la prédication. Il se trouvoit des Chrétiens affés méchans pour enlever ou dérober d'autres Chrétiens &

les vendre aux Sarasins : ce qui est rigoureusement déC. 26. fendu. On défend aussi les épreuves du fer chaud &

de l'eau bouillante encore usitées en Espagne. FO.X1.p.1707.. La même année le dernier jour d'Octobre Henri

archevêque de Cologne y tint dans son palais un concile provincial , ou aslifterent Godefroi évêque d'Ofnabrug, Godefroi de Minden; & les députés d’Adolfe de Liége, de Louis de Munster & de l'église d'Utrect

le siége vacant.En ce concile on renouvella & on autoSup. liv. 2XXXV. n.43. ?

10: risa comme provinciaux les statuts fynodaux que l'ar

chevêque Engilbert avoit faits pour le diocése particulier de Cologne en 1266.afin de réprimer les violences contre les persones & les biens eccléfiaftiques : d'où l'on peut juger qu'elles n'étoient pas moindres en 1322.

On prit à Cologne la même année un hérétique

[ocr errors]

Chron.

[ocr errors]

nommé Valter ou Gautier chef des Fraticelles , dont Trithe. plusieurs avoient été brûlés en Autriche sept ans au- Hirilen am paravant. Celui-ci étoit Hollandois, & comme il sa- 1322. voit peu de Latin, il écrivit en Alleman plusieurs petits Sup. H. 20. livres, qu'il communiquoit tres-secrétement à ceux qu'il avoit séduits. Il étoit tres-rusé, tres-artificieux en ses réponses & tres-opiniâtre:en sorte que ni par promesses, ni par menaces, ni par les plus cruels tourmens , on ne put l'obliger à indiquer ses complices, qui toutefois étoient nombreux. Il fut juridiquement condamné au feu &i exécuté.

• Vu ij

An. 1323.

LIVRE XCIII.

[ocr errors]

fe relévent

die.

n. 10.

T N Italie les troubles augmentoient toûjours &

es les factions des Guelfes & des Gibellins s'éen Lombar- chauffoient de plus en plus. Mathieu Visconti étoit

mort dés la fin de Juin 1322. âgé de soixante & douze Corio.p.449. Rain,1322. ans. Quelques jours avant sa mort il fir assembler le

clergé dans la grande église de Milan; & là devant l'autel il prononça à haute voix le symbole des apôtres : puis levant la tête il s'écria : Telle est la foi que j'ai tenuë toute ma vie; & fi on m'a accusé d'autre chose , ça été faussement; & il en fit dresser un acte public. Il fut enterré petitement & secrétement, de peur que le pape n'empêchâc entiérement de l'enterrer, le regardant comme excommunié. Il laissa cinq fils,

Galeas , Marc, Luquin , Jean qui fut depuis archevêCor. p. 454. que de Milan & Etienne. Galeas qui étoit l'aîné fut J. Vill. ix. chassé de Milan par un parti oposé, mais il y rentra C. 180, 183.

un mois aprés, & y demeura le maître.

Comme c'étoit le chef des Gibellins en LombarRain. 1323. n. 25.

die le pape Jean entreprit de détruire ce parti;& pour cet effet il joignit aux troupes qu'il avoit dans le païs celles de Robert roi de Naples, des Guelfes confédérés en Italie , & plusieurs Allemans qui s'étoient croisés pour marcher contre les ennemis de l'église. Les troupes particuliéres du pape étoient commandées par le légat Bertrand de Počet cardinal prêtre du titre de S. Marcel & celles du roi Robert par Raimond de Cardone. Ils eurent quelques avantages sur les Gibellins: en sorte que Can de la Scale, qui étoit

« 이전계속 »