페이지 이미지
PDF
ePub

An. 1324.

IX.

ment.

. prince n'a point profité du second délai qu'il lui avoit

accordé, ni comparu devant lui en persone ou par procureur ; & toutefois pour elfaïer encore ce que pouroit sur son esprit l'indulgence de l'églife, nous vouklons bien , ajoûte le pape , surfcoir quant à présent à la publication de l'excomunication prononcée contre lui, à condition que dans trois mois il quittera le titre de roi des Romains, s'abstiendra de la protection des Visconti & des autres ennemis de l'église , & se mettra en devoir de réparer tous les torts qu'il lui a faits. Mais cette monition n'eût pas plus d'effet que la premiere. .

Guillaume fils du vicomte de Melun, étoit arche Procession vêque de Sens dés l'année 1316. aprés la mort de Phidu S. sacre

te- lipe de Marigny. Il tint cette année à Paris un concile Conc. Nang. provincial avec ses suffragans, le samedi d'aprés la S. p.670. to.x1. Mathias 1323. c'est-à dire le troifiéme de Mars 1324. cent. p. 1711.

avant Pâques. On y publia un statut de quatre articles répeté presque mot pour mot du concile de la même

province tenu par le même prélat en 1320. le jeudi a3 po 1680.

prés la Pentecôte. Le premier article & le plus impor: tant ordone que chaque évêque dans son diocéfe exhorte fon peuple à observer l'abstinence de viande & le jeûne le mécredi aprés l'octave de la Pentecôte veille de la fête du S. sacrement;& tous ceux qui l'obserá veront gagneront quarante jours d'indulgence. Le concile ajoûte : Quant à la procéssion folémnelle que le clergé & le peuple fait le même jeudi en portant le S. facrement, puisqu'elle semble introduite en quel que maniere par inspiration divine: nous n'en ordo. nons rien quant à présent, la laissant à la dévotion du dergé sé du peuple. .i's,

i

LXXXV.nl

X.

3. On voit ici l'origine de la procession solem- Arizona nelle du S. sacrement, dont il n'est pas dir un mot Smeiling dans la bulle de l'institution de la fête. Elle s'est intro. ixxxv.n.27. duite par la dévotion des peuples en quelques églises particuliéres, d'où elle s'est étenduë à toutes les autres. Il n'en a pas été de même du jeûne de la veille , & il ne s'est conservé qu'en quelques communautés religieuses.";.: Dés l'année précédente le pape avoir écrir aux che ,

Lertre du valiers Theutoniques de Livonie & de Prusse une let- pape aux tre où il difoit : Gedemin roi des Lituaniens nous à chevaliers de mandé par fes lettres & fes envoiés qu'il defire em- Rain. 1323. brasser la religion Chrétiene , nous priant de lui en n. 20. voïer des persones capables pour l'inftruire & lui do ner le baptême. Nous avons reçu sa priére avec grande joïe, efpérant que la conversion pourra attirer celle d'une infinité de païens de ces quartiers là ; & nous avons réfolu d'y envoïer Barthelemy évêque d'Alet & Bernard abbé de S. Chafre au diocéfe du Pui docteur en droit canon & bien inftruit des saintes écricures: Ensuite l'avoué les confuls & les communautés de la ville de Riga, nous ont mandé par leurs lettres & leurs députés, que le même roi vous avoit priés par lettres, vous & quelques prélats & religieux, des seigneurs & des conmunautés du pais i de lui envoier des com. missaires avec lesquels il pût traiter une bonne paix.

Sur quoi tous les nobles de Livonie & d'Estonie s'assemblérent avec quelques-uns d'entre vous le jour de S. Laurent de l'année derniere c'est-à-dire le dixića nie d'Août 1:22. En cette conférence ön réfolur d'en , voïer að roi des députés avec plein pouvoir de faire tout ce qui feroit avantageux à la Chrétienté. Ces de

Yy iij,

[ocr errors]
[ocr errors]

An. 1324.

purés firent avec le roi Gedemin un traité de paix,

dont on nous a envoié la traduction d'Allemanen La..::;.tin ; & nous l'avons confirmé. C'est pourquoi nous

vous prions & vous enjoignons de l'observer fidéllement. Telle est en fubftance la lettre du pape aux cheyaliers: Teutoniques en datte du dernier Août 1323 éji!!!: 2011.;.. . .

La lettre de Gedemin roi ou plutôt duc de Lituanie adreffée au pape Jean, contenoit de grandes plaintes

contre les chevaliers Teutoniques. Il disoit que MinStaviso: Sa- douf ou Mindac fon prédécesseur , qui vivoit en 1255 mic. p. 1o981 Rain. 1324.

1. s'étoit converti à la foi Chrétiene ayec tous ses sujets : n. 48. . iin mais que les insultes & les violences atroces des cheno 53. valiers les avoient fait retourner à l'idolatrie. Les che

valiers étoient d'ailleurs chargés de plusieurs reproches, car on disoit : Ils éloignent les iniffionaires soit religieux, soit séculiers, qui vienent travailler à la conversion des infidéles , & leur refusent la sûreté pour paffer sur leurs terres, Loin de fayoriser les nouveaux Chrétiens pour artirer d'autres païens à la foi, ils les réduisent à une servitude insuportableii Ils opriment même les ecclésiastiques & les maltraitent jusqu'à les quen : dépouillent les églises, les abatene ou les brû, lent : & aprés avoir ainsi traité les eccléfiaftiques, ils les contraignent par prisonou par menaces de leur remettre les injures. Ils ont fait des cabáles pour affoiblir dans le pais l'autorité du $. fiége , & empêchent d'allerien cour de Rome. Ils ufurpent les droits de l'archevêque de Riga & de son églisezilý volant les bour. geois ferment le port , & empêchenesla-liberté du commerce. Enfin quand quelqu'un de leurs confréres est blefté par les ennemis dans un combat , ils aché

HY

XI.

vent de le tuer. A ces maux le pape oposa pour tout An. 122.. feméde une exhortation aux chevaliers de s'en corriger avec menaces des censures ecclésiastiques. La lettre est du dixiéme de Février 1324. Frideric archevêque de Riga en Livonie, tiré de l'or

Légars au dre des freres Mineurs, étoit le promoteur de ces am- duc de Libasladeurs au pape, dont les deux légats l'évêque Bar- tuanie. thelemi & l'abbé Bernard arrivérent à Riga l'an 1324. le lendemain de la S. Mathieu, c'est-à-dire le vingt- Dulos chr.

Prul. par. deuxiéme de Septembre. Ils firent la paix entre les rois 11.6349. des Lituaniens & des Russes avec leurs fujets d'une part , & avec les Chrétiens de l'autre ; & ordonérent de la part du pape de l'observer fidélement sous peine d'excomunication, dont on ne pouroit être absous que par le pape.Ensuite les légats envoïerent des non: ces à Gedemin roi des Lituaniens: pour voir s'il étoit vrai qu'il voulût renoncer à l'idolatrie avec son peuple & recevoir le baptême. · Mais ce prince sans avoir égard à la paix qui ve- . C. 350. noit d'être concluë, fit entrer une puissante armée . dans la province de Masovie le vingt-uniéme de Novembre qui pilla & ravagea la ville de Polto ou Pultave .apartenant à l'évêque de Plesco, & cent trente villages, trente paroisses & plusieurs chapelles. Ses troupes profanérent les sacremens, les ornemens & les vases sacrés: tuérent ou emmenérent en captivité des prêtres, des religieux & d'autres Chrétiens au nombre de plus de quatre mille. En même temps Gedemin 6.351. envoïa une autre armée en Livonie, qui ravagea le territoire de Rositen , pillant & brûlant par tout. Cependant il avoit auprés de lui les nonces des légats du pa- c. 452. pe qui revinrent à Riga le vingt-cinquiéme de No

AN, 1324.

vembre&avec eux un noble Lituanien, qui étoit comme le second aprés le roi , & qui en présence des lé. gats, de plusieurs prélats & d'un grand nombre de Chrétiens , dit à haute voix de la part du roi: Il n'y a jamais ell de lettres écrites par son ordre ni de sa conoissance touchant son baptême ou celui de ses sujets; il n'en a point fait présenter au pape : ni fait publier rien de semblable dans les villes maritimes ou ailleurs. Il a juré par la puissance des dieux qu'il ne veut point prendre d'autre religion que celle dans laquelle font morts ses ancêtres. Les noncés assurérent publique. ment que c'étoit la verité. Ce que les légats aïant oüi, ils retournérent vers le pape. Par cet exemple on peut juger de la solidité des espérances que divers miflionaires donoient au pape touchant la conversion de quelques princes Tartares ou autres crop éloignés

pour en savoir la verité. XI1. L'empereur Louis de Baviere & ses partisans puSençencç du blioient en Allemagne que les procédures du pape pape contre Louis de B. contre ce prince tendoient à priver les électeurs de

l'empire de leur droit, puisque le pape prétendoit que leur élection ne devoit produire aucun effet , qu'il ne

l'eut examinée & aprouvée. Pour répondre à ce tepron. 17.

che le pape Jean écrivit à Jean roi de Bohême & aux trois archevêques de Treves , de Maïence & de Cologne une lettre, où il dit que ce sont des calomnies. Ce n'a jamais été notre intention , ajoûte-t-il de déroger à vos droits, & il ne conviendroit pas à la main paternelle, qui vous a élevés, de vouloir vous nuire.

C'est que le pape suposoit que Grégoire V. son préto. 1x. décesseur avoit doné aux sept princes électeurs le droit conc. p.757. de choisir l'empereur. La lettre est du 26me. Mai 1324.

Cependant

Rain. 1324.

« 이전계속 »