페이지 이미지
PDF
ePub

ils faisoient des procédures contre Pierre d'Arragon „ . qui fe prétendoit roi de Sicile. C'étoit le fils aîné de

Ram. 1339- 3 ,r , . _ ., Jt

44.4j.c^í. Frideric, qui etoit mort le vingt - quatrième de Juin J. r///, xi. aïant fait couroner Pierre de Ion vivant, quoi

7°' qu'il fut presque insensé. Alors le roi Robert espéra de recouvrer la Sicile & en écrivit au pape Benoît, qui par sa lettre du vingt-huitième d'Août lui promit Ram. 1337. ne point souffrir que l'on entreprit rien à son préjudice, & au contraire de l'aíïìster de tout son //. 1338. n. pouvoir. Pierre d'Arragon,qui se qualifìoit Pierre II. 33- roi de Sicile , envoïa demander au pape Benoît l'in

vestiture de ce roïaume par deux chevaliers , dont la procuration étort datée du dernier jour de Mars 1338. Mais le roi Robert de Naples envoïa au pape de son côté; & lui fil répresenter que Frideric n'avoit dû joiiir de la Sicile que pgndant sa vie: lui demandant * justice comme au seigneur souverain de ce roïaume. Id. n. )6. ^e PaPe cnvoïa en Italie Gocio patriarche titulaire de CP. & Ratier évêque de Vaison avec une grande bulle , où il reprend l'affaire de Sicile depuis l'invaSu íion de Pierre I. en n8z. puis il raporte le rraitéfait

rxxxvii.».<s5. entre Charles le Boieeux & Fridêric, & confirmé par i- xc. n. 23. le pape Boniface VIII. en 1303. Or Frideric avoit fait */». n. 4l. piu{]eurs contraventions à ce traité,dont la principale étoit d'avoir fait couroner roi de Sicile Pierre son fils aîné, & l'en avoir institué héritier par son testament, quoique lui-même n'en eût que la posseíîìon sa vie durant. C'est pourquoi le pape ordone à ses deux nonces de se transporter en rifle de Sicile, & de déclarer Pierre d'Arragon & les autres enfans ou héritiers Frideric déchus de IapoíTeíïìon de cette ifle j & qu'elle est revenue à l'église Romaine, & par conséquent réiïíiie à l'autre partie du roïaume, c'est -à-dire à la ^N ^ Sicile deça le Fare, & qu'elle apartient au roi Robert comme vrai feudataire de l'église. Le pape ajoûte: Vous commanderés étroitement audit Pierre & à ses frères de restituer la Sicile au roi Robert dans un certain terme : à faute de quoi ils encoureront les plus rigoureuses peines spiritueles & temporeles. La bulle est du quatrième de Juillet 1338.

Pour la mettre à exécution, les deux nonces Go- 133?cio & Ratier se transportèrent à Regio, la ville d'Italie la plus proche de la Sicile , distante de Meíïìne seulement de trois lieues la mer entre deux. Delà le vingt-cinquième de Septembre ils envoïerent en Sicile quatre frères Mineurs : qui s'étant mis dans une barque voulurent entrer àMtstìne, mais on les en empêcha ; & on les mena au comte Matthieu de Palíce gouverneur de Mesiìnc pour le roi Pierre. Ils lui exposèrent le sujet pourquoi ils étoient envoies; & il ne leur permit hi d'entrer dans la ville , ni de préíenter à persone les lettres dont ils étoient porteurs: ajoûtant qu'il ne laiííeroit pas entrer les nonces , s'ils y venoient, ni le pape même. Apres les avoir ainsi tenus tout le jour fans, boire ni manger , il les contraignit de s'en retourner vers les nonces.

C'est pourquoi le troisième jour d'Octobre les nonces déclarèrent par l'autorité du pape que Pierre d'Arragon & ses frères étoient entièrement déchus de tout droit fur la Sicile : leur ordonant de la restituer dans deux mois au roi Robert, fous peine d'excomunication; ou de se présenter àTerracine aprésles deux mois pour déduire leurs raisons. Le terme étant expiré le quatrième de Décembre, les nonces se trou

A a a a iij

T~ '. verent à»Terracine, où ils excommunièrent par écrit An. 1339- _. • t%, i j

Pierre & les adherans, comme contumaces, leur do

nant encore un mois de terme avant que de prononcer la sentence. Ce délai étant expiré, & le mardi cinquième de Janvier 1339. les nonces prorogèrent encore les délais; & enfin le cinquième d'Avril ils prononcèrent définitivement leur sentence contre Pierre & ses adhérans : comme porte leur procès verbal daté du septième du même mois d'Aviil \ & tel x fut tout le fruit de leur commission.

LXlli. Charles ou Charobert roi de Hongrie, neveu de Dévotions Robert roi de Naples, étant encore dans fa pre

du roi de . rf 0 .. 1 1 • h

Hongrie. miere jeuneíle , & voiant comme le roiaume lui etoit Ram. 133j. disputé : fit à diverses fois des vœux de dire à certains *' iim jours un certain nombre de Pater, À'Ave & de Salve régna: en forte que tel jour il en difoit cent & tel jour deux cens, ce qui lui devint enfin à charge avec les conseils qu'il tenoit & les affaires de son roïaume. C'est pourquoi il pria le pape Benoît de lui commuer ces voeux : ce que le pape lui accorda, & restreignit ces prières à quinze par jour, à la charge de nourir douze pauvres les jours où il s'étoit obligé à plus de cinquante de ces prières. La bulle est du dix septième de Janvier 1339.&montre quelles étoieptles dévotions du temps.

Charobert avoit épousé en premières noces Marie sœur de Casimir roi de Pologne , & en avoit un fils nommé Louis, qui fut designé roi de Pologne cette même année. Car le roi Casimir son oncle se voïanc sans enfans, & craignant qu'après fa mort le roïaume ne demeurât exposé au pillage : tint une diète géDiug.p.ioss. ncralc la veille de S. Stanislas c'est-à-dire le sixième de Mai, où il fit choisir pour son successeur son ne-r veu Louis ; alla lui même en Hongrie avec deux évêcjues & quelques seigneurs ; & érant à Vissegradeavec le roi Charles le septième de Juillet, il conclut Tassaire à certaines conditions.

Dés Tannée précédente le pape avoit envoïé deux . Lxiv. nonces en Pologne savoir Gaillard des Chartres pre- ouScnitenc* vôt de Titoul au diocèse de Colocza en Hongrie , Seïologne! & Pierre Gervais, chanoine du Pui en Vêlai, dont Dlug°P^ ?• la commission portoit: Nous avons reçu la plainte ?'lo+*'ÌO/H% de Casimir roi de Pologne, contenant que le maître & les frères de Tordre Teutonique qui demeurent en Prusse avoient envahi à main armée , & retenoient encore quelques terres du roïaume de Pologne : savoir Culme & la Pomeranie , & depuis encore d'autres: le tout au grand préjudice de ce. roïaume &de Téglise Romaine, dont il est tributaire , & outre laquelle il ne reconoît point aprés Dieu de supérieur sur la terre. C'est pourquoi du conseil de nos frères les cardinaux, nous vous commettons pour informer de ces invasions & des maux qui s'en font ensuivis : condamner les coupables & faire exécuter votre jugement. La commiflion est du quatrième de % Mai 1338.

En conséquence les deux nonces firent citer devant eux le maître & les frères de Tordre Teutonique , & nommément plusieurs commandeurs, jusqu'au nombre de vingt cinq. Au jour & au lieu marqué comparut devant les nonces Baithold de Rati-r bor jurisconsulte chargé de la procuration du roi de Pologne, qui présenta sa requête à ce que les nonces procédassent contre Tordre Teutonique, & les com

A * T,5« mendeurs cites suivant leur commislion. D autre part comparut Jaques cure d Arnouville au diocele de Culme procureur de Tordre Teutonique: qui protesta qu'il ne reconoissoit point le3 nonces pour juges; & aprés avoir apellé d'eux au pape , pour des causes qui . leur parurent frivoles, il se retira promptement sans leur congé.

Sur quoi les nonces aprés avoir coutumacé dans les formes, le maître & les commandeurs de TOrdre prononcèrent leur sentence définitive qui porte: Il nous apert par des preuves suffisantes que frère Thierri d'Aldembourg , maintenant maître de Tordre Teutonique, & alors maréchal fous le maître Luther de Biunfvic, & tels & tels commandeurs qui font les vingt - cinq déja nommés, font entrés en corps d'armée & à enseignes déploïées dans le roïaume de Pologne, y ont fait le dégât, & ont brûlé telles & telles églises, on en nomme neuf: aprés en avoir ôté les livres, les calices , les trésors & les dépôts, avec les reliques & les images. C'est pourquoi nous les déclarons excomuniés &leur absolution réservée au S. siège: nous les condamnons à rebâtir ces églises

t & restituer les meubles enlevés. De plus ils restitue

ront la Pomeranie avec telles & telles autres terres, les fruits qu'ils en ont perçus & les domages & intérêts , le tout taxé par nous à la somme de 194500. marcs monoïe de Pologne 'suivant Taffirmation du roi, &c 1600. marcs pour les dépens. Fait à Varsovie dansTé

p. Iojj. B. glife de S.Jean Baptiste Tan 133p. le quinzième de SepLxv. tembre.

<3uPrtTndè°n Christorle roi de Dannemarc aïant été chassé du

Suéde. - roïaume pour ses violences & fa mauvaise conduite ,

les

« 이전계속 »