페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

7o Nrt B*1 C^e ju%u aPrGs lamort de ce Pontife» que ceux-ci persistant!: Waud.. toujours dans leur même demande, l'Abbesse Loiiise deBourbon Lavcdan, & Jeanne Baptiste de Bourbon sa Coadjutrice , lassées de leur importunité supplièrent le Pape Urbain VIII. qui avoit succédé à Grégoire XV. en 162,3. dé vouloir permettre que les Religieux de l'Ordre s'établistenc dans les trois Monastères de l'Encloîtreen Gironde, de 1» Puye^- & d'Orsan , &que les Religieuses de ces trois Monastères fussent transférées en d'autres Prieurés de l'Ordre^ Le motif quelles supposèrent pour obtenir plus facilemenc leur demande, fut que les Religieux étant obligés par leur profession de servir les Religieuses pour la direction de leursconsciences , dans la naissance de l'Ordre les Monastère» étoient doubles, l'un pour les filles , l'autre pour les Religieux j mais que le revenu des maisons étant diminué, elles n étoient plus en écat d'entretenir un si grand nombre de Religieux, quelques- unes même n'en pouvant entretenir qu'un» ou deux au plus 5- qu'il n'y avoit qu'un seul Couvent de Religieux qui etoit à Fontevraud où ils vécussent en commun,& que ce Monastère ne pouvoit pas non plus entretenir le ■ombre deReligieux qu'il faudroit, pour plus de cinquante" Monastères de filles dont l'Ordre étoit composé:: ce qui faifbic qu'on étoit obligé d'avoir recours à des Religieux de differens Ordres pour suppléer au défaut de ceux de Fontevraud i qu'ainsi pour remédier à cet inconvénients pour soulager leurs Monastères > eûes-supplioient sa Sainteté de vouloir bien permettre qu'elles abandonnassent aux Religieux trois maisons, de celles qui étoient occupées par des» «Iles, pour en faire des Séminaires d'où l'on tireroit des personnes capables pour être envoiées dans les Couvens de l'Ordre: & afin de rendre la demande plus aisée à obtenir,on supposa quel'Abbeííe neperdroit rien de sa jurisdiction, & que ce seroit toû-jours à elle d'admettre auNovieiat lesPostu»ns& de recevoir lesNovicesàlaProfeslìon,du consemement néanmoins du Chapitre du Couvent, où; ils seroient admis^ Le Papeaccorda l'an 1636, ce qu'on lui avoit demandé. Mais comme ce dessein n'avoit qu'une fausse apparenee d'utilité' our l'Ordre, & que dans le fonds il lui étoit préjudiciale y soit que l'Abbesse ne crût pas que le Pape accordât cette demande, soit qu'elle se repentît aprés de lavoir fait, ce

[graphic]

f rojet ne fut pas exécuté, & on n'eut aucun égard à la Bulle oRDRÏ M 4'UrbainVllL Fonte. Loiiise de Bourbon Lavedan étant morte, & Jeanne-Ba- *'

Ï>ristede Bourbon aïantpris le gouvernement de l'Ordre ,
es Religieux renouvelèrent leurs prétentions Tan 1635?.
Après bien des poursuites le Roi Louis X111, voulut pren-
dre connoissance de cette affaire. Sa Majesté nomma des
Commissaires. On écrivit de part êcd'autrcôc les Religieux
iìrent imprimer un Faclum injurieux contre l'Ordre , fous
le titre de Fattum four les Religieux de Fontevraud touchant
■les differens dudit Ordre , qui est encore conservé dans quel-
ques Bibliothèques de Paris;& enfin fur le rapport des Com-
missaires , le Roi par un Arrêt du8. Octobre 1641. ordon-
na que la Règle de l'Ordre de Fontevraud confirmée par le
Pape Sixte JV. ensemble l'Arrcst du Grand-Conseil de
152e. & la Bulle de Clément Vll.confirmativedecet Arrêt
seroient gardés & observés dans tout l'Ordre par les Reli-
gieuses St Religieux selon leur forme & teneur, sans que
fous prétexte des Bulles des années 1636. il pût être

apporté aucun changement à l'Obfervance de cette Règle
& aux pratiques & usages de l'Ordre , ni que les Couvens
de l'Encioître en Gironde , Orfan , & la Puye , ou autres
pussent être changés en d'autres usages que ceux de leur
fondation. Sa Majesté maintint l'Abbesse,les Prieures & les
Religieuses dans tous leurs privilèges, & l'Abbesse en partU
culier dans toute fa jurisdiction & autorité sur tout l'Ordre
cant au spirituel qu'au temporel, sans que les Confesseurs &
Religieux se pussent ingérer dans l'administration du tem-
porel , qu'en tant qu'ils y seroient emploies par la Dame
Abbesse dans son Abbaïe , & dans tout l'Ordre , ou par les
Prieures dans leurs Monastères : & fa Majesté ordonna de
plus, que le libelle imprimé fous le titre de Faftum, í'eroit la-
céré par le Greffier de la commission 5 que les paroles inju-
rieuses & scandaleuses contenues dans les mémoires qui
■avoientété donnés, seroient biffées en présence des Procu-
reurs des Religieux, qui seroient tenus d'en demander par-
don à l'Abbesse , & en fa présence à toutes les Prieures &
Religieuses de l'Ordre, en présence des Commissaires, ou
trois d'entre eux , & ce à la grande grille du Couvent des
Filles-Dieu de Paris, où l'Abbesse étoit pour lors:ce qui fut «

Or-bre De exécuté. Ainsi la- paix & la tranquilité furent rétablies csáïî»' Bonté- l'Ordre , & l'Abbesse fit imprimer les Statuts qui a voient ét£ T*aud. dressés par les Commissaires députés par le Pape Sixte I

pour la Réforme de cet Ordre,lesquels Statuts y font encorer en pratique. Ceux qui concernent les Religieuses contiennent soixante & quatorze. Chapitres , &ceux des-Religieux^ seize

Ceux des Resigieufes concernant l'Office Divin, ren-voient pour le nombre des Pseaumes qu'elles doivent dire à Matines &' aux Heures Canoniales , selon l'oecurence des ïêtes , &pour la manierede le célébrer, au bref del'Ordre* mais ils- ordonnent, que pendant l'A vent & le Carême elle» diront devant Matines quinze Pseaumes , & après Matines les sept Pseaumes Penitentiaux avec les Litanies des Saints* & de plus en Carême, après chaque Heure Canoniale, unPseaume,étant prosternées contre terre.Dans les autres tems» excepté le tems Paschal , tous les Vendredis & les jours ds jeûnes ordonnés par l'Eglise , elles diront quinze Pseaumesj à moins qu'il n'arrive ces jours-là une Fête de neuf Leçons* eu- quelque Octave. Tous les jours l'Office des Morts ôí eelui de la Vierge, excepté les Fêtes doubles majeures , 6i quelques autres jours qui leur font marqués, &.une fois lafemaine Vêpres & Laudes de l'Office de tous les Saints.

Elles se lèveront à minuit pour dire Matines , feront l'Cfraison mentale, garderont le silence aux heures ôc dans les lieux, marqués. Tous les Vendredis en tout tems après Mati* nes,s'il n'est pas Fête double, & toutes les Vigilesdes grands doubles > si ce n'est un Dimanche, ou une Fêtedouble,con% me aussi les Lundis 6c Mercredis pendant.l'Avent & le Ca*. rême, & tous les jours depuis le Dimanche des Rameaux

Ì'usqu'à Pâques,eÚes recevront la Discipline de la main de la Meure, qui la recevra aussi des mains d'une autre Sœur. Tous les Lundis & Mercredis , elles s'abstiendront de manger de la viande-, si-ce n'est dans les maladies ou par raisond-?une grande vieillesse ou jeunesse. Elles s'en abstien* dront aussi depuis la Septuagefime jusqu'à la QuinquagesiV me , & depuis l'Ascension jusqu'à la Pentecôte , aussi-bien' que pendant l'Avent.Mais depuis la Quinquagesime jusqu'à îâqueselles s'abstiendronrde toutes choses provenant de la «iiair. Tant aux joors de jeûnes qu'à ceux qui nele font pas,

an1

« 이전계속 »