페이지 이미지
PDF
ePub

La vitesse du Vaisseau est comme la tacine des poids, donc elle est comme la racine d'une livre ou 16 onces > à celle de p onces. Ainsi on dira, si la racine de J 6 f qui est 4, donne a iieuës de chemin, combien la racine de p, qui est 3 ? On aura 1 lieue & demi.

125. Cette f egle n'a lieu, que lorsquô le Vent vade en vitesse > sans changer de situation î mais si Teffort de Timpulsiori diminuant, le Vent change, c'est-à-dire, A sangle du Vent sur les Voiles n'est plus le même, alors la vitesse du Vaisseau fera en raison composée de la raison simple dessirtus des angles d'incidence du Vent fur les Voiles > & des racines des poids, qui font équilibre au Vent.

Pour faire entrer tous les cas, supposons ) que sangle du Vent furies Voiles change; fa force ou fa vitesse ; l'angie de la Dérive:La vitesse du Vaisseau fera alors en raison composée de la raison simple des sinus des angles du Vent sur les Voiles > des raciaea des poids, qui expriment la force du Vent, & des racines

des angles de résistance.

1^24.. Ce dernier Problème paroîtra peut-être un peu composé; il n'est cependant rien de plus simple; eè n'est qu'à un produit formé par trois quantités connues, comparées avec un produit formé par trois autres, que s'en borne la solution»

des trois différences font données pour deux cas»

L'Angle de résistance est de 3 dégrés> dont le sinus est 3 4202,

Celui du Vent sur les Voiles, est de aï0.30' dont le sinus est 36650.

Le poids, que donne notre Machine, est de p onces.

. - .Donc, selon ces suppositions, on a la racine du sinus de l'angle de résistance 34202, qui est 72 5 le sinus delangledu Vent sur4es Voiles 3 66$ o, & 3 pour la racine de l'expreísion p, de l'effort du yent.

On formera un produit de ces trois quantités. Le

Le sinus de l'angle du Verit fur les iVoiles. . . » . 366 f o

La racine de l'angle de résistance. . 'ì' . ; 72 1 La racine de l'expression de l'efFort du Vent. . V. . . |; jj

On aura ainsi poúr produit. 75116400 Ayant l'expression du premier cas j soit, pour le secorid,U'angle de résistance de $ dégrés,dont le sinus est 871 j. L'angle du Vent sur les Voiles étant supposé de 30 dégrés, son sinus est yoooo , l'expression de l'effòrt du Vent de 4 onces; On formera encore de ces trois quantités! tin produit. .

Sinus de sangle du Vent fur ies Voiles ....... jíoòòd

Racine de l'angle de résistance $ est . ï . ì » .

Racine de l'expression dë l'effòrt du Vent. . », â;

Le produit de ces 3 quantités «' * est don©* i i i £30000^

H

Pour faire maintenant l'application de ces dçux suppositions, fi on connoît le chemin qu'on a fait avec le premier produit, on dira, si avec la premiere expression , c'est-à-dire, avec 79KÍ400 , on á fait, dans un certain tems, une valeur connue de lieues, combien aura-t'on fait avec la seconde f, qui est 5)300000? Le quatrième terme donnera cette différence de chemin.

i2j. On doit conclure, de tout ce raisonnement, qu'ayant reconnu une íeule fois, par une estime bien juste, qu'un Vaisseau a fait tant de chemin, dans un certain tems, la force 6c la vitesse duVent, Pangle du Vent sur les Vqìiçs, ôc l'angle de résistance , étant connus, on aura un rapport constant, qui servira de terme de comparaison pour tous les cas, c'est-à-dire, pour toutes leá routes obliques du Vaisseau, pour tous les angles duVent fur lesVoiles, pourlesdiverses forces ou vîtessesduVcnt^ ~ 126. Rien n'est plus utile que cette manierç d'estimer le themm du Vaisseau.

íl rie sera plus nécessaire de jétter le Loch pour cela, & de se fier à cetté méthode st incertaine, dans la récherche des différences en longitude. II me paroît, qu'avec une estime si exacte, on peut attendre avec moins d'inquiétude le grand Oeuvré fcle la Naviga tion:jé véux dire les Longitudes. Si ce fameux Problème estsoliìbléj ton rie tardera ïpâs de retires les grands avantages, attachés à fa solùtiort. Qùelq1 ud difficile qu'il soit 3 il ne sauroit échapper à l'érudition 6t à là sagacité dés illustrés Personnages > qui y travaillent; Leur mé* thodë est très-sàvante; & si lá pratiqué; peut s'accorrìmodef âiix spéculations de" ìeur súblinie Théorie, la Lune rìous sér-*' ^ira également pour trouver íiirerríent uri Port, & pour contìoîtrë le terris de son fentréé.

127* Si ì'òri a conipris & goûté rtotïtí rnaniere d estirrier le cherriin du Vaisseau^ on doit être inquiet fur la supposition; erronée, dont nous avons parlé aìi corrr meneement de ce Ghapitte > & eh tnêuàf

« 이전계속 »