페이지 이미지
PDF
ePub

/ , ,

du Vaisseau; c'est ee que nous voulons prouver.

REMARQUE,

136. Quelques Physiciens scrupuleux, pourroient objecter ici, que le rapporr de ìa vitesse du Vent à celle de l'eau, nest pas, ainsi que nous avons posé, comme 57<s à 1 , mais comme 800 à 1. II seroit aisé de leur faire voir, qu'ils ne sont pas mieux fondés à établir ce rapport, que M. Mariette à fonder le sien; & pour partager le différend, je dirai, que ni M. Marioùe, ni ces Physiciens n'ont rigoureusement saison; que le rapport peut être comme 576 à 1, comme 400 à 1 , comme 800 à 1 , ou enfin, comme on voudra,, pour oter toute matiere à dispute : ce qui est évident, si l'on admet de'différera dégréa de condensation dans Pair.

Mais n'avons-notis pas lieu de craindre* que cette différence, de rapport de l'aiu avec l'eau, ne change celui de fa vitesse; qu'il soit fa.ux, que lorsque, JcVenî fait effort d'une livre, il ait 24 pieds par seconde? On sent sort bien la justesse de cette conséquence; on ne sauroit la nier; & quand même il y auroit quelque distinction à faire, que nous importe d'y avoir égard? Puisque, dans l'usage, que nous avons fait de ces experiences, nous les avons plûtôt regardées , comme des objets propres à fixer notre imagination, que comme des verités réelles. Le rapport , que nous avons poséA nous l'aurions pû prendre autrement, en gardant toujours cette valeur constante , car il ne s'agit point ici de connoître la vitesse absolue du Vent pour chaque ca$ 3 mais ia différence pour deux% , ,

Ht

'.. . '1 , ," t« , 1 .S -II. I? ..'.!t. L\

Chapitre; Viii. {

J)e la vitesse du Vaisseau selon les différentes surfaces des Voiles , & félon les différentes Voilures.

13 7- T O R s Q u' Il est nécessaire de Jlj diminuer le sillage d'un Vaisseau , soit pour en attendre qn autre, soit ppur courir moins de risque dans un Pa-: rage dangereux, soit pour être moins, agité par un Vent forcé , on se sert dans Ja pratique ordinaire de deux moïens. Le premier consiste à freler les Huniers, à armurer les basses Voiles, & à les bouUner; afin que le Vaisseau n'aille presque point de levant? & dérive seulement par. une ligne quelconque entre le lit du Vent & la route quç l'on suit. Le second, quç les Marins ont reconnu plus certain , est de freler la grande Voile, en ne faisant servir que la Misaine. On appelle cettç Manœuvre, mettre 4 la Cage,.....

On sait, que pour diminuer le sillage du Vaisseau, la voie la plus courte & la plus sûre est de diminuer la surface des Voiles. Mais peuc-òn savoir ce qu'on fait, si on ignore la diminution de la vitesse duVaisseau, eu égard à la diminution desVoiles? II est donc nécessaire de connoître ce rapport pour déterminer ces vitesses.

\ $8, Le? angles du Vent fur les Voi* les étant supposés égaux, & la vitesse du Vent uniforme, les impulsions du Vent fur les Voiles, feront comme les surfaces des Voiles : mais les vitesses du Vaisseau font comme les racines des impulsions, donc les vitesses du Vaisleau sont comme les racines des surfaces des Voiles.

La surface des Voiles est de 900, & le sillage du Vaisseau de 6 lieues dans quatre Heures; on a diminué la surface des Voiles d'ì , on demande combien on a diminué la vitesse du Vaisseau.

Les vîtefles du Vaisseau font comme les racines desVoiles:donc elles sont,dans ce çasj comme la racine de poo à celle de ioo,ou comme 3 00 à 1 o : ainsi on dira, fi avec 300, on a fait 6 lieues , combien fera-t'on avec 100? On aura 2 lieues. De forte qu'on aura fait, ou on sera avec cette diminution j 4 lieuës de moins, dans le même tems.

13p. Comme c'est ordinairement, lorsque le Vent est trop fort, qu'on diminue la surface des Voiles, pour diminues le sillage du Vaisseau, il est évident, qu'il faut y faire entrer alors les vitesses rélatives du Vent; ce qui est très-aisé. Ca* les vitesses du Vaisseau font comme les racines des poids , qui expriment son effort; elles sont auíli, en diminuant les surfaces des Voiles, comme les racines de ces surfaces : donc les vitesses absolues font en raison composée de la raison des racines des poids, & de celle des surfaces des Voiles, ou comme le produit de ces deux quantités.

Le sillage du Vaisseau a été de deux lieuës par heure j le poids du Vent étant de 4 onces , & la surface des Voiles,; 000; le Vent a augmenté, son poids

« 이전계속 »