페이지 이미지
PDF
ePub

r- Le Maréchal Comte de Saxe, à qui il est auíïi aisé de découvrir les vérités les jplus cachées •> que de vaincre les Légions les plus rédoutables, poussa beau* coup plus loin cette idée, fans avoir plus de satisfaction. On doit donc conclure, que les Rames íbnt les meilleures Machines, dont on puisse íe servir, pour naviguer au défaut du Vent, quoiqu'on n'en puisse, pas déterminer exactement l'effet.

5>ó. Nous conhoissons les mouvemehs d'un Vaisseau, d'un Batteau, d'une Ga-< iere : il nous est facile de les diriger le plus avantageusement qu'il est possible* Ges connoissartces font rensermées dans les Chapitres précedens. Ne perdons pas de vûë notre objet : persectionnons ôc étendons nos connnoissances. Le Vaisseau est enfin en mouvement, Ôc il lest avec sa plus grande vitesse; mesurons <s@ mouvement, déterminons cette vitesse , & comparons-la avec une autre quelcom que, Cet examen n'est pas moins imposé tant que. celui que nous venons de íaice ì il est digne de notre attention,

égard, ne se manient pas si aisémënt:

5>4. M. Bouguer dans son Traité sur la Mâture (a), page i JJ. a crû lever cette difficulté , en supposant les Prouës régulieres f & en considérant leurs surfaces comme un demi conoïde formé par la révolution d'une courbe dont la nature sut connue. Là où un embarras s'évanouit uh autre rénaît. Les surfaces des Prouës font connues fans pouvoir les soumettre à des loix.

pj. Les personnes j qui entendront les nouveaux calculs, je veux dire les calculs différentiel & intégral , verront que l'application j qu'il faudroit en faire pour développer les surfaces connues, nous jette dans des différentielles , qui ne font pas integralles, & qui ne laissent, pour fruit de tant de peines, qu'une idée consuse de cë qu'on cherche.

p 6. Cette objection que je fais après M. Pitot à cette élegante Méthode de

(«) Piece qui a remporté le prix'dc l'Académié èn

M*

M. Bouguer pourroit être levée, fi l'ori consultoit l'exeellent Livre de l'ùsage dë l5 Analyse de Defcarm par M. l'Abbé dë Xruà-âe^Màlac. L'Auteur de ce Livrë enseigne, page 4 j 3. la maniere de fairë acquerir à une différentielle une formé integrable. Quand , par cë secours, òn pourroit parvenir à développer quelques surfaces connues, voiidroit-on s'engager" dans de penibles calculs sururie suppofi^ tion íi violente f

97; II semble que la voie la plds hátiìirëlle & la plus courte est de supposer les surfaces dés Prouës divisées en dë petites surfaces sensiblement planes; dë connoître , par la grandeur de ces suífa-s ces & par leurs diverses obliquités $ l'éffoft de l'ëau sur chacune, & d'ajouter ■ ces efforts* dont la somme seroit, à queL, que chose près, égale à 1 effort de la résistance de l'eaU sur toute la Prouës

5>8. Cette derniere méthode êst sáns" contredit plus simple & plus aisée qùe les précédentes i máis feíi est-ëllë moins

E

penible ? Sans nous engager ici à faìrê voir, dans quel immense travail elle jettera ceux, qui seront assez patiens, pour la mettre en pratique, nous prendrons la liberté de les renvoyer aux Chapitres III, & IV. de la Mâture de M. Bouguer, pages 128. & 137. où on trouvera une maniere Théorique & Pratique de se conduire. Nous nous Contenterons, pouf leur donner une idée de la longueur de cette opération, de rapporter ce que M. Bouguer en dit, page 142. & nous justifierons par-là ce que nous avançons. » II » est vrai, dit-il, qu'à faire la même opé» ration seulement pour p ou 1 o routes, *>,on s'engageroit dans un travail de plu» sieurs jours. » Nous ne devons pas ometre > que les divisions, qui ont servi de fondement à. ce calcul, font entierement éloignées d'une supposition raisonnable ,. qui ner puisse caufei que de petites enreurs. Ausii nous en previent-il lui-même > au commencement de son IVe Chapitre:, page; i.3.7 j. cax après avoir divisé la demi Pròuë d'Un petit Navire du Croistc, d'envirorí 23 Tonneaux, en

petites surfaces triangulaires j il convient que ce n'est pas sur une semblable division ^ qu'il prétend établir quelque chosé dé certain. « J'eus poussé > dit-il j la division beaucoup plus loin j s'il eût « été question de tirer des connoissances <s certaines; » Si une supposition ( j'en-. tends le nombre des divisions ) entiëre* ment fausse > exige un travail fi long & si Fatiguant, que sera-ce , lorsque sur cette" méthode, orl voudra faire une division $ qui pUissé donner de petites surfaces sensiblement planes ? Je doute; qu'ail bout de plusieurs mois de calcul > ori jpuissë Conrtoîfre l'ëffort de l'eau sur lë quart de la denii-Prouë , lé tout fur urt fondement iniaginaire;

C'est ordinairement, áprès avoir faili Voir lé peu de solidité des méthodes J qu'on employe pour parvënir à unë conhoissance j qu'oil peut en proposer dé! nouvelles; Neus vérions dé nous ëori*

« 이전계속 »