페이지 이미지
PDF
ePub

M. Pitot 3 qui s'est attaché pristS cipalement à réduire la Théorie de M. Bernoulli en pratique, a adopté les mêmes suppositions; & fi elleá íònt fausses, il est tombé dans le$ mêmes erreurs. N

M*, Parent traite la premiere d'abíùrde, la seconde d'idéale. Il est vrai j.que M. Pitot n'a pas admis en entier cette seconde supposition* Il a cru la rendre plus recevable en appliquant ces principes à des formes de Vaiíièau plus approchantes de celles des Vaiíîèaux ordinaires. Cette modération rend la supposition plus douce : mais M. Pitot luimême reconnoît en plus d'un ettdroit de son Livre, qu'elle n'est pas dans le fond plus vraie. VV 1

Ceq[ui d[oit surprendre, c'est que M* Pitot t ayant o^ue de séduire M Theorie de M.Bernoulli en pratique* <& d'adopter les mêmes principes b n'ait pas entrepris de répondre aux objections, que M. Parent> dans presque tous ses Ouvrages, oppose contre cette Théorie; entr'autres à une, qu'on trouve dans son Supplément à plusieurs Prôblêmes publiés en dìffétentes occasions (a), qui paroît mériter quelque attention.

L'Auteur dit, page 18. » Au » reste le Yaiíîeau faisant ordinaire-, » ment troìslieuës par heure, quand » le Vent fait 24 piés par seconde ^ » ou cinq Meuës par heure; ii est >> manifeste, qu$ le rapport de la » vîteûe du Veptàcelle du.Vaisseau f est infiniment éloignée d'être inr » finie, comme M.Bertwlk k jeune

(fa ) On trouve ce Supplément à ía sin de son fa cru dans le Traité cité, (a) Ainsi « toute íà Théorie étant fondée íùr «t cette fiction, elle ne peut être « d'aucun usage dans la Manœuvre. « Mais quoique cet Ouvrage íbit « appuyé íùr une fausse conséquen- « ee, comme on fa fait voir ci- « devant, ôc íùr une supposition «t auíïì fauíîè, il ne laistera pas de a plaire à quantité de Géometres, « qui ne cherchent ordinairement <* dans ces sortes de démonstra-« tìons, qu'uneGéometrierafinée. «

Une Théorie, qui éviteroit ces deux inconvéniens : je veux dire, celui d'être trop abstraite, & celui d'être fondée fur des suppositions fauíïês, íèroit fans doute une Théo-; lie très-utile.

VoyeVdaasle même endroit la page % ic*

Si le íùccès répondoit à mort zèle, & à mon travail, j'aurois procuré un grand avantage à la Marine > par ma nouvelle Théorie* Voici le Plan que j'ai suivi, & qui m'a paru le plus méthodique.

J'examine la Théorie de la Manœuvre des Vâifíèaux fous trois points de vûë. Je considère Les principaux mouvemens du Vais* seau; 2°. Sa vîteíïè relative & abíolue; 30. J'applique ces considérations à la solution de plusieurs Problêmes utiles pour la conduite d'un Navire, & nécessaires pour le succès d'un combat navaL Tel est le dessein de ce^puvrage.^ ov

». f

.".j c. "' .:

„,,tJMlJ ,,".,„,'. . NOUVELLE .-. NO UVELLE - i

THEORIE

DE LA

. M AN OEUVRE

DES VAISSEAUX,

A LA PORTE'E DES PILOTES,

i .1*.' V- . ". . '_ '.

O U S entendons par la Ma* nœuvre l'Art , par lequel on soumet tous les mouvemens du Vaisseau à des regles , pour les diriger, selon le besoin, le plu* avantageusement qu'il est possible» c v. ..:

A

[graphic]
« 이전계속 »