페이지 이미지
PDF
ePub

M. Pitot , qui s'est attaché prina cipalement à réduire la Théorie de M. Bernoulli en pratique, å adopté les mêmes suppositions ; & si elles font fausses , il est tombé dans les mêmes erreurs.

- M. Parent traite la premiere d'absurde, la seconde d'idéale. Il est vrai, que M. Pitot n'a pas admis en entier cette seconde supposition. Il a cru la rendre plus recevable en appliquant ces principes à des formes de Vaisseau plus approchantes de celles des Vaisseaux ordinaires. Cette modération rend la fuppofition plus douce : mais M. Pitut luimême reconnoît en plus d'un endroit de son Livre, qu'elle n'est pas dans le fond plus vraie.' ,Ce qui doit surprendre, c'est que M. Pitor, ayant que de réduire la Théorie de M.Bernoulli en pratique, & d'adopter les mêmes principes, n'ait pas entrepris de répondre aux objections, que M. Parent , dans presque tous ses Ouvrages, oppose contre cette Théorie; entr’autres à une, qu'on trouve dans son Supplément à plusieurs Problêmes publiés en différentes occasions (a), qui paroît meriter quelque attention.

L'Auteur dir, page 18. » Au >> reste le Vaisseau faisant ordinaire» ment trois lieuës par heure, quand » le Vent fait 24 piés par seconde, » ou cinq lieuës par heure ; il est » manifeste, que le rapport de la » Vîteffe du Vent à celle du Vaisseau

eft infiniment éloignée d'être in: » finie, comme M. Bernoulli le jeune

(a) On trouve ce Supplément à la fin de son Traité d'Arithmetique Thégri-Pratiquer

l'a crûn dans le Traité cité.(a)Ainsi & toute sa Théorie étant fondée sur « cette fiction , elle ne peut être « d'aucun usage dans la Manæuvre. « Mais quoique cet ouvrage soit « appuyé sur une fausse conséquen-« ce, comme on l'a fait voir ci- « devant , & fur une fupposition « aussi fausse, il ne laissera pas de « plaire à quantité de Géometres , « qui ne cherchent ordinairement « dans ces fortes de démonstrations, qu'une Géometrie rafinée. «

Une Théorie , qui éviteroit ces deux inconvéniens : je veux dire ; celui d'être trop abstraite, & celui d'être fondée sur des fuppofition's fausses, seroit sans doute une Théos nie très-utile.

(4) Voyés dans le même endroit la page 1 Ici : Si le succès répondoit à mon zèle , & à mon travail, j'aurois procuré un grand avantage à la Marine , pár ma nouvelle Théorie. Voici le Plan que j'ai suivi, & qui m'a páru le plus méthodique.

J'examine la Théorie de la Maa noeuvre des Vaisseaux sous trois points de vûë. Je considére, 1°. Les principaux mouvemens du Vaisseau; 2°. Så vîtesse rélatiye & absolue ; 3°. J'applique ces considérations à la solution de plusieurs Problêmes utiles pour la conduite d'un Navire , & nécessaires pour le succès d'un combat naval. Tel est le dessein de cet.Quvrage.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

.: NOUVELLE THEORIE S ..DE LA LA

MAN OE UVRE : DES VAISSEAUX, A LA PORTEE DES PILOTES.

[ocr errors]
[ocr errors]

O US entendons par la Mai

nouvre l’Art , par lequel on soumet tous les mouvemens

du Vaisseau à des regles, pour les diriger, felon le besoin, le plus avantageusement qu'il est possible.

W

« 이전계속 »