페이지 이미지
PDF
ePub

ELECTRE.

Qui sont ces inconnus, quel sujet les amcine?

OREST E.
Degrace apprenez-nous où peut être la Reinc: ".
A qui nous adresser pour lui faire sçavoir,
Que de Phocide ici nous venons pour la voir ? :

ELECTRE.

De Phocide , qu'entends-je !

OREST E.

Oui, d'un recit fidelle, Nous venons confirmer l'agréable nouvelle.

ELECTRE. Ah ! c'est la mort d'Oreste, il n'en faut plus douter.

OR ESTE.

Oreste désormais n'est plus à recouter.

ELECTRE.

Helas!

1

ORESTE.

Non , ç'en est fait , ne craignez plus Orefte, Cette Urne de ce Prince, enferme ce qui reste.

ELECTRE.

Cette Urne, Ciel que vois-je : impitosables Dieux?

ORESTE. Oüi , la cendre en cette Urne eft cachée à vos yeux.

ELECTRE. Je deyois donc ainsi jouïr de la presence! Restes vains & confus d'une aveugle esperance, Qui malgré ma raison Alattiez encor mon cæur , Eyanoüie. Enfine je cede à ma douleur Ah! du moins permettez à l'amour le plus tendre , D'embrasser , de baiser , cette urne, cette cendre, De l'échauffer encore en la baignant de pleurs, Et de gemir sur elle en nos communs mallıcurs.

ORESTE,, Pilade. Qu'entend-je ! est-ce ma Sæur, ô deftin trop contraire !

ELECTRE. Triste objet , sûr témoin de la mort de mon Frere , Urne qui dans ton sein le cachant à mes yeux, Renfermes le seul bien qui me fût précieux , O mon unique espoir ! Oreste , cher Oreste, De toi donc déformais, c'est-là tout ce qui reste! Lorsqu'heureux & vainqueur j'attendois ton retour, O combien different te revois-je en ce jour. Voilà donc tout le fruit de ma longue esperance , Fatal retour , helas! triste reconnoiffance ! Plút au Ciel , que la mort cût obscurciomes yeux , Avant que t'arracher de ces funestes lieux ; Que ne t'abandonnai-je aux fureurs de ta Mere ! Du moins mêlant ton sang dans le sang de ton Pere ; Et sur un seul bûcher ensemble confumez, La mêine Urne tous trois nous auroit renfermez,

Mais exilé, proscrit , pour comble de misere;
Arrosant de ton sang une terre étrangere.
Un autre Ciel t'a vů, sans ta Sæur expirant
Je n'ai fçû te serrer ni t'embrasser mourant
Et te fermant les yeux d'une main attentive ,
Recueillir dans mon sein ton ame fugitive.
Quelque main ennemie , avare en ta faveur, .

T'a rendu ces devoirs , sans pitié, sans douleur?
Oh! Prince malheureux, quelle est ca destinée ,
Oh! déplorable Electre , Electre infortunée
Tu vois ton Frere mort, tu le tiens dans tes bras , ,
Tu le tiens infenfible , & tu n'expires pas.

ORESTE, Pylade.
Juste Ciel ! penetré de douleur ; de tendresse,
C'en est fait, je succombe au transport qui me presse
C'est feindre trop long-tems, je vais me découvrir. -

P Y LADE. Que-faites-vous', ô Ciel ! gardez de vous trahir. Avant que d'avoir vû le Tyran & la Reine, Si vous vous découvrez , vôtre vangeance est vai-. L'Oracle ainsi l'ordonne , ah! longez-y Seigneur.

ORESTE.
O contrainte cruelle , ordre plein de rigueur !
Etes-vous cette Electre , en tous lieux renommée ?

ELECT R E.
Ah! dites dans les maux cere Electre abîmée ;

ORESTE.
Dé, lorable Irincesle, ô.com.ble de doaleur

ne :

ELECTR E.
Eh ! que diriez-vous donc si vous voyez mon coeur.

ORES TE.
Qui vous a pů creuser ce gouffre de misere ? -

ELECTRE.
Les rigueurs d'un Tyran, & de ma propre Mere:

ORESTE.
Ciel! combien de malheurs ont troublé vos beaux

jours,
Vous les avez passez sans douceur, sans secours ! :

ELECTRE.
Et pour comble , le seul dont j'en osois attendre ,
Dans cette Urne enfermé n'est plus qu'un peu

do
cendre ;
Pourquoi , me regardant , répandez-vous des pleurs :

ORESTE.
Quel barbare ennemi ne plaindroit vos malheurs !!
Qui vous eût reconnu dans cet état funeste !

ELECT R' E.
Les yeux seuls, ou plûtôt le cæur du triste Oreftce

ORESTE
Trop malheureux Oreste voyant ainsi ta Saur,
Helas ! quel coup mortel auroit percé ton cæur !

ELECTR E.
Il devoit prendre part à ma disgrace extrême ;
Je l'aimois tendrement.

[ocr errors]

ORESTE.

Il vous aimoit de même.

ELECTRE. Vous l'avez donc connu?

ORESTE

Croyez-en ma douleur.

ELECTRE.
Ze vous a-t-il parlé quelquefois de la Sæur ?

ORESTE.
Au bonheur de vous voir , il aspiroit sans cesse.

ELECTRE.
Esperance trompeuse , inutile tendresse ?
Mais qui donc êtes-vous à ce noble maintien p..7

OR ESTE
Je suis , je viens, helas! ne me demandez rien.

ELECTRE.
Vous vous troublez !

[ocr errors]

ORESTE.

Grands Dieux !

EDECTRE.

Quelles raisons funeftes Avez-vous à mes

yeux de cacher qui vous êtes :

O RESTE.! Que lui dire i...

« 이전계속 »