페이지 이미지
PDF
ePub

jugemens qui en émanent font confirmés par les Dieux. Ne manquez pas de vous y rendre comme fuppliant, & de subir le jugement de cet augufte tribunal. La moitié des suffrages sera pour vous , & vous serez renvoyé absous. C'est en effet Apollon qui a fait toute la faute ; c'est lui qui par ses oracles vous a engagé à ce meurtre. Ce fera ensuite pour la postérité une loi inviolable , qu'un accusé sur lequel les voix sont partagées soit renvoyé absous. Les furies de rage fe précipiteront fous terre près du lieu où aura été rendu le jugement, elles laisseront après elles un gouffre horrible, objet de la vénération des mortels. Vous irez ensuite sur les bords de l'Alphée , vous bâtirez une ville près du Temple d'Apollon Lycæen que vous appellerez de votre nom. Les citoyens d'Argos rendront les honneurs de la sépulture à Egysthe & Menelas au retour de son expédition de Troye abordant au. port de Nauplie rendra les mémes honneurs à Clytemnestre, de concert avec Helene qui revient d'Egypte, où elle étoit restée dans la maison de Protée. Cette Prineesse n'étoit point à Troye ; fon Simulacre seulement y étoit par ordre de Jupiter pour exciter parmi les mortels des guerres cruelles qui devoient couter tant de lang. Que Pylade épouse Electre, qu'il l'emmene dans les Etats avec le Mycenien qui lui a tenu lieu de pere , & qu'il le récompense. Pour vous, Orefte , traversez l'Isthme , rendez-vous au plúa tôt à Athenes , faites vous y absoudre. Ce n'est: que par là que vous pourrez mettre fin à vos

[merged small][ocr errors]

Eils de Jupiter , peut-on vous adresser la parole:

CASTOR Vous le pouvez , puisque vous n'avez aucune part à cet assassinat.

OR ESTE
Le pouvons-nous , aufli enfans de Tyndare

CASTOR.
Nous vous le permettons. C'est en effet sur
Apollon qu'on doit rejetter la cause de ce meur-
tre.

ELECTRE. Comment étant Dieux, & freres de Clytentnestre n'avez-vous pas empêché....

CASTOR Le Destin & l'Oracle imprudent d'Apollon ae le permettoient pas.

ELECTRE. Quels Oracles ont prédit que j'affassinerois ma mere?

CASTOR Ce crime' vous eft commun à tous deux: la même destinée vous y poufsoit.

ORESTE Quoi, chere four, je vous revois après une * longue absence, & l'on me prive de votre vue! Je vous quitte , & vous me quittez !

CASTOR Consolez-vous Orefte , la seule punition qu'elle éprouve, c'est d'étre exilée d'Argos. . Punition bien douce , sur-tout.lersqu'en eft obligé de Luiyre un époux..

ORESTE. Eh quoi de plus triste que de quitter son pays natal ! Il est vrai que mon sort est plus affreux. Il ne se borne pas à l'exil. Il me traine à un tris bunal étranger.

CASTOR Reprenez courage ; vous arriverez à la ville de Pallas. Soutenez seulement vos maux avec fermeté.

ELECTRE. Embrassez-moi, mon frere , pour

la derniere fois, puisque l'es imprécations que notre mete a lancées contre nous, nous obligent de nous l'éc. parer.

ORESTE ! Recevez les dernieres marques de ma tena dresse , & regardez-moi comme si je n'étois plus..

CASTOR. Ces adieux me pénétrent de compassion. Les malheurs des mortels peuvent attendrir les Dieux. mêmes..

ORESTE.
Chere Electre , je ne vous verrai plus

ELECTR E. Mon cher Oreste c'est pour la derniere fois que je vous vois..

RESTE.
C'est la derniere fois que je vous parle..

ELECTRE.. Je vous quitte chere Argos, & vous aussi mes amies.

ORES TE. Vous vous éloignez donc de moi, ma chere faur.

ELECTRE.
Je m'en vais les yeux baignés de larmes,

ORESTE.
Adieu cher Pylade , je vous confie Elettre.

CASTOR. Laiffez leur le soin de leurs amours , & ne fongez qu'à vous délivrer des furies qui vont s'emparer de vous. Ces noires Divinités s'avancent à grands pas armées de Serpens & des douleurs umeres qui sont le fruit du crime. Pour Pollux & moi , nous allons à travers la plaine azurée sur les Meres de Sicile , pour donner du secours aux Vaiffeaux tourmentés de la tempête. Toutefois notre secours est réservé aux mortels qui craignent les Dieux , & non pas aux impies. Que ceux qui aiment la justice ne s'embarquent jamais; avec des parjures. C'eft un conseil qu'un Dieu donne aux mortels.

LE CHEUR. Adieu ; puiffiez-vous goûter un bonheur para fait. Celui là est vraiment heureux qui n'éprouve aucun revers,

Fin de la Tragédico

’Ai lû par l'ordre de Monseigneur le Chance

lier, un Manuscrit qui a pour titre , l'Electre d'Euripide Tragédie. Fait à Paris ce 14 Mai 1750.

CA HUZA C.

J

L

PRIVILEGE DU ROI.
OUIS

Roi de , par la grace de Dieu , France & de Navarre : A nos amés & féaux Conseillers les Gens tenans nos Cours de Parlement , Maitre des Requéres ordinaires de notre Hôtel, Grand-Conseil, Prevôt de Paris, Baillifs Sénéchaux , leurs Lieutenans civils & autres nos Jufticiers qu'il appartiendra , SALUT. Notre bien amé ANDRE' CAILLEAU , Libraire à Paris , ancien Adjoint de la Communauté Nous a fait exposer qu'il defiroit faire imprimer & donner au Public des Ouvrages qui ont pour titres : Hisoire du Théâtre Italien; Nouveau Calendrier Historique des Théârres , Le Retour de la Paix , Comédie; L'Année Merveilleuse , Comédie ; Les Petits-Maîtres , Comédie ; Le Miroir , Comédie ; Le Bacha de Smirne , Comédie ; La Mort de Bucephale; Comédie ; Les Métamorphoses, Comédie ; La Cabale, Comédie, La Colonie , Comédie ; Merope , Tragédie de M. Clément ; Vanda , Tragédie; Benjamin, Tragédie; Electre , Tragédie; Caliste, Tragédie ; Les Souhaits pour le Roi,

Comédie ; Le Provincial à Pavis , Comédie ; s'il Nous plaisoit lui accorder nos Lettres de Permission

pour

nécessaires ; A CES CAUSES , voulant favorablement traiter l'Ex

« 이전계속 »