페이지 이미지
PDF
ePub

V Monsieur ?

S CE NE X I.
Me. ARGANTE, ANGELIQUE,

M. DAMIS.
Madame ARGANTE.
Ous venez

sans doute , d'arrives, Monsieur ?

M. D A M I S.
Oui, Madame, en ce momento

Madame ARGAN TE. Il y a déjà bonne compagnie assemblée chez moi ; c'est-à-dire , une partie de ma famille , avec quelques-uns de nos amis ; car pour les vôtres, vous n'avez pas voulu leur confier votre mariage.

M. DAMI S. Non, Madame; j'ai craint qu'on n'en viật mon bonheur , & j'ai voulu me l'afsûrer en secret. Mon fils même ne sçait rien de mon dessein : & c'est à cause de cela que je vous ai prié de vouloir bien me donner le nom de Damis , au lieu de celui d'Orgon, qu'on mettra dans le Contrar.

Madame ARG ANTE. Vous êtes le maître, Monsieur ; au reste , il n'appartient point à une mere de vanter sa fille ; mais je crois vous faire un present digne d'un honnête homme comme vous. Il est vrai

que

les avantages que vous lui faites..

M. DA MI S. Oh! Madame, n'en parlons point , je vous prie ; c'est à moi à vous remercier toutes deux , & je n'ai pas dû espérer que cette belle personne fit grace au peu que je vaux. ANGELIQUE; à

part. Belle personne ?

M. DA MI S. Tous les trésors du monde ne sont rien , au prix de la beauté & de la vertu. qu'elle m'apporte en mariage.

Madame AR G A N I E.
Pour de la vertu, vous lui rendez
justice. Mais , Monsieur, on vous at-
tend ; vous fçavez que j'ai permis que
nos amis se déguisassent, & fiffent une
espece de petit bal tantôt ; le voulez-
vous bien ? c'est le premier que ma fille
aura vu.

M. DA MI S.
Comme il vous plaira , Madame.

2

Madame ARGANTE. Allons donc joindre la compagnie.

M. DAMIS. Oferois-je auparavant vous prier d'une chose , Madame ? Daignez à la faveur de notre union prochaine , m'accorder un petit moment d'entretien avec Angelique ; c'est une satisfaction que je n'ai pas eu jusqu'ici.

Madame AR GANTE. J'y consens , Monsieur , on ne peut vous le refufer dans la conjoncture préfente ; & ce n'est pas apparemment pour éprouver le coeur de ma fille ? il n'eft pas encore tems qu'il se déclaré tout à fait ; il doit vous suffire qu'elle obéit sans répugnance : & c'est ce que vous pouvez dire à Monsieur , Angelique , je vous le permets, entendez-vous

ANGELIQUE.
J'entends , ma Mere.

[ocr errors]
[ocr errors]

SCEN E XI I. ANGELIQUE; M. DAMIS.

M. DAMI S.
Nfin, charmante Angelique, je puis

donc sans témoins vous jurer une tendresse éternelle : il est vrai que mon âge ne répond pas au vôtre.

ANGELI OU E.
Oui ; il y a bien de la différence.

M. DAMI S. Cependant , on me flatte que vous acceptez ma main sans répugnance.

ANGELIQUE.
Ma Mere le dit.

M. D A M I S. , Et elle vous a permis de me le confirmer vous-même.

ANGELIQUE. Oui ; mais on n'est pas obligé d'yser des permissions qu'on a.

M. DAMIS. Eft - ce par modestie ? Est-ce par dégoût que vous me refusez l'ayeu

que je demande ?

ANGELIQUE.
Non; ce n'est pas par modestie:

M. DA MI S. Que me dites-vous-là ! C'est donc par dégoût ? Vous ne me répondez rien ?

ANGELIQUE.
C'est que je suis polie.

M. D AM I S. Vous n'auriez donc rien de favorable à me répondre ?

ANGELIQUE.
Il faut que je me taise encore.

M. DA MI S.
Toujours par politesse ?

ANGELIQUE.
Oh! toujours.

M. DA MI S. Parlez-moi franchement : est-ce que vous me haïssez ?

ANGELIQUE. Vous embarrassez encore mon sçavoir vivre. Seriez-vous bien-aise si je vous disois, oui ?

M. DA MI S.
Vous pourriez dire , Non.

ANGELIQUE.
Encore moins, car je mentirois.

M. D A M I S. Quoi ! vos sentimens vont jusqu'à la haine, Angelique ? j'aurais cru que vous vous contentiez de ne me pas aimer:

« 이전계속 »