페이지 이미지
PDF

IMPROMPTU A MLLE DE *, r

uu sujet de quelques fictions qu'on reprochait à l'auteur d'un voyage en vers,

IL est voyageur et poète ;
Ce sont deux titres pour mentir :
Mais dans les vers par le plaisir
Quelque mensonge se rachète.
Quiconque en vous voyant dira :
Mon hommage est pour Emilie,
De ce moment on le croira,
Eût-il menti toute sa vie.
LEMIERRE. .
3o0o&

DÈs que ma mie est un jour sans me voir,
Elle me dit que j'en ai tardé quatre :
Tardé deux jours, elle dit ne m'avoir
Vu de quatorze, et n'en veut rien rabattre ;
Mais pour l'ardeur de mon amour ébattre
De ne la voir n'ai raison apparente.
Voyez, amans, notre amour différente :
Mourir la fais quand suis loin de ses yeux ;
Mourir me fait quand je la vois présente :
Jugez lequel vous semble aimer le mieux.

MARoT,

A MLLE DOLIGNY ,

pour mettre au bas de son portrait.

PAR les talens, unis à la décence,
Tu te fais respecter et chérir tour à tour :
Si tu souris comme l'Amour,

[ocr errors][merged small]

SoUFFREz les Amours sur vos traces ;
Muses, souvenez-vous toujours
Que l'esprit est sans les Amours
Ce qu'est la beauté sans les Graces.
C'est à l'Amour qu'il faut céder :
Quel autre charme nous arrête ?
L'esprit peut faire une conquête ;
Mais c'est au cœur à la garder.
BERNARD.
3o0oG&

IRIs s'est rendue à ma foi : Qu'eût-elle fait pour sa défense ? Nous n'étions que nous trois; elle, l'Amour et moi;

Et l'Amour fut d'intelligence.
CoTIN.

[merged small][merged small][ocr errors]

JE vous nomme sans que j'y pense; Votre entretien me charme, et je crains votre absenceJ'aime à causer tous vos desirs, Et votre rencontre imprévue Me donne de certains plaisirs Que je ne sens qu'à votre vue. Je crois vous voir la nuit, je vous cherche le jour ; Je songe à vous malgré moi-même. Si ce n'est pas là comme on aime, Apprenez-moi ce que c'est que l'amour.

350003s

LA VIOLETTE.
A Moe DE RAMBoUILLET.

MoDEsTE en ma couleur, modeste en mon séjour,
Franche d'ambition, je me cache sous l'herbe ;
Mais si sur votre front je puis me voir un jour,
La plus humble des fleurs sera la plus superbe.
DESMARETs,

Tome III. 1 I II

IMPROMPTU A MME DE POMPADOUR, qui dessinait une tête.

PoMPADoUR, ton crayon divin
Devait dessiner ton visage ;
Jamais une plus belle main
N'aurait fait un plus bel ouvrage.

[ocr errors][merged small]

ON sait tout lorsque l'on sait plaire :
A l'étude des vers cessez de vous livrer;

Contente de les inspirer,
Ne nous enviez pas le talent de les faire.

35 200G
A MME DE BOUFLERS,
en lui envoyant un exemplaire de la Henriade.

Vos yeux sont beaux, mais votre ame est plus belle ; Vous êtes simple et naturelle, Et sans prétendre à rien vous triomphez de tous. Si vous eussiez vécu du tems de Gabrielle, Je ne sais pas ce qu'on eût dit de vous, Mais on n'aurait point parlé d'elle. VoLTAIRE.

A MADAME ***,

qui allait faire des visites.

QUI ne pourra ce soir vous voir et vous entendre, Dans l'ennui du grand monde ira vous regretter. Moi, plus adroit sans doute, ou peut-être plus tendre, Eglé, je reste seul pour ne pas vous quitter. GRoUvELLE.

[ocr errors]

LA foi, l'espoir, la charité
Sont les plus riches dons que la divinité
Fit descendre sur nous de son trône céleste :
Ils serviront à mon bonheur.
La foi vous convaincra de ma sincère ardeur ;
L'espoir animera mon cœur ;
La charité fera le reste.

[ocr errors]

ABSENTE de Damon, de ma douleur profonde,

Quelques momens du moins, tu charmeras l'ennui :

Mon amant me tient lieu de tous les biens du monde ; Toi seul me tiendras lieu de lui.

[ocr errors]
« 이전계속 »