페이지 이미지
PDF
ePub

CRITIQUES
SUR LA POESIE

ET

SUR LA PEINTURE.

Par M. l'Abbé DUBOS, l'un des Quarante, &
Secrétaire perpétuel de l'Académie Françoife.
SEPTIÉME ÉDITION.
SECONDE PARTIE.

Ut Pittura Poësis. Hor. de Art. Poëto

A PARIS,
Chez PISSOT, Quai de Conti, à la Sagelle.

M. DCC. LXX.
AVEC APPROBATION ET PRIVILEGE DU ROTO

UYCOSITY 21 JAN 1735 : OF OXFORD

PADY

DE S MATIER E S. ** SECONDE PARTIE.

Se&. 1. Dugénie en général, page 1. Sect. 2. Du génie qui fait les Peintres Eur · les Poëtes,

14 Sect. 3. Que l'impulsion du génie déter

mine à être Peintre ou Poëte ceux qui

l'ont apporté en naissant, : 25 Se&. 4. Obječtion contre la proposition · précédente, & réponse à l'objection, 36 · Se&. 5.Des études & des progrès des Pein

tres Es des Poëtes's : ' 45 Se&. 6. Des Artisans sans génie, 61 · Se&. 7. Que les génies sont limités's 70 Sect. 8. Des Plagiaires; en quoi ils dif

ferent de ceux qui mettent leurs études à profit,

. .81 Sect:9. Des obstacles qui retardent le pro

grès des jeunes Artifans, 97 Sect. 10. Du tems les hommes de géo nie parviennent au mérite done ils font capables ;

115 Sect. 15. Des ouvrages convenables aux

gens de génie, & des Artisans qui 60px trefont la maniere-des-autres ; ;. 127 Sect. 12. Des siécles illustres & de la part

que les causes morales ont aux progrès des arts,

134 Sect. 13. Qu'il est probable que les caufes

physiques ont ai:ssi leur part aux progrès surprenans des Arts & des Lettres, 154 Premiere Réflexion, Qu'il est des pays & des tems les Lettres & les Arts ne fleurissent pas i

:: 151 Seconde Réflexion. Que les Arts parvien

nent à leur élévation par un progrès subit , & que les effets des causes morales ne les fçauroient soutenir sur le point de perfe&tion ils semblent s'être élevés par leurs propres forces, i 182 Troisiéme Řeflexion. Que les grandsPeintres furent toujours les contemporains des grands Poëtes leurs compatriotes. Qu'il paroit qu'il serépande alors fur les hommes un esprit de perfectioin proportionné aux qualités particulieres de chacun d'eux. Pasage de Velleius Paterculus, cette observation se trouve faite,

233 Sect. 14. Comment il se peut faire que les

causes physiques ayent part à la destinée des siécles illustres. Du pouvoir de l'air fur le corps humain,

249

« 이전계속 »