페이지 이미지
PDF

Duc d'Orléans, fou frere unique. Ccft un des plus beaux Palais de France : la ficiiation , les vûes, les eaux, les bois , l'archite&ure , les marbres, les fculptures, & les peintures, en font un agréable féjour.

Ce Château, qu'on trouve dans une derniére cour, plus longue que large,élevée en haute terrafle, eft compofé d'un grand corps de logis de cent quarante - quatre pieds de façade, fur foixante Se douze d'élévation. On y a joint quelques ouvrages foutenus de deux gros Pavillons , où commencent deux aîles moins exhauflces, qui s'étendent, par une agréable fimétrie, jufqu'aux deux tiers de la cour. Les balcons des avant-côtez ont leurs vûes fur la plaine, fur Paris, & fur des païfàges d'une grande beauté.

Lorfque vous ferez entré dans la cour de ce Château, vous verrez au fronton de la principale façade , un cadran découvert "par le Temps, avec quelques Amours, qui repréfentent les quatre parties du jour.

Sur la corniche,qui eft portée par quatre colonnes de l'ordre corinthien, il y a la Force, la Prudence , la Richefle, & la Guerre.

A l'aîle droite du Château , dans des niches , font quatre figures qui repréfentent l'Eloquence , la Mufique, la Bonne-chere & la Jeuneflè.

A l'aîle gauche du Château, ce font la Comédie repréfentée par le Dieu Momus, &: la Danfé par une Baccaute ; il y aauilila Paix & la Richefle.

Les Appar-têmens de ce Château font d'une grande magnificence & très-richement meublez : tout y eft d'un goût & d'une perfection digne du grand Prince à qui il appartient: les excellentes peintures du célébre 'Afignard, doivent vous engager à voir ce charmant féjour. On monte aux apartemens par le grand efcalier qui eft fur la gauche en entrant ; il eft formé de deux rampes égales ; les colonnes , les pilaftres, & la baluftrade font d'un marbre choifi.

D'abord on entre fur la gauche dans la falle des Gardes , pour fuivre l'enfilade des appartemens ; mais avant que d'y entrer , voyez fur la droite le Sallon du Billard, dont le plafond eft rempli de peintures d'un bon goût, & les lambris, comme le plafond, chargez de dorures & de portraits au naturel de Princes & de PrincerTes, &c. dont les noms font marquez en lettres d'or : avancez jufques fur le balcon pour voir la vue du monde la plus agréable, qui régne fur Paris & fur les environs. La piéce la plus curienfe des apparte

mens eft la fameufe Galerie d'Apollon & fcs deux Salions, qui remplirent Paîle gauche , & qui,jointes de plein pied avec l'Orangerie, font une enfilade d'une largeur furprenante , & d'autant plus agréable , que la vûe n'y eft nullement bornée, s'étendant fur Paris & le pais d'alentour.

Le grand Sallon qui précède la Galerie, eft orné de belles peintures qui repréfenrent les Amours de Mars & de Vénus en plufieurs tableaux. Remarquez dans le coin du plafond du côté du jardin, Apollon ou le Soleil qui découvre à Yulcain les amours de Vénus fa femme avec Mars; qui font repréfentez cnfemble audeflùs de la cheminée. Mars y eft defarmé par plufieurs Amours lorfqu'il vient rendre vifice à faMaîtreffe. Outre l'éclat des dorures, ce Sallon eft encore orné de quatre grofles colonnes , & de feize pilaftres de marbre. Ce beau Sallon communique par une grande arcade,à

LA GALERIE D'APOLLON,

décorée de tout ce qui peut rendre un pareil lieu magnifiqne & charmant: elle eft percée de treize fenêtres de chaque côté & de deux à l'extrémité ; les trumeaux font couverts de peintures qui repréfentent différentes Maifons Royales , Châteaux, &c. qui font rangées en cet ordre: Le premier fujet en entrant fur la droite, eft Chantilli, Villers-cotterefts , Rainci, Seaux, Trianon, le Plefïïs, Vaux le Vicomte , le Palais Royal, S. Germain, Clagni, les Tuilleries , S. Denis, le Luxembourg. Le premier à gauche , Fontainebleau, Vincennes, le Château neuf de S. Germain, Verfailles, Blois, Fontainebleau, Marimont, Maifons, le Val, le Pavillon de S. Cloud, Verfailles, Verfailles du côté de l'Orangerie, & Chambort.

Le premier tableau, qui eft au-deflus rie la porte en entrant, repréfente la naiffance d'Apollon & de Diane ; Latone outragée, demande à Jupiter qui parok fur une nuée, la vengeance des Païfans de Licie-, il y en a un baille qui trouble l'eau, pour empêcher Latone de boire; un autre fait la moue à cette DéelTe j & un troineme la menace du doit.

Sur l'autre bout de ce tableau , il y a un autre païfan qui dort, & deux enfans ; l'un tient une flûte, & l'autre un nid de Cannes. Le plafond de ce tableau repréfente l'Ifle de Délos, avec une mer & une grande Forêt.

Vous verrez dans le grand plafond du milieu de cette Galerie,le Soleil fortant de fon Palais, accompagné des heures du jour \ en attitude de pouffer, & d'ouvrir la vapeur qui forme l'obfcurité ; il eft précédé d'un enfant, qui porte un cornet plein de fruits pour repréfenter l'Abondance. 'Plus bas, bien au-deffbus, il y a des petits Zephirs, qui rerfent la rofée du matin , à la pointe des rayons du Soleil. L'Aurore paroît dans fon Char, devant lequel un Amour répand des Fleurs. Au deflus, un peu devant l'Aurore , l'Etoile du point du jour eft repréfentée par un beau jeune homme qui la porte fur fa tête,une verge à fa main , en attitude de chaffèr la nuit & toutes les conftellations devant lui. L'Hnondéle, oifeau qui vole avantlepoint du jour , s'enfuit de même.

Sur la fin du tableau paroit la nuit, en attitude rapide & violente, tirant à deux mains fes voiles j elle eft accompagnée de fes deux enfans , dont l'un repréfente le fommeil de la vie ; & l'autre, celui de la mort.

Les quatre Saifons de l'année font auffi repréfentées dans le berceau de cette Galerie, fçavoir : le Printemps & l'Eté, entre l'entrée 8c le plafond du milieu; & l'Automne & l'Hiver, entre ce même plafond, Se l'extrémité de la Galerie.

« 이전계속 »