페이지 이미지
PDF
ePub

rudement, de quoy il s'appercut bien ; ta érant interrogé combien il étoit large ? - il répondit d'un seul. Endisant cela tous fe mirent à rire, et il confeffa le traité dont il étoit convenu avec son valet, en ajouta que fans fon avertissement, il l'auroit rendu quarré. Aprés cela l'on ne pouvoit rien dire que les autres ne crioient : fonge7 au moins a le quarrer.

31. Onriche Laboureur croyant son fils propre aux études, dépensa liberalement beaucoup de bien pour l'y faire avancer ; e quoy que le fils répondit parfaitement à l'attente de fon pere, il ne fut pas pour Gela affez heureux pour le luy faire croire. Le pere se fiant à fon Curé , le voulut faire examiner. Par malheur il avoit oublié son latin , & ne voulant pas paffer pour igno. rant il luy fit croire que son fils avoit mal employé son temps. Le Laboureur tout-àfait en colere condamna fon fils à garder les cochons:mais la méchanceté du Curé fut bien tost decouverte & châtiée selon fon demerite; parce que l'Evêque faisant la visite de son Diocese luy écrivit une Lettre, par laquelle il luy mandoit qu'il se trouveront dans sa Paroiffe à un jour fixé ; mais illuy défendit

[ocr errors]

interrogado quanto era ancho ? les rela pondio , de un passo solo. En diziendo effo reyeron tanto que fue conftreñido de confeflar el concierto hecho con su camarero, у

añadio

que

sin su apercebimiento lo hiziera quadrado. Despues no se dixo nada, que todos no gritasen, pensad alomenos a quadrallo.

31. Un rico Labrador creyendo su hijo habil por los estudios gastò dadivosamente dineros por su aprovecho. Y aunque el hijo correspondieffe ala exspectativa de su padre , con codo esso no fue harto dichado de perfuadirselo. Porque fiandose en el Cura hizo examinarlo por ello,

ello, el qual havien do olvidado lu latino y no queriendo passar por ignorante, dio a creer que el mancebo avia mal emplegado su tiempo. El Arador enojado condenó su hijo a guardar los puercos ; pero la maldad del Cura fue luego descubierta y con su daño castigada ; porque el Obispo en visitando su Diocefi le dio a entender por unas cartas que se hallaria un dia determinado en su Paroquia , mas le defendio la demasia en platos con

le faste en ces termes : Modicum & bonum. Ce malicieux Curé ne sçachant à qui recourir pour l'interpretation d'un tel Ora. ·cle vint au porcher, e le supplia de luy en donner l'explication, qui voyant que le temps de la vengeance étoit arrivé , luy die gue cela signifioit, la teste de son afne dans une soupe aulait.Et quoique leCuré aimat sa beste,il la facrisa ne anmoins pour honorer son Prelat , lequel ayant appris fon ignorance luy ordonna de répondre en trois jours sous peine de perdre la Cure à trois demandes qu'il luy fit : Premierement dans combien de vases pourroit tenir toute la mer ? Secondemeni quelles étoient les pensées ? Er finalement qu'il luy dit , combien le bonheur

étoit éloigné du malheur ? Dans cette extremité il eut encore recours, an. Percher qui luy confeilla de garder les cochons pendant qu'il iroit habillé en Prêtre chez l'Evêque à qui il réponderoit pour le tirer de tout embarras. Après cet'accord s'étant presené de bon matin devant le Prelat, il dit : Monseigneur, je viens répondre à vos trois demandes, da je dis à la premiere qu'il ne faut qu'un vafe , pourven qu'il soit affez grand. A la seconde , que vous pensez que

.

[ocr errors]

essas palabras latinas : modicum & bonum. Efte malicioso necio no sabiendo a quien acudir por la interpretacion de tal oraculo vino suplicante al guarda puercos, у

el veyendo el tiempo de la vengança le respondio que esto significava ; la cabeça de su alno en leche ; y aunque el Cura amasse su animal, con todo ello lo sacrificò para honrar a su Prelado, el qual en veyendo su ignorancia ordenò de responderle entre tres dias so pena

de perder su curazgo a estas tres propoficiones, a saber: Quantos vafos eran neceffarios para poner dentro toda la

que

le interpretasse fus pensamientos y que le dixeffe finalmente quanto la dicha era diftante del infor -ı tunio ? En esta eftremidad tuvo tambien recurso a su crujaman, quien le dio consejo de quedar con los puercos mientras que andaria vestido como Cura en el aposento del Obispo y responderia tambien por el que seria fatisfc. cho. Presentandofe pues mañana por la mañana ala cabecera del Obispo le dixo : Illuftriffimo vengo para responder alas tres interogaciones y ala pri

mar: Pues

je suis cet infortuné Curé, mais je ne suis que le Porcher du Village ; ainfi je trouve que mon bonheur s'est éloigné dans une seule nuit de mon malheur. Après avoir declaré le tout, il obrint la tonsure de l'Evêque , demeura Curé pendant que

l'autre continua à garder les pourceaux.

32.

Il arrivaun jour qu'un Plaideur se trouva riche aprés avoir gagné son procez, O ayant à faire un voyage il laissa son argent entre les mains de son hofte, qui étant fripon, mit en la place des roigneures d'argent, & foutient à son retour que c'étoient des fouris , qui étant frequens dans la maifons, ne laissoient rien sans le gâter. L'homme étant discret , ne voulut pas faire du bruit ; mais il fongea à quelque invention pourratrapper fon bien. Ayant finalement opié l'occasion de se faisir du fils bien aimé de son hofte , il die au pere qui le cherchoit avec grand empreffement , qu'un Passereau l'avoit enlevé dans fon bec en fa presence, & lors

que l'autre répondit que c'estoit une chose impossible, il ajoûta : pourquoy na

« 이전계속 »