페이지 이미지
PDF
ePub

traité, il étoit servipar trois domestiques qui êtant aussi justement les voleurs, l'observerent regulierement en toute sa conduite , de forte qu'écout ant à la porté, ils entendirent qu'il disoit en lwy-même, il n'y en a que trois, en se plaignant du peu de jours que devoit durer

son bonheur. Cependant ils le crurent si bon devin , qu'ils le prierent , de ne les point découvrir , luy remirent entre les mains le vol qu'ils avoient fait. Nôtre homme faut content d'avoir si bien réüssi ne leur voulut pas nuire , d'autant qu'ils luy avoient promis qu'ils se corrigeroient ; mais il donna à entendre au Seigneur que les voleurs s'étoient fauvek, avoient abandonné leur larcin, quiétant satisfait de retrouver fon bien, le recompensa, comme il le lwy avoit promis

.

54. Une belle nuit pendant le sabat des shats, les rats les souris s'assemblerent pour consulter par quel moyen ils tireroient de la patte du chat leur ennemy commun. On y avoit deja proposé diverses opinions, lorsqu’une certaine souris proposa avec applaudiffement presque de toutes les autres , qu'il

atraber, dezia , con su arte los culpados , y luego fue servido y tratado cfplendidamente ; mas los hurtadores siendo tres domesticos del Hidalgo tu. vieron gran cuydado de observar su proceder y oyeron escuchando ala puerta, que dezia: No ay que tres. Lamentandose en li mismo dela poquedad de tan buenos y dichados dias. Pero ellos locreyeron verdadero adevinador. Por ello resolvieron de hablalle y remetiendole la hazienda, lo rogaron de no delcubrillos. El considerando una salida tan afortunada no quiso dañar alos otros mientras que le promerieron de eniendarse. Alli dio a entender al dueño

que

los hurtadores avian dexado todos los bienes para salvarse. El Señor muy fatis fecho se contento con la recuperacion del $4. Los gatos ayuntandose por

fus ruidos dieron comodidad alos mures y ratoncillos de tener consejo como podrian librarse de la pata de su formidable enemigo el gato. Los pareceres eran muy combatidos. Pero uno entre otros propuso con aplauso quasi de todos, que

suyo.

seroit fort bon d'attacher au col du Chat un grelot , afin que le bruit qu'il feroie leur put donner le temps de se retirer au plustost; mais ne s'en trouvant aucune assež hardie pour le luy attacher , elles se separerent , et demeurerent dans l'apprehension comme au. paravant.

ss. Il arriva un jour que dans la Repu. blique du corps humain la teste, les mains, les épaules et les pieds se revolterent contre le venire en se plaignant de luy , qu'il ne faisoit que consommer tout ce qu'ils amasoient avec tant de peine ; mais à peine ces rebelles refusa rent-ils à leur ennemy pretendu l'ordinaire dont il avoit besoin, qu'ils se sentirent si affoiblis , qu'ils connurent bientoft avec confisfion le mechant conseil qu'ils avoient pris pour nuire à celuy qui distribuoit fi liberalement ( avec tant de prudence à un chacun ce qui luy estoit neceffaire , & luy demandant par. don ils se remirent pour leur interest un cha. sunen particulier à leur travail.

56. Un Gentilhomme amoureux d'une belle e riche heritiere ayant plusieurs riVAUX , & en étant à cause de ses verius lo

1

feria lo mejor de atacar una sonajera a su
cuello para recogerse al primero sonido;
mas como no se hallò ninguno entre to-
dos que fuelle tan atrevido de atacarsela,
rumpieron el consejo en quedando toda
vez con miedo como antes,

55. Acaecio que una vez en la Repua blica del cuerpo humano la cabeça , las manos , las espaldas y los pies se rebelaron contra el vientre en quexandose del , que no hazia fi no consumir la hazienda que ellos juntaron con tanto trabaxo. Mas apenas rehuzaron estos rebeldes a su enemigo pretendido el fornecimiento ordinario, que ellos mismos se sentieron tan enflaquecidos que conocie

ron luego con su verguença el mal conse- jo

jo que avien tomado para dañar a quien
con providencia reparie tan dadivofa-
mente a cada uno lo necessario. Ali

pie
diendole perdon bolvieron por su inte-
res particular a sus obras acoftumbra,
das.

56. Un Hidalgo muy enamorado de una hermosa y rica heredera tuvo muchos rivales ; mas fiendo por sus virtudes el

plus aimé , s'attira par ce moyen un grand nombre d'ennemis qui jurerent tous fa perte, Comme il s'en alloit souvent voir sa maitresse à son Château pour luy donner des marques de fon amour, les autres prirent cette occasion pour luy tendre des embûches. Il avoit coûtume passant devant un Cimetier de faire une priere pour les ames du Purgatoire. Un jour comme il y palloit, il y artacha fon cheval à la porte , & s'y endormit d'abord, un esprit un moment aprés prenant fa reffemblance monta à chevalt alla an Château. Ceux de l'ambuscade l’apperGevant tirerent plusieurs coups de pistolets furluy, & le voyant tomber le crurent mort. Le Gentilhomme étant éveilléremit sa visite à un autre jour. Les premiers qu'il rencontra furent ses rivaux, qui étant épouvantez de la rencontre voulurent s'instruire di passe, ayant connu une conservation fi miraculeuse , luy confefferent ce qu'ils avoient fait de luy abandonnerent la jožissance de ses shaftes amours.

[ocr errors]

57. Hoy exit autrefois à Mefine im Even

mas

« 이전계속 »