페이지 이미지
PDF
ePub

belles choses qu'il avoit veu par le Pays qu'il luy inspira l'envie de voyager. Il pria donc fon Maistre de vouloir luy donner son congé pour se desennuyer un peu , et qu'il luy donneroit ce Pelerin en sa place jusqu'à son retour. Le Seigneur y consentit, le trouva trés-bien fervi de ce dernier. Quelque temps aprés l'autre revenant sans argent et fi maigre qu'il étoit méconnoissable, prétendit rentrer en la premiere condition ; mais le Maistre lui dit, que qui étoit bien , s'y devoir tenir, e le pauvre homme eut le loisir de se desennuyer toutefa vie.

65. Comme on faifoit un jour grande chere chez un fameux traiteur l'on ne servoit qu'en argere , le Maistre s'apperçut par une feneftre éloignée qu'un de ses hoftes empochoit fort secretement une cuilliere e sine fourchette , de quoi il s'avisa de luy faire faire reftitution Sans le fcandaliser. Il dit pour cet effet à fon Sommelier de ramaffer l'argenterie , que quand il luy demanderoit s'il avoit tout ce qu'il luy falloit , il ent à répondre qu'oùy , à quoy il obéit pon. Etuellement. Le Maistre en ayant mis ex.prés autant dans sa poche, commença à le

quereller fortement, s'écriant qu'il étoit

gana de peregrinar. Alli solicitò sudeł pedida para quitar sus pesares dandole a su amo este Peregrino hasta su buelta. El recibiendolo fue contento con su fervicio. A un rato bolvio el otro, pero el Señor le dixo : no muda quien esta bien , affi tuvo espacio de pas car toda fu vida,

65. Como un dia un mesonero cratò efplendidamente sus huespedes , apercibio por una ventana que uno avia pucfto en su falcriquera un tenedor y una cuchara. Luego imaginò una manera para cobrarlos fin escandal. Por ello dixo al repoftero de coger la baxilla de plata y de responder a la pregunta G renia toda ? que la tenia , a quien obedecio. El melonero av icndo puesto en lu faltriquera otro tanto començo a gritarlo fuertemente quexandose de su desdicha de tener un domeftico tan descuidado, quando señaló el autor del hecho en dia

, H h iij

malheureux d'avoir un domestique si neglia gent. En même temps, il montra celuy qui avoit fait le vol, dit : Monsieur et moy avons mis deux pieces dans nos poches pour vous éprouver. Soyez une autrefois plus vigilant, vous ne rencontrerez pas tolljours des gens de fi bonne foy. Le voleur se voyant découvert fut obligé de faire fem. blant d'avoir agi ainsi pour rire.

66. Un Ecclesiastique homme de vien s'endormant un jour dans une Eglife y para toute la nuit. Sur une heure il s'éveilla à un grand bruit , og vit que c'étoit des demons qui à la clarté de plusieurs flambeaux dressoient un trône au milien de l'Eglise , on Lucifer le plaça en qualité de Fuge. Le premier demon qui se presenta à ses pieds, fut interrogé s'il avoit reussi dans sa commission, en quoy il répondit qu'ony ; qu'il avoit fait perir un vaisseau dont l'équipage étoit sa proye, con le couronna d'une belle guirlande , de même qu'un autre qui se vana ta d'avoir porré deux amis à se battre en duel , qui se tuant d'un coup fouré, descendirent precipitement dans le feu éternel. Un troisiéme fut applaudi pour avoir mis le trouble dans une famille entiere. Un quatriéme

ziendo : el Señor e yo hemos los dos puesto en nuestras falcriqueras cada uno dos para provaros. Sed de aqui adelante mas cuidadoso. No hallareys Gempre gente de tan buena conciencia. Entonces el tal viendose descubierto fue obligado de fingir que lo avia hecho para reyr.

[ocr errors][ocr errors]

66. Un Eclesiastico hombre de bien adormeciendose un dia en una Yglefia passò alla toda la noche. Casi a una hora se despertò a un grand ruydo , y vio que avia Demonios que ala claridad de muchas hachas levantavan un trono en medio dela Yglefia sobre el qual se puso Lucifer como juez. El primero demonio que se presentò a sus pies fue preguntado fi avia salido con su comifa lion ? A que respondio que si, aviendo perecido

por

sus obras un vaxello cuios baftimientos eran su preda , y fue coronado con una guirnaldas como un otro que se vanagloriò de aver incitado a un combate dos amigos que matandose de una maña baxaron precipitosamente en el fuego eterno. Un terzero fue alaba

pour avoir maintenu plusieurs personnes dans un commerceinfame nonobstant les remontranCes salutaires de leurs Superieurs. Un cinquii me fut maltraité

pour avoir tropemployé de temps à faire dammer des Dames par le moyen du luxe. Un autre n'eut pas un meillour fore , quoy que maistre de sa proye ; car il fut jugé qu'il devoit avoir fait cent pria ses pour le temps. Dans ces entrefaits un cri de joye extraordinaire se fit entendre parmi la foule des espries malins , & tous prestant l'oreille pour en apprendre le sujet, virent apporter un de leur camarade comme en triomphe, se vantant d'avoir plus fait luy feul , qu'eux tous ensemble; car il avoit emplogé quarante ans à faire tomber dans une legere faute l' Evefque du lieu homme trèssaint, de sorte qu'il esperoit qu'en quelque temps il le feroit 1omber de cette fante dans une autre plus grande. Sa soeur , disoit-il, belle Religieuse étoit venue le voir, il l'avoit caressée, la touchant de fa main aux joues

. Lucifer trouva cette viltoire si grande, qu'il luy fie la grace de le placer auprés de luy, Avec quoy la vision finit , les diables disparurent, & la nuit obscure fut suivie du jour. Cet Ecclefiaftique forrit à l'ouverture

« 이전계속 »