페이지 이미지
PDF
ePub

သင့်

V A S T H I (a),

1587.

TRAGEDIE

DE PIERRE MATTHIEU.

E premier Acte de cette. Tragé

se donne le Roy Assuere , & les complimens qu'il reçoit des Seigneurs de sa Cour, dans lesquels ils lui représentent les qualités qui doivent orner la vie d'un grand Prince. Au II. Acte, le Roy ordonne les préparatifs d'un festin magnifique.

ASSUERE.
Que nul aye en beuvant l'appétit diffolu
Vin sur vin entassant, dessus verre,
Pour en son chef mouvoir un tout tournant

& verre

tonnerre.

(a) Quoique dans l'E nous avons prouvé cidition des Oeuvres de deslus, que Clytemnestre Matthieu, Vasthi soit in est son premier Poëme ; titulée premiere Tragé- | & que Vasthi, & la Tradie de ce Poëte, & en gedie suivante d'Aman, consequence placée, la n'ont été composées que premiere ; cependant | des débris de son Esther,

1587.

LES PRINCES.
Et que pourroit-on voir plus Voisin de la

tombe,
Que celui qui au faix du Cuisse-né suc-

combe. Noé, Loth , Efaii, Holoferne, Sånson,

&c.

Pendant le repas, la converfation tombe sur les femmes : les Princes en disent beaucoup de mal, & le Roy youlant les convaincre par l'exemple de la fienne, dont il exalte sur-tout l'obéissance, ordonne qu'on fasse venir la Reine Vasthi, qui refuse de se rendre à ses ordres, malgré les remontrances des Dames de fa fuite.

LES PRINCESS E S.
Il faut que la douceur une Princesse flanque.

VAST HI.
Baste, je n'iray pas, & li je vais le fouldre
De l'Haut tonnant m'esclate , & m'emme-

nuise en poudre.
Au IIIe Acte, le Roy répudie la
rebelle Vasthi. Il épouse Esther au IVe.
Et au dernier il charge un Messager
d'annoncer ces nouvelles à Vasthi.

LE MESSAGE R.

1587.

Madame , appaisez-vous, un Prince ne de

mande Raison de son vouloir , seulement il com

mande. Un Roy a pour fa loy, je le veux , il

plaist: Quand ces mots sont en jeu, il faut

que tout foit fait.

me

VAST HI.

Il n'y a rien qui soit at malheur plus fâcheux
Que l'aspre souvenir d'avoir esté heureux.

[graphic]

ennen tratantna

Α Μ Α Ν ,

1587.

TRAGEDIE

DE PIERRE MATTHIEU:

T

Out le monde connoît le sujet

de cetre Piéce; contentons-nous d'en rapporter ici quelques paffages, pour montrer que Matthieu, toujours semblable à lui-même, ne s'est point démenti dans celle-ci.

Aman élevé au faîte de la granideur, témoigne sa satisfaction par ces Vers.

Commence donc, Aman, d'un vol & roide

80 haut,

De surpasser des Cieux l'estoillé eschaffaut.
Je feray le fuzil de l'infernale trope:
Je tiens à mon vouloir la cime de Rhodope į
J'iray ravir là-bas la femme de Pluton,
Je prendray le trident de Neptun pour

baston.

Tu

Ce Ministre outré de fureur contre Mardochée , qui refuse de lui rendre. I5 87 des respects honteux , invoque les Furies. Zarés fa femme l'interrompt par ce discours. Tu t'abuses appellant les Ombres infernales , Les filles de Pluton, ou les Vierges fatales, pourras mieux de

moy

attirer la façon Pour l'audace punir de ce vieux hérisson. Les tours mieux décevans, les plus subtiles

ruses Aux esprits inventifs des femmes sont in

fuses. Esther vient se jetter aux pieds du Roy, pour lui demander justice des indignes complots de son favori, & s'écrie les yeux baignés de pleurs. Conjurer contre un Roy, contre moy, con

tre Isac, Le chasser, le bannir avecques le biflac : Ah! Dieu ! si tu permets regner telle injul

tice ,

On verra triompher de la verty le vice.

Aman qui voit sa perte certaine, veut prier Esther de parler en sa faveur.

EST H E R.
O homme abominable, ofes-tu me toucher?
Retire-toy d'icy de peur de me tacher.

« 이전계속 »