페이지 이미지
PDF
ePub

pouvoir absolu que vous avez sur ma vie, vous donne celui d'en disposer selon ses volontés : Parlez, Madame, que faut-il faire pour prouver à Sa Majesté & à la Princesse Almoradine, qu'Osmin voudroit périr pour elles ? La Reine vous estime

trop

& vos jours nous sont

trop chers, lui dit-elle en rougissant , pour vouloir les exposer. Mais, genereux Osmin , ce que j'ai à vous demander pourroit les mettre en danger, sans les précautions que nous prendrons pour les garantir. Après ces mots elle lui apprit la naissance de son prifonnier., & le peu de progrès que leurs prieres avoient faites sur Boadilly, qui avoit juré la mort. Ce n'est point un crime d'Etat, continua-t-elle , & vous ne le trahirez point en faisant sauver Dom Alvare. Depuis que vous

êtes en ces lieux, vous avez mon• tré tant d'amour pour les Espagnols, que j'espere que vous ne refuserez pas votre secours au fils de Duc de l'Infantade. Mettez-le en liberté ; partez avec lui, la Reine le souhaite , Félime & Zéluma vous en prie, &vous devez tout, attendre de ma reconnoillance.

C'en est assez, Madame, lui dit Osmin, Dom Alvare partira demain, mais je prendrai la place:

dois au Roi, au Prince Abdelec, & si je l'ose dire, à tout l'Es tat, un compte exact de ma conduite; & quoique ceux dont je tiens la vie me foient inconnus, je sens par les mouvemens de mon cœur qu'ils me désavoueroient, si j'avois l'ingratitude de quitter ceux qui m'ont tenu lieu de parens, d'amis & de patrie. Je puis sauver Dom Alvare, & je vous répond de les jours, mais je

pour

ne le puis suivre avec honneur.

Les Princesses & Zéluma combatirent avec fermeté les nobles sentimens d’Osmin, sans pouvoir ébranler sa résolution. C'est un ouvrage, dit la Reine, qu'il faut laisser à Dom Alvare, ses prières auront peut-être plus d'effet. Ofmin ne répondit rien, & continua à prendre de justes mesures assurer la fuite de Dom Alvare la nuit du jour suivant. Après cela il se retira, & Zéluma en le conduisant, le pressa encore de suivre son prisonnier : Peut-être, lui dit-il, trouverez-vous les personnes qui vous ont donné le jour. L'Espagne est votre Patrie ; & vous porterez bien-tôt les armes contre elle si vous ne quittez ces lieux avant le liege de Grenade. Hé bien , Seigneur, lui réponditil, je verserai mon sang pour les Maures, & je ferai des võux pour

les

les Espagnols. Il se sépara du Prince à ces mots, & retourna au Fort travailler à la liberté de l'illustre esclave. Il voulut commencer par le visiter, ayant negligé de le voir , ne le croyant que ce qu'il vouloit paroître.

Il fut à sa chambre; & lorsqu'il eut jetté les yeux sur lui, son air noble, la jeunesse, la regularité de ses traits, qui, sans avoir rien d'effeminé, le rendoient un des plus beaux hommes du monde, lui donnerent tant d'admiration, qu'il fut quelque tems à le confiderer sans pouvoir parler. Enfin prenant la parole : Je viens, Seigneur, lui dit-il en le faluant, prier le vaillant Joraé de m'excu ler auprès de Dom Alvare des fautes

que son déguisement m'a fait commettre.

Dom Alvare, à qui la présence d'Olmin n'avoit

pas

moins M M

causé d'étonnement que la sienne lui en avoit donné, le regarda avec une attention extrême pendant son filence & pendant fon discours.. Et jugeant bien que Zéluma l'avoit instruit de Ion fe cret : Joraé, lui répondit-il, ne parlera à Dom Alvare que pour le blâmer de s'être caché au genereux Osmin.

A ces mots ils s'embrasserent & sentirent des mouvemens de: tendresfe l’un pour l'autre, qui les surprirent également en particulier ; chacun l'attribua pourtant à la force du mérite de son: ami. Dom Alvare ne pouvoit se: lafler de regarder Osmin ; il lui trouvoit une fi parfaite ressem. blance avec la Ducheffe fa mere, que cela contribua beaucoup à la prompte amitié qu'il prit pour lui; mais quand cette conformité de traits ne se feroic pas trouvée »

[ocr errors]
« 이전계속 »