페이지 이미지
PDF
ePub

ز

tention sur moi, pour empêcher qu'aucune étincelle du feu qui me dévoroit , ne découvrît mon secret ; cependant, quoique Almoradine ne crût point que je l'aimasse, elle ne douta point que mon caur ne fût assujetti aux attraits de quelqu'une des Dames de la Cour. Elle m'examina avec foin; mais ne me voyant nul attachement particulier, elle pensa quelque tems que la seule ambition me causoit les mouvemens qu'elle avoit attribué à l'amour. Elle feroit encore dans cette erreur, si au mariage de la Reine, il y a trois ans, je n'eusse été obligé de lui faire connoître mes veritables sentimens.

Le Prince Zéluma & moi, fùmes choisis du Roi pour être les Tenans des Tournois qui se firent pendant quatre jours à cette occasion ; la Reiné donnoit le

pre,

mier prix, & la Princesse Almoradine le second, l'incomparable Félime étant trop jeune pour

être de ces fortes de Fétes. Le Prince Zéluma eut l'honneur des deux premiers, & j'eus le bonheur de remporter le prix des deux autres; mais malgré notre victoire, & les louanges que Zéluma vouloit bien que je partageafle avec lui, il avoit une si profonde mélancolie, & la mienne la secondoit si bien, que l'on nous auroit pris plûtôt pour des vaincus, que pour des vainqueurs. J'ignorois la cause de la douleur du Prince, il n'étoit

pas

instruit de la miennej cette conformité nous rendit inséparables dans toutes les assemblées qui se firent chez la Reine. J'étois toûjours à ses côtés, & il n'abandonnoit point les miens.

Un de ces jours entr'autres que nous étions le Prince Zéluma &

moi derriere Almoradine, cette Princesse nous surprenant dans une égale rêverie : En verité, nous dit-elle, en baillant la voix, la tristesse extrême que vous faites voir l'un & l'autre dans des jours de réjouissances, & où vous avez acquis tanc de gloire , me fe. roit croire que vous êtes amoureux de la Reine, & que vous vous affligez de la voir passer dans les bras d'un autre, fi je n'avois oüi dire que deux rivaux ne peuvent être aussi parfaitement unis que vous le paroifsez.

Quoique la Reine soit extrêmement belle, lui répondit Zéluma, & que je veüille bien vous avoüer que l'amour cause ma tristesse ; je vous proteste , charmante Almoradine, que malgré toutes les beautés qui éblouissent mes yeux ici, j'en regrete une qui n'y est point, & qui sans doute n'y' fera jamais.

[ocr errors][merged small][ocr errors]

Pour moi, Madame , dis - je alors, je confeffe comme le Prince, que la passion la plus vive & le peu d'esperance qui la fuit , fait aujourd'hui ma mélancolie; inais quoique je fois le plus témeraire de tous les hommes, d'avoir

porté mes veux jusqu'à celle que j'a-, dore , je jure à la divine Almoradine, que mon crime ne regarde point la Reine.

Cela m'assure bien, nous répondit-elle, que vous n'aimez pas Almahide, mais cela ne me prouve point que vous n'êtes pas rivaux. Le Prince, lui repliquai-je ausfi-tôt , a déclaré que celle qu'il aime ne peut être ici, & je ne vous ai point dit, Madame, que celle que j'adore n'y étoit pas. Je prononçai ces mots avec une action fi animée, que non seulement la Princeffe vit à l'inftant tout ce qu'elle n'avoit point remarqué, mais Zéluma découvrit aussi ce qui se passoit dans mon caur. Ilen sourit , la Princesse en rougit, & par

son silence, nous contrai.. gnit de ne pas pousser plus loin une conversation qui commençoit à l'embarafler.

Enfin, Seigneur, depuis ce jour je cherchai avec tant de soin l’occasion de m'expliquer plus claire. ment, que je la trouvai. J'en profirai , je fis un recit si vif à cette Princesse de la force de mon amour , du long-tems que je l'avois caché, & de la douleur que je ressentois d'être si peu digne d'elle; & je l'assurai si bien, que je réünillois tous mes desirs à la seule faveur du pardon de ma témerité,

que cette seule Princesse euc pitié de mon sort; en effet , elle me répondit avec une douceur fi fage & fi retenue, que, sans me témoigner ni mépris ni colere,

« 이전계속 »