페이지 이미지
PDF
ePub

fut le recevoir & sui conta l'embaras où le mettoit la generosité

de Dom Alvare. Toutefois, Sei· gneur, continua-t-il, j'ai tout · préparé pour assurer fá fuite ; il

n'est personne dans le Fort qui ne me soit entierement dévoué, & je puis vous répondre du fuccès de notre entreprise , fi votre illustre, ami n'y met lui-même: quelqu'obstacle.

Mais, lui dit Zéluma , pour. quoi ne voulez-vous pas partir avec lui? Non, Seigneur, lui dit: Osmin, je ne puis quitter Grenade, & le Roi, malgré son pouvoir, ne pourroit m'en faire" fortir. Puisqu'il est ainsi, reprit Zé luma , allons montrer à votre prisonnier des ordres aufquels il ne pourra désobéir : en effet ils. furent ensemble à la chambre, ils le trouverent encore au lit avec autant de tranquillité, que s'il

n'eût pas été en danger de perdre. la vie le lendemain.

Hé bien , lui dit le Prince de. Grenade, on dit que vous aimez aussi peu notre vie que la vôtre, ... & que vous voulez plûtôt nous voir mourir que de vous fauver. Cependant, mon cher Dom Alvare, vous n'avez pas trop de tems pour nous rassurer, vous devez obéir à la Reine qui vous ordonne de partir ; & ma fæur en fait de niême, lui dit-il, en lui donnant sa lettre. Joraé ne répondie rien ; & prenant la lettre avec précipitacion , il l'ouvrit & y luc ce peu de mots.

LETTRE.

Félime à Dom Alvare. PArtez cette nuit sans plus difI ferer , l'amitié le veut , l'amour l'ardonne. Quand même votre vie

[ocr errors]

seroit en sureté a Grenade, fonger que si vous y restiez vous vous exposeriez à perdre pour jamais le cæur 'de FELIME.

C'en est trop, s'écria Dom Ali yare, je ne puis resister à des ordres si pressans. Oüi, cher Prince; oüi, genereux Osmin, dit-il en les embrassant, je suis prêt à faire tout ce que vous désirez de moi. A ces mots Osmin leur dit qu'il alloit achever ce qu'il avoit commencé , & qu'il pouvoit compter que dès cette nuit il seroit en sûreté; & se retira après avoir prié Zéluma de l'excuser s'il le quittoit si promptement.

Če Prince le voyant seul avec Dom Alvare, le regarda un moment sans rien dire, puis rompant le silence : Enfin, lui dit-it, vous allez revoir la charmante Elvire ; & peut-être que dans la

joye d'embrasser votre illustre faa mille, vous oublîrez le malheu, reux Zéluma. Jugez mieux de mon amitié, lui répondit Dom Alvare, je vous l'ai promis & je le repere encore, je ne parlerai jamais à Dona Elvire que ce ne soit en faveur du Prince de Grenade , & j'emploirai tout mon pouvoir auprès du Duc de l'Infantade pour le disposer à rendre le malheur general de cet Empire, favorable à votre amour. Et moi, lui répondit Zéluma, je vous conserverai toûjours la Princesse de Grenade , nous parlerons fans celle de vous, & nous ferons des vaux ardens pour vous revoir bien-tôt. Après quelques autres discours, le Prince ayant fait connoître à Dom Alvare qu'il falloit qu'il se retirât, il le pressa de répondre à la Princesse , ce qu'il fit ; & voulant que Zéluma vît

ce qu'il écrivoit, il lui lut ces pas roles.

LETTRE. A l'incomparable Priucelle de

Grenade. T'obéis , Madame , puisque par I ma fuite je suis assuré de vous plaire ; mais , divine Princese, ne fouffrez pas que je parte fans aller à vos pieds vous jurer qu'en quittant les chaines d'un malheureux captif, je porterai jusqu'au tombeau celles dont vous avez honoré le fidele DOM ALVARE. ii

Après cette lecture , Zéluma promit à Dom Alvare de lui faciliter l'entrevûë qu'il défiroit, s'il étoit possible ; & ils se séparerent dans l'espoir de se revoir cette même nuit.

Le Prince de Grenade fut ren

« 이전계속 »