페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

loit pas que

dre conte à la Reiné & aux Princesses, du succès de la lettre de Félime, qui en reçur la réponse avec plaisir, mais elle s'opposa fortement au dessein qu'il avoir de la voir; Almahide fut de son sentiment & remontra le danger où ils s'exposeroient par cette enrrevûë. Mais Zéluma qui ne vou

fon ami partît sans cette confolation, leur fic entendre qu'il n'y avoit rien de plus aisé & de moins dangereux ; que

la Reine pouvoit témoigner ne vouloir pas être cémoin de la mort d'un homme qui étoit d'une nátion où elle avoit été élevée, & fe reciter ce même jour avec les Princesses à fa inaison de plaisance, qui étoit à deux mille de Grenade, & par laquelle il falloit nécessairement que Dom Alvare pallât pour fe rendre en Éfpagne, & que dans la nuit il

pour:

avan

roit les voir sans péril

. Almoradine, qui vouloic engager Osmin à quitter Grenade , appuya fortement cette proposition, & fic résoudre la Reine à partir aussitộr après son dîné. Ainsi elle ordonna tout pour ce petit voyage qu'elle fit sçavoir au Roi, qui, craignant plus sä pitié que son absence, lui manda qu'elle étoit libre de faire ce qu'elle voudroit. Cette Princesse

ayant

fait cer l'heure de son repas , monta aussi-tôt après dans son chariot accompagnée des Princesses Félime & Almoradine , ne menant avec elle qu'un petit nombre de Gardes, Hesperence de Hita & quelques femmes absolument necessaires.

Cependant Osmin ne negli. geoit rien pour la fuite de son prisonnier ; la garde de la Forterelle étant à la devotion, il ne

craigndit

[ocr errors]

craignoit rien pour en faire sortir Dom Alvare. La seule journée du lendemain lui donnoit de l'embarras; il falloit representer Joraé, ou dire de quelle façon il s'étoit pû sauver , & il connoisloit trop Boadilly, pour ne pas voir le péril où il alloit mettre ceux qui le fervoient dans cette évasion.

Comme il étoit dans cette perplexité, on vint l'avertir qu'un Renegat Espagnol qui avoit perdu l'esprit depuis quatre ans, & qu'il nourrissoit par bonté, venoir de se tuer contre des barres de fer qui étoient à la fenêtre de la chambre ou où le tenoit enfermé. Osmin , dont le cœur étoit genereux, fút touché de la mort cruelle de ce malheureux ; mais comme il n'avoit que Dom Alvare dans l'esprit, il résolut de

profiter de cette avanture pour garantir la vie de tant de gens qui

Р

s'empressoient à suivre ses voloncés. Pour cet effet il ordonna qu'on tînt la mort du Renegat secrete , qu'on portât son corps dans la chambre de Joraé, & que l'on publiât que ce dernier étoit à l'extrêmité par une fiévre ardente causée sans doute

par

la crainte du supplice. Il étoit trop aimé pour n'être pas promptement obéi.

Après ces précautions, il fut trouver Dom Alvare pour lui apprendre son stratagême, & le prier de passer dans son appartement le reste du jour. Tous les ordres donnés & executés, il se retira avec son prisonnier en attendant l'heure de le faire partir fans danger,

Mais comme il femble que les mauvaises nouvelles se sçavent plus promptement que les bonnes, le bruit de la inaladie de. l'esclave Espagnol parvint bientôt aux oreilles de Zéluma. Quoiqu'il l'eût vû le matin, la crainte lui fit croire que ce 'mal pouvoic l'avoir pris après s'en être séparé; it en fut allarmé, & pour en sçavoir la verité, il envoya son fidele esclave à Osmin, pour le prier de ne point sortir du Fort quil n'eût de ses nouvelles; que quand tout seroit dans l'accablement du sommeil au Palais de l'Alembre, il se rendroit près de lui, & qu'il falloit que Dom Alvare partît en quelque état qu'il fùt.

Osmin & Joraé se divertirent un moment de l'inquiétude du Prince; ils lui firent réponse & l'instruisirent du secret de cerce feinte maladie, en l'assurant qu'ils ne partiroient point sans lui. Zéluma remis de son apprehension, attendit avec impatien

[ocr errors]
« 이전계속 »