페이지 이미지
PDF
ePub

min & Almoradine en firent autant : cette Princesse avoit employé tout son pouvoir pour l'obliger à partir; mais enfin elle se rendit aux raisons qu'il lui allégua pour ne la point quitter, & au Itratagême dont il s'étoit servi pour garantir la vie.

Toute cette illustre compagnie s'étant rassemblée , Dom Alvare remercia Almoradine des soins qu'elle avoit pris pour lui, & tous ensemble firent voir tant de douleur de se séparer, que la Reine craignant que le jour parût avant que Dom Alvare partît , le pria de se retirer. A cet ordre il se mit à genoux devant elle , & cette genereuse Princesse lui donnant sa main à baiser: Adieu , Dom

Alvare, lui dit-elle, oubliez vo• tre esclavage, & ne vous souve

nez que de l'estime que nous conserverons éternellement pour vous.

A ces mots elle le fit relever ; & lorsqu'il eut pris congé d'Almoradine, & dit un adieu ausli tendre que triste à la belle Prin. cesse de Grenade, la Reine obli. gea Zéluma & Osmin de l'emmener. Ils le firent sortir de ce lieu presque par force, & laifle. rent les Princesses fi touchées, que la Reine fit dessein de rester quinze jours à la campagne avec Félime & Almoradine. · Ces trois amis arriverent à l'endroit où il falloit se séparer; jamais douleur ne fut plus vive & plus fincere. Dom Alvare embraffa cent fois Osmin & Zéluma sans pouvoir les quitter : enfin il faluc se dire adieu : tout ce que l'amitié a de rendre & de tout chant fut épuisé en cette occasion. Osmin donna ses trois hommes à Dom Alvare, qui avoient un or. dre écrit de la main , pour lui faire trouver sur la route tout ce qui lui étoit nécessaire. Ainsi Dom Alvare sentit souvent les effecs de la generosité d'Osmin depuis Grenade jusqu'en Espagne, où je le laisse arriver heureusement, pour dire ce qui se passa dans l'Alembre le lendemain de son départ, jour auquel on lui avoit destiné un supplice digne de la cruauté de Boadilly.

Tout fut préparé dès le matin dans la place de ce Palais pour la mort de Jorae; Boadilly avoit fait mettre le portrait d’Abenamard sous un dais enrichi de diamans, au milieu de la place, vis-à-vis de l'échaffaut destiné au criminel, croyant appaiser les manes du Prince de Fez, en rendant cette peinture témoin de la punition de fon ennemi. Le Roi, accompagné du Prince Aliensor, de Zéluma & d'Abdelec, se rendit sur son

balcon, voulant honorer de la présence cette barbare exécution. Un peuple innombrable s'étoit afsemblé dans l'impatience de voir arriver le prisonnier, quand ceux qui étoient allés pour le prendre vinrent annoncer sa mort. Osmin arriva un moment après , qui info truisit le Roi de ce prompt trépas, avec des termes ausquels sa generofité donna si bien tous les traits de la verité, que Boadilly, malgré lon naturel soupçonneux, n'en prit aucun ombrage. Il ordonna que l'on fît au corps inanimé du criminel, le même traitement qui lui étoit destiné vivant ; & ne trouvant pas le même plaisir à ce spectacle qu'il en esperoit de l'autre, il se retira. Le Prince Zéluma , charmé de cet heureux succès, partit aussi-tôt pour en aller informer la Reine & les Princes. ses; & Osmin, satisfait d'avoir fauvé Dom Alvare, rentra dans le fort des Tours vermeilles , tolljours amoureux & toûjours infortuné.

Cependant, Dom Alvare ayant fçu à Grenade que Ferdinand étoit campé devant Baëca, il en prit le chemin, & y arriva sans danger , jugeant bien que le Duc de l'Infantade y seroit. Il apprit en arrivant qu'il étoit au quartier du Roi , il s'y rendit sans perdre de tems; & lui fit dire qu'un Çavalier demandoit à lui parler. Le Duc croyant que ce pouvoit être quelques avis touchant les Ennemis , lortit pour voir qui c'étoit; mais quelle fut sa surprise, lorsqu'il vit à ses pieds ce fils qui lui étoit sicher , & dont la mort prétenduë lui faisoit regreter la longueur de ses jours! Tout guerrier qu'il étoit, il ne put empêcher ses larmes de couler , il le tint long

« 이전계속 »