페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

de ces Dames pour la mettre en croupe derriere lui. Dom Alvare & ses amis, avec quelques domestiques qu'ils avoient amenés, mirent l'épée à la main, & se rangerent du côté des personnes qu'on vouloit enlever. Le fils du Duc de l'Infantade fut d'abord à celui qui paroissoit le Chef du Parti, & le féparant de la Dame qu'il tenoit : Arrête, lui dit-il, ou prépare-toi à recevoir la mort. L'Inconnu surpris du son de voix qui frappoit son oreille, quitta sa prise, & le tournant du côté de Dom Alvare: Hé d'où viens-tu, lui répondit-il , pour s'opposer encore à nies desseins ?

Dom Alváre à ces mots ayant reconnu Hali d'Aoub ne lui répondit qu'en lui criant de se défendre. En effer il fe commença entr'eux un combat aufli sanglant qu'inégal, car malgré la valeur

de ces cinq genereux amis , ils ne pouvoient empêcher que plu. sieurs ne les attaquafsent à la fois, mais enfin le Ciel se déclara

pour eux, & solltenus de ceux qui accompagnoient le chariot , ils mirent en déroute les soixante Maures, en tuerent la plus grande partie ; & le reste éperdu par la défaite d'Hali d'Aoub, que Dom Alvare avoit blessé mortellement & mis hors de combat, chercha fon salut dans la fuite.

Quand les vainqueurs se virent sans ennemis, 'ils s'avancerent où les Dames s'étoient retirées. Dom Alvare fut le premier à prendre la parole ; mais à peine commença-t-il à parler , que

la plus âgée de ces Dames s'écria: Qu'entends-je, ô Ciel ! seroit-il possible que vous m'eussiez conservé Dom Alvare? Ce jeune guerrier reconnut aisément à ces

[ocr errors]
[ocr errors]

il ne

[ocr errors][ocr errors]

mots la Ducheffe fa mere ; mais comme il étoit trop tard pour rester dans la campagne , voulut point se découvrir , & faifant avancer un de ses amis

pour répondre à la Duchesse, il le pria de ne lui rien dire de son retour; il fit la même priere aux trois autres : & leurs gens ayant remis les chevaux au chariot, Dom Alvare, malgré plusieurs blessures qu'il avoit reçuës, monta sur le fiége du cocher qui avoit été tué au commencement du combat.

Le Marquis d'Aquilar à qui il avoit dit de répondre pour lui s'avança, & faluant la Duchesse : On voit bien, Madame, lui dit-il, que Dom Alvare est le seul à qui

souhaiteriez devoir le succès de ce combat'; mais si vous n'avez pas cette satisfaction, soyez du moins persuadée que nous avons combatu pour vous avec

[ocr errors]

vous

le même zele & la même ardeur, Comme ce discours se faisoit en marchant , la Duchesse se trouvant proche du chariot,n'eut que le tems de répondre au Marquis, par des remercimens , sur le lecours qu'elle en avoit reçu ,

le priant d'excuser fi elle avoit donné ses premieres pensées à son fils, qu'elle avoit cru entendre, mais qu'elle voyoit bien que son imagination seule luiavoit causé cette fausse joye.

Enfin, ayant remonté dans son chariot avec les Dames de fa compagnie , entre lesquelles étoit Dana Elvire , elle raconta aux Cavaliers qui les accompagnerent jusqu'à Jaën, que ne craignant point de surprise fi près de l'Armée, qu'elle avoit fait dessein d'aller au Camp avec sa fille & les Dames qui étoient avec elle ; que le tems leur avoit paru

beau, qu'elles étoient descenduës. pour prendre l'air avec plus de plaisir, qu'elles avoient marché long-tems; & que voyant le foleil prêt à se retirer , elles avoient voulu remonter en chariot , lorsqu'un gros de Cavalerie s'étoit offert å leurs yeux ; que ne les voyant que de loin , elles avoient crủ que c'étoit quelques Officiers qui venoient à Jaën, & que dans cette pensée, elles ne s'étoient pas pressées de partir ; mais que les ayant reconnu pour ennemis, la frayeur les avoit prise ; que ce. Jui qui étoit à la tête de ce Parti s'étoit avancé pour la contraindre à monter à cheval , & que les autres en alloient faire autant å sa compagnie , lorsqu'ils étoient arrivés à leur fecours.

En finissant ce récit, ils se trouverent dans Jaën. La Duchesse fit arrêter chez elle; & Dom Al

« 이전계속 »