페이지 이미지
PDF
ePub

& de la qualité des prisonniers. On lui dit qu'ils n'étoient que huit entre lesquels étoit Hali d'Aoub, qu'on ne croyoit pas pouvoir vivre encore deux heures, le reste étant mort sur la place ou en fuite. Après cette instruction ; il revint auprès de la Duchesse, qui, l'ayant forcé de se mettre au lit, resta avec Dona Elvire à s'informer plus au long de toutes ses avantures, dans lesquelles il ne manqua pas de rendre à Zéluma tout ce que son amitié pour ce Prince exigeoit de lui. Il fit l'éloge des vertus d'Osmin, & la peinture des beautés de Félime ; & les graces d'Almoradine finirent son récit , après lequel la Duchesse & Dona Elvire le laillerent en libercé.

Cette jeune personne avoit rougi plusieurs fois au nom de Zéluma ; & Dom Alvare, qui s'en

ز

étoit apperçu , en tira une conjecture favorable à son deflein. Cependant la fatigue d'un voyage assez long, jointe à l'adion d'un combat vif & sapglant, le firene rendre aux charmes du sommeil, & goûter cette nuit les douceurs d'un

repos , que tant d'incidens differens l'avoient empêché de prendre jusqu'alors.

La grande quantité d'amis que le Duc de l'Infantade s'étoit acquis par son mérite & par sa faveur auprès du Roi, ne laissoit pas le tems à Dom Alvare de s’en. nuyer. UncCour nombreuse l'en, vironnoit, & dans le peu de jour qu'il garda la chambre, ce fut un mouvement perpetuel du Camp jusqu'à Jaën, & de Jaën au Camp. La Reine l'envoyoit vifiter avec soin, & Ferdinand choisit le Marquis d’Aguilar , qui étoit retourné au Camp, pour le voir de la

que Dom

[ocr errors]
[ocr errors]

part. Ainsi on peut

dire Alvare auroic goûté une félicité parfaite en se voyant couvert de gloire & comblé d'honneurs dans un âge où l'on commence à peine à le faire connoître , fi ce qui se passoit dans lon cœur n'eût mêlé une cruelle amertume à tant de douceur.

Depuis son retour il n'avoit pù trouver un moment favorable pour entretenir Elvire ; il efperoit d'elle seule quelques confolations. Il se fatoit que,

si elle avoit autant d'estime pour Zéluma, qu'il avoit d'amour lime , ils trouveroient ensemble les moyens d'assurer leur commun bonheur. Un matin que cette pensée l'attachoit. fortement se voyant en liberté d'entretenir Elvire sans témoin , il fut à son appartement. Cette charmante personne étoit seule ; & lorsque

pour

Dom Alvare entra , elle rêvoit comment elle pourroit tirer de lui quelque éclaircissement sur l'état du cæur de Zéluma , fans lui découvrir le secret du sien.

Il y a fi long-tems, lui dit-il, que je ne puis vous entretenir en particulier ; &j'ai tant de choses à vous dire , que je viens vous prier, ma chere four, de ne point aller ce matin chez la Reine , & de recevoir ma visite. Vous de mandez , li peu de chose , Seigneur, lui répondit-elle en fouriant, que j'ai quelque chagrin de n'avoir rien de plus cher à vous sacrifier que le plaisir de faire ma cour. En même tems elle envoya

dire à la Ducheffe , que se trouvant un peu indisposée , elle la supplioit de la dispenser d'aller chez la Reine ; ce qu'elle oblint facilement, cette Princesse ne voyant personne ce jour-là.

Dom Alvare la voyant en état de l'écouter : Je suis chargé d'une grande affaire, lui dit-il en la regardant attentivement, le Marquis d'Aguilar vous aime, il m'a découvert fon amour en me conjurant d'en parler au Dac & à la Duchesse ; mais quoique je trouve ce parti avantageux pour vous, je n'ai voulu m'engager à rien sans avoir votre con lentement, & sans sçavoir de vous la situation de votre ame, & fi le Marquis d'Aguilar peut esperer de vous plaire.

Dona Elvire , qui gardoit un tendre souvenir du Prince de Grenade , ne put se contraindre assez pour ne pas montrer une partie de la douleur; elle donna d'autant plus facilement dans le piége innocent que l'on lui tendoit, qu'il étoit vrai que le Marquis faisoit voir un extrême atta

« 이전계속 »